J'ai combattu avec Geronimo

Avant-propos de Peter Sturtevant Nye,

Traduction de Thierry Chevrier.

Betzinez se souvient des grands chefs : l'ombre céleste de Cochise, la puissance guerrière de Victorio ; il se remémore dans le détail les courses dans le désert et les montagnes, les performances de Geronimo, tout comme les coups de folie et de férocité de ce dernier.

Plus de détails

En stock (1)

20,76 €

En savoir plus

   MEDIA PRESSE INFOS, novembre 2019 :

   Né en 1860 à Canada Alamosa au Nouveau Mexique, Jason Betzinez a été dès les années 1920 un excellent fermier et surtout un forgeron réputé de l’Oklahoma où, avec quelques autres indiens Chiricahuas, il avait choisi de rester après la libération de la tribu. Il mourra centenaire, le 1er novembre 1960, à peine une année après avoir terminé d’écrire ce récit....Suite de l'article

  • Des photos en noir et blanc in-texte.


L'auteur : Jason Betzinez
Né en 1860 à Canada Alamosa au Nouveau-Mexique, a été dès les années 1920 un excellent fermier et un forgeron réputé de l'Oklahoma où, avec quelques autres Chiricahuas, il avait choisi de rester après la libération de la tribu. Jason Betzinez mourra à peine une année après avoir achevé ce récit, le 1er novembre 1960.

Co-auteur(s) : Peter Sturtevant Nye

4ème de couverture

   De sa prime jeunesse à presque l'avant-dernière année de sa vie mouvementée, en 1959, ce cousin de Geronimo que fut le centenaire apache chiricahua, Jason Betzinez nous relate, du côté indien, ses dernières années de liberté, puis de captivité en tant que prisonnier de guerre. Sur un ton allant de la chronique au récit -et parfois même relevant de la confidence familiale et ethnographique- nous suivons Betzinez dans les ultimes combats de Geronimo contre les Mexicains et les Américains, jusqu'aux successives assignations à la réserve de San Carlos et de leurs non moins successives et rocambolesques évasions qui, juste après la reddition de Geronimo en 1886, mèneront tout droit les Chiricahuas dans le train de la déportation en Foride.

   Betzinez se souvient des grands chefs : l'ombre céleste de Cochise, la puissance guerrière de Victorio ; il se remémore dans le détail les courses dans le désert et les montagnes, les performances de Geronimo, tout comme les coups de folie et de férocité de ce dernier. Enfin, de ces années de captivité jusqu'en 1914, puis de son existence jusqu'à l'âge de 99 ans, il nous conte ce que fut la vie des Chiricahuas, et la sienne comme Apache "intégré" à l'Amérique et lucide sur les temps nouveaux qui faisaient table rase de son passé, des Apaches.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Biographies / Témoignages
ÉditeurLe Rocher
ReliureBroché
ParutionNovembre 2019
Nombre de pages318
Hauteur22.5
Largeur14
Épaisseur2.2
Poids0.375 Kg

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(09/12/2019)
Des contrastes saisissants !

Une autobiographie rare...d’un Apache ayant virtuellement connu à la fois l’âge de pierre et l’ère nucléaire. Petit garçon, Jason Betzinez chassait avec son arc et ses flèches à proximité de ces plaines du Nouveau-Mexique où furent expérimentées quatre-vingt ans plus tard les premières explosions atomiques. Lui et les guerriers de sa tribu combattirent leurs ennemis dans les déserts où furent testés des missiles géants quelques décennies plus tard. Peu d’êtres peuvent se targuer d’avoir connu des contrastes aussi saisissants.

    Donner votre avis

    J'ai combattu avec Geronimo

    Jason Betzinez
    J'ai combattu avec Geronimo

    Avant-propos de Peter Sturtevant Nye,

    Traduction de Thierry Chevrier.

    Betzinez se souvient des grands chefs : l'ombre céleste de Cochise, la puissance guerrière de Victorio ; il se remémore dans le détail les courses dans le désert et les montagnes, les performances de Geronimo, tout comme les coups de folie et de férocité de ce dernier.