Dans les tranchées de Stalingrad - La ville natale, carnets d'un badaud

En stock (1)

23,70 €

En savoir plus

   LES LIVRES D'ANTOINE, novembre 2021 : lire l'article en entier

   Les débats politiques sont quasiment absents. L’auteur n’était pourtant pas dépourvu d’idées puisqu’il soutint Soljenitsyne plus tard et connut alors de sérieux ennuis. Aujourd’hui encore, lorsqu’un article ou un livre russe évoque les récits de guerres, le livre de Victor Nekrassov est toujours cité. Il a aussi, de ce fait, valeur de document. Le lecteur observe avec intérêt cet état d’esprit du combattant russe, courageux et patriote.

   A une ou deux exceptions près, on ne connait pas ses idées sur Staline ou le communisme, comme si cette guerre était une parenthèse patriotique. L’ennemi a envahi notre pays, il doit partir, c’est aussi simple que cela.

   Un livre instructif, facile à lire, qui nous fait bien comprendre pourquoi Napoléon et Hitler ont eu tort d’envahir la Russie : en aucun cas, ils ne pouvaient gagner.


L'auteur : Viktor Nekrassov
Né en 1911 à Kiev, Viktor Nekrassov suit des études d'architecture et prend des cours d'art dramatique. A sa sortie de l'université, il travaille comme architecte puis se tourne vers le théâtre en devenant acteur et décorateur. Mobilisé dès 1941, il part au front, prend part à la bataille de Stalingrad et à la campagne d'Ukraine. Il reçoit différentes récompenses pour ses faits d'armes mais, blessé au cours de la campagne de Pologne, il est démobilisé.
Rentré à Kiev, il devient journaliste et publie en 1946 Dans les tranchées de Stalingradqui le fait connaître du grand public. Il profite ensuite de la déstalinisation pour faire paraître son oeuvre La Ville nataleet, en 1959, il prend position en faveur de la construction d'un monument pour commémorer le massacre de Babi Yar. Il dénonce également l'enfer des camps dans son livre Kira, publié en 1961.
Après l'éviction de Krouchtchev, Nekrassov se joint à d'autres intellectuels tels que Soljenitsyne pour dénoncer la restalinisation du pays. Du fait de ses activités politiques, de ses essais et reportages dérangeants, il est expulsé du parti en 1973, et décide d'émigrer en France en 1974. Il y poursuit ses activités de dissident, en publiant notammentCarnets d'un badaud en 1976. L'URSS révoque sa citoyenneté en 1979.
Il meurt à Gentilly en 1987 et sera enterré au Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

4ème de couverture

   Le livre rassemble trois titres majeurs de l'oeuvre de Viktor Nekrassov. Tout d'abord Dans les tranchées de Stalingrad, son premier roman, pour l'écriture duquel il s'est très largement inspiré de sa propre expérience de guerre, est la chronique de la vie quotidienne des soldats et d'un bataillon durant la Seconde Guerre mondiale. Cette oeuvre est récompensée par le prix Stalineen 1946, malgré le fait que le récit ne correspond pas à la description de l'héroïsme de guerre, de rigueur à cette époque. En effet, le thème principal du livre est l'exécution d'un ordre absurde qui coûte la vie à la moitié d'un régiment et met surtout l'accent sur l'amitié entre les combattants. Mais l'approbation de Staline lui-même met fin à la polémique qu'avait suscité la parution de l'oeuvre, jugée "pacifiste".

   Ce texte n'est pas seulement un récit de guerre, l'engagement de l'auteur ainsi que son style sobre et élégant, en font une oeuvre universelle qui rencontre immédiatement un grand succès. Un film intitulé Les Soldats et réalisé par Alexandre Ivanov en 1956 en est tiré. Avec son deuxième roman paru en 1954, La Ville natale, Viktor Nekrassov s'éloigne du réalisme soviétique. Il relate l'histoire d'un soldat qui s'oppose à une campagne injuste contre un professeur de l'institut où il étudie. Le livre déclenche lui aussi une véritable polémique, notamment car la plupart des figures de dirigeants sont des personnages négatifs. Mais il est tout de suite apprécié pour la vérité des situations et des caractères. Carnets d'un badaud, enfin, est un récit autobiographique et de mémoire couvrant un demi-siècle – des années 1930 à 1980.

   L'écrivain revendique désormais être un "badaud", "c'est-à-dire un homme qui pour rien au monde ne renoncerait à un spectacle intéressant". Les "spectacles intéressants" qu'il observe, au cours de son périple, de Kiev à Paris en passant par la Suisse ou le Japon, sont autant d'occasions de se remémorer des souvenirs, de laisser libre cours à ses réflexions et d'imaginer des associations, parfois étonnantes, comme si n'existaient ni les années écoulées, ni les distances géographiques. La force de Nekrassov, son charme, c'est d'associer, d'une phrase à l'autre des entités a priori absolument opposées. Dans un monde divisé, il réunit, il associe. Ce monologue empreint de nostalgie a été écrit au cours de sa période d'émigration forcée, il y décrit parfois avec désapprobation et regret, parfois avec moquerie, mais sans malice, sa réalité quotidienne, car l'émigration est au coeur de sa vie, mais aussi de son oeuvre.

   L'écrivain s'interroge sur le sens et les raisons d'un phénomène qui est d'abord, pour lui, une donnée historique, avant de devenir une expérience personnelle. Nekrassov estime même que "le plus grand crime", commis en URSS en soixante-sept ans, a peut-être été "le projet, conçu et concrétisé de façon diabolique, qui consistait à séparer les gens".

Fiche technique

Catégories Livres Littérature Romans français et étrangers
ÉditeurLouison
ReliureBroché
ParutionJuin 2019
Nombre de pages570
Hauteur26
Largeur17
Épaisseur3.9
Poids1.006 kg

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Dans les tranchées de Stalingrad - La ville natale, carnets d'un badaud

Viktor Nekrassov
Dans les tranchées de Stalingrad - La ville natale, carnets d'un badaud