La guerre de Succession de France (1584-1610) - Henri IV devait-il être roi ?

Préface de Bernard Barbiche, professeur honoraire à l'École nationale des chartes.

Fadi El Hage nous invite à une relecture inédite d’événements que nous croyons bien connaître, mais qui prennent une autre ampleur dès lors que nous nous éloignons des légendes et des passions.

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

22,27 €

En savoir plus

PHILIPPE CONRAD, historien - recommandé sur FB

LE FIGARO LITTERAIRE, Paul-François Paoli, 2023 :

   L'auteur nous rappelle à quel point cette guerre eut un impact qui mobilisa le pays tout entier mais dépassa aussi largement le cadre des Etats-Unis." 

L'EDITEUR :  D'après les livres d'histoire, l'accession au pouvoir d'Henri IV aurait été la suite logique de la monarchie des Valois : la légitimité du prétendant aurait été incontestable.

   Pour Fadi El Hage, il n'en est rien, et cette version des faits est amplement contestable. Si le roi de Navarre était un candidat plausible, il y en avait d'autres, et leur légitimité n'avait parfois rien de farfelue. Paris devenue ville ouverte, il lui fallut confirmer qu'il n'était pas qu'un prétendant, mais bel et bien le souverain de l'ensemble des sujets, en dépit de difficultés militaires et de complots qui ne manquèrent pas d'ébranler son autorité voire sa légitimité, finalement consacrée par le poignard de Ravaillac. C'est à une relecture de cette guerre civile sans pitié, émaillée de trahisons et de crimes, où l'unité du royaume a été mise à l'épreuve, que se livre l'historien. Mais sans jamais postuler qu'Henri IV était le seul candidat de ce qu'on pourrait appeler " la légalité ". Ce conflit fut bien sûr de nature guerrière, mais pas seulement. La bataille de la légitimité se jouait aussi sur le terrain des écrits, chacun y allant de sa démonstration et de sa rhétorique pour prouver les droits au trône de l'un plutôt que ceux de l'autre.

   Une relecture inédite d'un des événements les plus célèbres de l'histoire de France, et une brèche ouverte dans la mythologie d'un des rois préférés des Français.

Au sommaire :

  • 1. Les Valois, une dynastie en déclin -Une dynastie usée ? L'ascension des Guise et le retrait du roi des armées -- La connaissance historique, un foyer d'arguments en faveur de la délégltimation ? -- Une dynastie immorale -- Une dynastie responsable de dérèglements monarchiques ? -- Du dérèglement à la désacralisation 
  • 2. La succession de France entre ambitions princières et nobiliaires -- Des (non-) réactions conscientes ? -- L'omerta brisée de la succession future -- L'obstacle religieux -- Quand l'étranger s'en mêle -- Petits règlements de comptes et ambitions opportunistes d'une noblesse en crise 
  • 3. Une crise inextricable -- L'introuvable alternative face à Navarre -- Le jeu dangereux de l'impuissance feinte -- Tenter de maitriser autorité et monopoles -- Vers le point de non-retour
  • 4. Échec au roi -- Redevenir l'épée du royaume -- La méfiance croissante envers Guise ? -- La "journée des Barricades" : tel est pris qui croyait prendre ?
  • 5. Échec et mat ? -- Le repli d'Henri III : faiblesse ou reprise en main ? -- Conjurer l'enlisement -- Un coup de majesté raté 
  • 6. Délégitimation et tyrannie -- La tyrannie des Seize ? Autour des références historiques employées à titre de comparaison et à dessein d'imitation -- La délégitimation du roi, utopie institutionnelle contre réalité mentale ? -- Le rapprochement avec Henri de Navarre : une association au trône ?
  • 7. Deux monarchies pour une succession -- L'élection au trône ratée d'Henri IV -- La contre-attaque institutionnelle de Mayenne -- Les états généraux, ou l'affirmation de la francité du royaume 
  • 8. L'introuvable ordalie -- L'espoir d'une fin providentielle de la guerre -- Arques et lm, des combats non décisifs -- Paris ou l'ordalie refusée -- La fin de Farnèse comme acte providentiel ?
  • 9. S'affirmer comme le roi de France légitime -- Redevenir catholique, un appel au ralliement -- Le sacre, symbole important mais insuffisant -- Les ralliements de dignitaires ou la route de Paris -- L'indispensable absolution
  • 10. Une pacification sous contrôle politique et social -- L'Humanisme comme guide de la sortie de crise ? -- L'impossible effacement du passé -- Les ligueurs en exil extérieur... et intérieur -- Henri N et la reprise de contrôle de la noblesse 
  • 11. Le difficile retour aux fondamentaux de la grandeur passée -- Solder la Ligue -- Une guerre contre l'Espagne plus facile à déclarer qu'à mener ? -- De l'enlisement à la remontée en puissance -- Mettre fin aux misères de la guerre 
  • 12. Au risque de perdre la Couronne chèrement payée -- Rien oublié ni appris ? -- Qui t'a fait roi ? -- La dynastie au risque du Vert-Galant et de la guerre -- L'assassinat d'Henri IV, acte de légitimation ultime des Bourbons.

Illustrations, cartes.


L'auteur : Fadi El Hage
Docteur en Histoire, professeur de lettres-histoire au lycée Rabelais de Dugny, chargé de cours à l'IUT en Saint-Denis Paris XIII, Fadi El Hage est membre de la Société de l'Histoire de France et de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais. Il a publié une quinzaine d'articles dans de nombreuses revues locales, nationales et internationales. Il a obtenu le prix d'histoire militaire 2011 pour sa thèse, dont est issu son premier livre, Histoire des maréchaux de France à l'époque moderne (Nouveau Monde/DMPA, 2012).

4ème de couverture

   L’histoire est écrite par les vainqueurs. C’est ainsi que s’est imposée la figure d’Henri IV comme successeur logique des Valois. Sa légitimité aurait-elle donc été toujours incontestée ? Le déroulé des événements de la guerre de Succession de France et la lecture d’une certaine littérature remettent en cause ce qui a pu paraître comme une évidence. En réalité, le premier roi Bourbon a dû s’imposer face à d’autres prétendants plus ou moins crédibles. Même après que Paris lui a ouvert ses portes, il a dû confirmer qu’il était le souverain de l’ensemble de ses sujets, nonobstant les difficultés militaires et les complots, jusqu’au couteau de Ravaillac qui a consacré définitivement sa légitimité.

   Plus surprenant encore, au-delà de sa dimension militaire et religieuse, la guerre de Succession de France a incarné un véritable laboratoire politique, où l’inspiration était puisée autant dans l’histoire antique que l’histoire de France, fraîchement dévoilées à un plus large public grâce à l’imprimerie, le plus grand legs de l’humanisme. 

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire de France Les Lys de France Etudes
ÉditeurPassés composés
ReliureBroché
Parution2023
Nombre de pages384
Hauteur22
Largeur14.5
Épaisseur2.8
Poids0.504 kg

Produits associés

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La guerre de Succession de France (1584-1610) - Henri IV devait-il être roi ?

Fadi El Hage
La guerre de Succession de France (1584-1610) - Henri IV devait-il être roi ?

Préface de Bernard Barbiche, professeur honoraire à l'École nationale des chartes.

Fadi El Hage nous invite à une relecture inédite d’événements que nous croyons bien connaître, mais qui prennent une autre ampleur dès lors que nous nous éloignons des légendes et des passions.