L'imposture de l'art contemporain

Une utopie financière

Une analyse sans fard des relations troubles de l'art contemporain avec les marchés et les institutions.

En stock (1)

8,44 €

En savoir plus


L'auteur : Aude de kerros
Aude de Kerros est graveur, peintre et esayiste. Lauréate du prix Adophe Boschot de la critique d'art en 2012, elle publie régulièrement des articles de décryptages sur l'Art Contemporain et sur l'Art, dans différentes revues. Elle apporte le point de vue singulier du témoin tant sur l'histoire suterraine de l'Art que sur l'apothéose l'AC. Ces deux réalités contraires sont inséparables et interagissent constamment.

4ème de couverture

    Tout commence avec l'effondrement financier de 2008 et le sauvetage des cotes par les acteurs du marché de l'art. L'art contemporain (AC) vole de record en record ! Simultanément, l'illusion d'art disparaît. Une prise de conscience a lieu : où est passé l'art ? Apparaissent alors idées dissidentes et pratiques non conformistes. Face aux métamorphoses récentes de l'art contemporain, Aude de Kerros tente de répondre à la question que tout le monde se pose : combien de temps une utopie financière peut-elle durer ? A quand le krach de l'AC ? Comment cela peut-il avoir lieu ? Après le succès de L'Art caché, elle nous propose une analyse documentée de l'art contemporain, dans sa compromission avec la finance et le pouvoir.

    Son ton vif et son propos nourri apportent un éclairage unique sur les relations perverses de l'AC avec les marchés et les institutions. En art contemporain, artistes, financiers et fonctionnaires forment un trio infernal.

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurEyrolles
ReliureBroché
ParutionAvril 2021
Nombre de pages403
Hauteur18
Largeur11
Épaisseur2,3 cm
Poids0.226 Kg

Produits associés

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

L'imposture de l'art contemporain

Aude de kerros
L'imposture de l'art contemporain
Une utopie financière

Une analyse sans fard des relations troubles de l'art contemporain avec les marchés et les institutions.