Babylone et l'effacement de César

La mondialisation et l'idéologie post-politique

Préface de Mathieu Bock-Côté.

Un essai roboratif, qui, hors des sentiers de la pensée de consommation, passe la question de la mondialisation au prisme de la politique.

Plus de détails

En stock (2)

11,37 €

En savoir plus

   Au sommaire :

  • Préface
  • Avant-propos
  • Introduction
  • La genèse de la mondialisation : la subversion du politique
  • Une étrange tyrannie
  • Redéfinir un ordre politique
  • Conclusion : un enjeu de civilisation

   L'HOMME NOUVEAU, septembre 2019 Raphaelle Lespinas  :

   - Puisque votre livre permet justement de sortir d’une compréhension uniquement économique de la mondialisation, comment la définir au plan politique et quel en est le principe ?

   - Le principe de la mondialisation, c’est la négation du politique (en pratique : sa relativisation et son instrumentalisation) au bénéfice de l’économique. Cette négation trouve son origine et sa justification officielle dans une organisation antérieure déficiente, qui a fait percevoir le politique comme le lieu du mal. La mondialisation se présente comme une réponse à ce problème, mais elle en précipite les conséquences car elle est la radicalisation de la ploutocratie libérale.


L'auteur : Guilhem Golfin
Docteur en philosophie, collaborateur de la revue Catholica et de l'Homme Nouveau, dirige aussi le Collège Saint-Germain pour l'étude de la philosophie chrétienne.

4ème de couverture

   Fait massif et incontestable, la mondialisation est bien plus qu'un simple phénomène économique et financier. Elle revêt une dimension politique dans le sens le plus intégrant du terme, et au-delà, une dimension spirituelle. Ce qu'elle met en jeu, ce sont les moeurs, les conceptions de la vie et de l'Homme, l'organisation des sociétés. En un mot, il s'agit d'un phénomène de civilisation, lequel est indissociable dans ses origines de l'universalisme chrétien en tant que celui-ci  envisage l'espèce humaine comme un tout. Mai la mondialisation en constitue comme une sorte de versant matériel et caricatural, une perversion complète. Am moins qu'elle ne soit purement et simplement l'expression d'une crise de la civilisation.

   Prendre sa juste mesure suppose en tout cas d'accepter de questionner les fondements de ce que l'on nomme la modernité, dont elle constitue de fait un aboutissement, une expression paradigmatique à plus d'un titre.

   C'est ce travail innovant que Guilhem Golfin mène dans cet essai roboratif !

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurL'Homme Nouveau
ReliureBroché
ParutionSeptembre 2019
Nombre de pages128
Hauteur18
Largeur11
Épaisseur1

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(05/11/2019)
Avec une préface sur mesure !

Interrogée, sinon décriée par beaucoup depuis ses débuts après la Seconde Guerre mondiale, la mondialisation n’a pas cessé pour autant d’aller de l’avant, transformant davantage les sociétés et leurs moeurs. Ce qui est ainsi souvent vécu comme une fatalité, due à une logique imparable d’ordre strictement économique, a cependant des fondements juridiques et politiques souvent mal perçus.
Dans cet essai, Guilhem Golfin met en lumière ce visage politique de la mondialisation, afin d’esquisser la manière de se libérer de ses séductions destructrices. Il y va en fin de compte de l’avenir de la civilisation.

    Donner votre avis

    Babylone et l'effacement de César

    Guilhem Golfin
    Babylone et l'effacement de César
    La mondialisation et l'idéologie post-politique

    Préface de Mathieu Bock-Côté.

    Un essai roboratif, qui, hors des sentiers de la pensée de consommation, passe la question de la mondialisation au prisme de la politique.