Journal d'un curé de campagne

Roman

   Publié en 1936, lauréat du grand prix de l'Académie française cette même année, Journal d'un curé de campagne est considéré comme l'un des plus grands chefs-d'oeuvre du XXe siècle. Georges Bernanos (1888-1948) est un des grands écrivains français du XXe siècle. Il est habité par une foi chrétienne sans concession.

Plus de détails

En stock (1)

5,59 €

En savoir plus

   Dans ses oeuvres, il explore le combat spirituel du Bien et du Mal, en particulier à travers ce personnage du prêtre catholique tendu vers le salut de l'âme de ses paroissiens perdus, ou encore par des personnages au destin tragique, comme dans Nouvelle histoire de Mouchette.

ZELIE, Maelle de La Chevasnerie, mars 2024 : Un classique à (re)lire Journal d’un curé de campagne de Georges Bernanos, « Heureux les doux ».

    Il est paru en 1936, est sans doute le roman le plus accessible de Georges Bernanos. Le personnage principal, un jeune prêtre du nord de la France, y raconte dans une narration dépouillée d’effets son quotidien dans la paroisse d’Ambricourt. La forme du journal permet une grande fluidité propre à exposer ses combats intérieurs. Le curé d’Ambricourt est un homme bon, faible de corps (il est très malade) mais riche de cœur, qui porte un regard dénué de jugement sur les êtres qui l’entourent, même les plus vils, car il sait reconnaître les âmes blessées. Il n’est que pitié pour les malheureux, son cœur en est tout empli, mais il se heurte parfois de plein fouet à la puissance du mal.

    Lutter contre le mal - Le curé d’Ambricourt est confronté au mal sous deux formes. La première forme est liée à la misère, qui engendre les ténèbres. Il ne juge jamais ce qu’il voit dans les masures les plus démunies. Il rassure, console, absout. Mais le pire mal auquel il est confronté est tapi derrière les murs du château du comte et de la comtesse où leur fille, Chantal, rongée par l’amertume, charge l’atmosphère d’une lourdeur délétère. Le comte se révèle être un personnage volage et la comtesse une pharisienne impérieuse au cœur dur comme la pierre. Le contraste entre cette belle maison et ses affreux secrets le révolte. Le long dialogue du curé avec la comtesse est l’acmé du roman, une véritable lutte entre le bien et le mal se terminant par une magnifique conversion et un retour chez la comtesse de l’espérance et de la paix, cette paix qu’il aimerait tant trouver pour lui-même.

    Lutter contre sa propre faiblesse, puis l’accepter - Le curé d’Ambricourt est tourmenté. Sensible à l’extrême, il doute et se remet en question à chaque instant. Chacune de ses actions est dictée par son bon cœur mais sa spontanéité est beaucoup critiquée, ce qui le met dans des états d’inquiétude terribles. Pourquoi n’est-il pas comme son ami le curé de Torcy, qui appartient à la race des puissants, ces hommes tranquilles qui ne doutent jamais ? En revanche, il possède au plus haut degré l’esprit d’enfance, si cher à Bernanos, mélange de bonté naturelle, de fraîcheur et de naïveté. Il ne trouve la véritable paix du cœur que lorsqu’il apprend le nom du mal dont il est atteint et accepte avec un abandon total son triste sort, se sentant rejoint par le Christ du Jardin des Oliviers. Ses derniers mots sont éloquents « Qu’est-ce que cela fait ? Tout est grâce ». 


L'auteur : Georges Bernanos
Georges Bernanos est né à Paris en 1888. Romancier, journaliste, conférencier et pamphlétaire au style passionné, il débute sa carrière comme journaliste. Engagé volontaire durant la Première Guerre mondiale et blessé plusieurs fois, il en restera profondément marqué. Il devient inspecteur d'assurances et sillonne la France, écrivant dans les trains ou les hôtels. En 1926, il publie son premier roman, Sous le soleil de Satan, qui connaît un succès immédiat.
En 1929, il obtient le prix Femina pour La Joie, et reçoit plus tard le Prix du roman de l'Académie française pour Le Journal d'un curé de campagne. En 1937, témoin de la répression en Espagne, il fustige les exactions du franquisme dans Les Grands Cimetières sous la lune. En 1938, il part au Brésil où il deviendra l'un des écrivains majeurs de la Résistance française. De retour en France en 1945, il écrit Dialogues des Carmélites.
Georges Bernanos meurt à Neuilly le 5 juillet 1948.

4ème de couverture

   Ambricourt, nord de la France, pendant l'entre-deux-guerres.

   Un jeune prêtre vient d'être nommé curé de la paroisse. Dès son arrivée, il est confronté à l'indifférence d'un village consumé par l'ennui et le péché. Il couche sur son carnet d'écolier sa foi, sincère et profonde, ses doutes, son désespoir aussi. La misère matérielle et spirituelle de la population décuple sa foi et son espérance : il doit remettre chacun de ses paroissiens dans le droit chemin. 

Fiche technique

Catégories Livres Littérature Romans français et étrangers Prix Littéraires et Sélections Jury
ÉditeurEphata
ReliureBroché
Parution2023
Nombre de pages346
Hauteur18
Largeur11
Épaisseur1.6
Poids0.187 kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Journal d'un curé de campagne

Georges Bernanos
Journal d'un curé de campagne
Roman

   Publié en 1936, lauréat du grand prix de l'Académie française cette même année, Journal d'un curé de campagne est considéré comme l'un des plus grands chefs-d'oeuvre du XXe siècle. Georges Bernanos (1888-1948) est un des grands écrivains français du XXe siècle. Il est habité par une foi chrétienne sans concession.