La Grande Peur des bien-pensants

En stock (6)

19,91 €

En savoir plus


L'auteur : Georges Bernanos
Georges Bernanos est né à Paris en 1888. Romancier, journaliste, conférencier et pamphlétaire au style passionné, il débute sa carrière comme journaliste. Engagé volontaire durant la Première Guerre mondiale et blessé plusieurs fois, il en restera profondément marqué. Il devient inspecteur d'assurances et sillonne la France, écrivant dans les trains ou les hôtels. En 1926, il publie son premier roman, Sous le soleil de Satan, qui connaît un succès immédiat.
En 1929, il obtient le prix Femina pour La Joie, et reçoit plus tard le Prix du roman de l'Académie française pour Le Journal d'un curé de campagne. En 1937, témoin de la répression en Espagne, il fustige les exactions du franquisme dans Les Grands Cimetières sous la lune. En 1938, il part au Brésil où il deviendra l'un des écrivains majeurs de la Résistance française. De retour en France en 1945, il écrit Dialogues des Carmélites.
Georges Bernanos meurt à Neuilly le 5 juillet 1948.

4ème de couverture

En 1917 mourait Édouard Drumont, auteur de La France juive, fondateur du journal La Libre Parole et initiateur du mouvement qui allait devenir l’Action française.

Quelques années plus tard, alors qu’il est tombé dans l’oubli, Georges Bernanos éprouve le besoin de rendre hommage à sa mémoire et de le faire connaître à la jeunesse de son temps.

Mais au-delà de la vie, de l’œuvre ou des opinions de Drumont, c’est bien une époque qu’il décrit, celle des débuts de la IIIe République, de l’assaut des radicaux voulant imposer la laïcité,

des traîtres et des « chéquarts », celle du Ralliement — soumission à la République demandée par le pape Léon XIII aux monarchistes catholiques —,

celle de l’affaire Dreyfus, de l’expulsion des congrégations religieuses, jusqu’à l’éclatement de la Grande Guerre…

Chrétien révolté, antilibéral et antibourgeois, Bernanos nous livre ici une brillante analyse de quarante-cinq ans d’histoire de France, de la Commune au scandale du canal de Panama,

des mystifications de Léo Taxil aux conséquences du décret Crémieux. Fustigeant les pouvoirs de l’Argent et la spéculation, il dénonce ceux qui, serviles et soumis,

indifférents au bien commun et ne songeant qu’à se concilier les faveurs des puissants, les servent : les bien-pensants. Qu’ils soient républicains, socialistes, juifs,

chrétiens, francs-maçons, parlementaires, prêtres ou militaires, ils sont les véritables fossoyeurs de la France.

 

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais XX°
ÉditeurKontre Kulture
ReliureBroché
Nombre de pages414

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La Grande Peur des bien-pensants

Georges Bernanos
La Grande Peur des bien-pensants