La plupart ne reviendront pas - Vingt-huit jours dans une poche du front russe

Hiver 1942-1943

Traduit et préfacé par François Livi.

Février 2014 - février 2024, 10ème anniversaire de la mort d'Eugenio Corti.

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

8,72 €

En savoir plus

MEDIA PRESSE INFOS, Laure Macaire, février 2024 : lire l'article en entier

   Eugenio Corti, le plus grand romancier italien catholique du XX° siècle, né en janvier 1921 à Besana dans la province de Monza (Lombardie) a rendu son âme à Dieu en février 2014, il y a dix ans dans la même ville, laissant derrière lui une œuvre impressionnante, appuyée sur une foi profonde et une formation philosophique solide....


L'auteur : Eugenio Corti
Né en 1921 en Lombardie, Eugenio Corti est envoyé en 1940 sur le front russe.
Après la capitulation de l'Italie fasciste, il s'engage dans le Corps de Libération italien qui combat les Allemands en Italie. De son expérience de la tragique retraite de Russie, Eugenio Corti tire une chronique hallucinante : La plupart ne reviendront pas. La campagne des soldats du Corps de Libération italien, ces laissés pour compte de l'Histoire, inspire une autre chronique : Les derniers soldats du roi.
En 1962, sa pièce Procès et mort de Staline est mise en scène par Diego Fabbri. Elle sera traduite, sous le manteau, en russe et en polonais.
Il est décédé le 4 février 2014.

4ème de couverture

   Mobilisé par l'armée italienne en 1942, Eugenio Coati, l'auteur du Cheval rouge, prend part, comme jeune officier d'artillerie, à l'épopée du Front de l'Est. Encerclées dans une poche aux côtés de la 298e division allemande, plusieurs divisions italiennes, désemparées, vont être anéanties par un ennemi féroce et un froid polaire. Seuls quelques-uns des 30 000 compagnons du jeune écrivain retrouveront leur patrie, l'Italie.

   De ce fourvoiement honteux que l'on s'efforçait d'oublier - l'alliance avec l'Allemagne -, la campagne de Russie était l'épisode le plus douloureux. Une génération entière avait été engloutie dans cette guerre qui n'était pas la sienne, absorbée à jamais par l'immensité russe et les camps. L'un des rares survivants de cet enfer en avait rapporté un récit minutieux, insoutenable de précision, et pourtant porté par une inextinguible espérance.

Fiche technique

Catégories Livres Littérature Romans français et étrangers
ÉditeurLe Rocher
ReliureBroché
Parution2008
Nombre de pages442
Hauteur17
Largeur11
Épaisseur2.5
Poids0.335 kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La plupart ne reviendront pas - Vingt-huit jours dans une poche du front russe

Eugenio Corti
La plupart ne reviendront pas - Vingt-huit jours dans une poche du front russe
Hiver 1942-1943

Traduit et préfacé par François Livi.

Février 2014 - février 2024, 10ème anniversaire de la mort d'Eugenio Corti.