Le Roi est mort, Vive le Roi !

Le Roi au-delà de la mer

Nouvel avant-propos de Jean Raspail.

A la France, il faut un Roi !

Plus de détails

En stock (4)

18,96 €

En savoir plus

   PRESENT du 16 octobre 2019, Alain Sansders :

— Jean Raspail, vous publiez, sous le titre Le Roi est mort, vive le Roi !, un livre précédemment paru sous un autre titre : Le Roi au-delà de la mer. Pourquoi ce choix ?

— Vous remarquerez d’abord que le titre initial, Le Roi au-delà de la mer, est toujours – en majesté, si j’ose dire – en une de couverture. D’autre part, ce livre est un nouveau livre parce qu’il comporte des pages augmentées, comme on dit, mais aussi un nouvel avant-propos où je dis beaucoup de choses qui me tiennent à cœur. Pour résumer : j’avais envie de revenir à l’essentiel. Pour être complet : je n’avais pas tout dit. C’est fait.

— Revenir à l’essentiel ? Mais encore ?

— L’idée monarchique. La monarchie. Le roi. Même si je ne me nourris pas d’illusions, ce n’est pas dans ma nature, je dirai qu’il y a comme de la monarchie dans l’air… Un peuple déboussolé – et donc en quête de sens – se dit : "Après tout, pourquoi pas ? "L’actualité est là qui le leur crie : la République n’est pas paternelle, elle a brisé les familles, la famille, elle a tué les pères, le père, l’honneur, le respect et même le passé et sa transmission. Naguère, on chantait : " Les rois ont fait la France. Elle se défait sans roi ". Alors, le roi, pourquoi pas ? Preuve que tout cela chemine – lentement, trop lentement, mais bon… –, le prochain livre à paraître de notre ami commun Jean des Cars, un Dictionnaire amoureux des monarchies.

— Dans l’avant-propos de votre dernier livre, vous parlez de l’origine familiale des Raspail. C’est la première fois, me semble-t-il.

— Vous avez raison. Je parle de l’origine familiale – et même, osons le mot : de l’origine ethnique – des Raspail. De souche wisigothique, souvent protestants, de souche cévenole, ouest-provençale, républicains convaincus. L’un d’eux, qui a imposé en 1848 la Seconde République, y a gagné un boulevard à son nom… C’est mon père, son arrière-neveu, qui plus tard se rallia au roya- lisme. "Par bon sens ", nous expliquait-il. C’est ce même « bon sens » que j’ai suivi en tournant définitivement le dos au foutoir ré- publicain.

— Vous me semblez moins pessimiste qu’à l’accoutumée…

— Et vous avez encore raison ! Je veux croire que, face à ce qui nous menace, les Pikkendorff (pour faire simple) vont sortir de la tranchée. Pour dire : " Nous ne cédons pas ! " Les meilleurs enfourcheront leurs chevaux – c’est une image, bien sûr, encore que – et ils partiront à la reconquête d’un Occident déclinant. — Ah, les Pikkendorff, parlons-en un peu plus… — Un de mes livres, Hurrah Zara !, paru en 1999, raconte l’histoire de la reine Zara, fondatrice de la dynastie. Ce roman va être republié, dans quelques jours en principe et toujours chez Albin Michel, sous le titre : Les Pikkendorff. J’y vois un double avantage. L’un anecdotique : éviter que l’on associe ma Zara à une marque de prêt-à-porter. L’autre beaucoup plus signifiant : mettre à l’honneur l’histoire de cette famille d’aristocrates qui étend sa culture et son influence à toute l’Europe. Ils sont le vrai reflet des vraies valeurs européennes. Les Pikkendorff, c’est une attitude, une courtoisie, une intelligence, une religion. Et du courage ! Et permettez que je saisisse l’occasion pour saluer le courage – justement – de Présent. C’est ma lecture quotidienne et c’est un bonheur (quand la Poste a fait son travail…) chaque matin renouvelé. Hurrah Présent !


L'auteur : Jean Raspail
Né en 1925, Jean Raspail est notamment l'auteur du "Camp des Saints", de "Sire", de "Qui se souvient des Hommes", du "Roi de Patagonie", de "L'Anneau du Pêcheur" et des "Sept Cavaliers". Il a reçu en 2003 le Grand Prix de littérature de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre et en 2007 le grand prix des explorations et voyages de découvertes décerné par la Société de Géographie.

4ème de couverture

   Dans "Le Roi est mort, vive le Roi !" Jean Raspail s'adresse à un jeune prince trentenaire au plus, car "passé cet âge, l'on se met à penser chacun de ses actes, on lime son coeur, on tue son âme, on se trahit à chaque instant, car nul ne peut mener sa vie autrement en ces temps qui sont les nôtres".

   Et c'est l'Appel d'un homme libre au Roi qui retentit ici à l'oreille d'un Prétendant qui oserait enfin crânement se déclarer le premier et esquisser un geste pour tirer du néant le principe royal par cette grâce divine qui fit les rois de France, et qui échappera toujours au pouvoir des hommes. Il suffirait pour cela d'un peu de mémoire historique, d'un peu de courage, d'un peu de fierté, d'amour propre, le tout chapeauté par un certain goût pour la belle attitude...

Fiche technique

Catégories Livres Littérature - Art - Musique Romans / Essais / Pamphlets...
ÉditeurVia Romana
ReliureBroché, couverture souple avec rabats
ParutionOctobre 2019
Nombre de pages174
Hauteur20.5
Largeur13.5
Épaisseur1
Poids0.220 Kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Le Roi est mort, Vive le Roi !

Jean Raspail
Le Roi est mort, Vive le Roi !
Le Roi au-delà de la mer

Nouvel avant-propos de Jean Raspail.

A la France, il faut un Roi !