Une histoire du Mal

Envoi sous 3-8 jours

22,75 €

En savoir plus

LECTURE ET TRADITION, n°37- François Delbe, mai 2014 :

   L'abbé de Tanoüarn nous entraîne dans une réflexion sur le mal. La connaissance n'est pas mauvaise en soi ; ce qui est folie, c'est la raison humaine qui devient libertaire. Platon, Descartes (p. 64-65), Maurras (p. 68), Pélage (p. 72-73), Bossuet, sont tour à tour sollicités dans des questionnements parfois audacieux mais jamais téméraires. Puis, à partir du chapitre XIV, l'auteur propose une initiation à la théologie en suivant saint Thomas. Mais l'abbé de Tanoüarn va même jusqu'à faire frémir son lecteur puisque, dans la même page 214, il n'hésite pas à parler, à côté de Pierre Lombard et du Docteur angélique, du Catéchisme de l'Église catholique de 1992 et d'une étude de Mgr Guérard des Lauriers ! « Nous avons essayé de montrer que le rationalisme, la réduction de toute intelligence à la raison raisonnante, est la source cachée du péché originel, quelque chose comme l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Hélas notre modernité semble retrouver cette ambition satanique : prouver le mal, démontrer le bien, et, dans tous les cas, calculer l'intérêt de chaque individu. » Quelle est, pour conclure, l'espérance de l'homme pécheur ? « Après l'histoire, il ne reste que l'enfer pour celui qui s'est pris pour Dieu et qui n’en a pas fini avec les désillusions. L’enfer ou bien… Celui qui est capable d’articuler cet « ou bien… » avec foi, celui qui est capable d’attendre Dieu malgré les déceptions de la vie, celui qui est capable de crier « Souviens-toi de moi dans ton Royaume », comme Dismas, le bon larron, celui-là Dieu ne peut trahir son attente. »

VALEURS ACTUELLES 6 Philippe Barthelet, 1er mai 2014 

   L'auteur, qui est prêtre, sait allier une vaste et précise érudition (qu'il fait dialoguer avec la philosophie, voire la psychanalyse) à un ton souvent familier pour intéresser ses lecteurs aux plus hautes questions que la théologie étrangement timide de ces dernières décennies élude le plus souvent, questions qui cependant sont en dernière instance les seules qui nous importent : le mal et l'histoire comme histoire du déploiement du mal, le péché originel, l'enfer… Questions qui renvoient à la nature et à la vocation divine de l'homme. Une réflexion intrépide et roborative. 

RECONQUETE, Bernard Antony, n°308, mai 2014

   Non, ça n'est pas une histoire de l'humanité dans toutes ses turpitudes, ni de la nature dans toutes ses méchancetés ! Le projet en serait dément ! Celui de l'abbé Guillaume de Tanoüarn, superbement mené, porte sur l'histoire de la genèse du mal, sur son essence, plus que sur son existence au long des millénaires. Et ce, en raison d'une idée, ou plutôt d'une vérité centrale que l'on peut exprimer ainsi sans trahir Tanoüarn : si le mal est dans ce monde, son origine n'est pas de ce monde. Cette vérité, il l'assène dans l'intitulé même de son prologue : « le mal est surnaturel », qu'explicitent notamment ces lignes dans les premières pages : « Le mal véritable possède quelque chose de surnaturel. Il met en cause Dieu lui-même avec une violence redoutable. Les philosophes disent que le mal est une absence. Ils ont tort de s'en tenir à cette phénoménologie transcendantale. Concrètement, le mal est une puissance contre laquelle souvent il semble qu'il n'y ait rien à faire. » On le perçoit très vite, c'est à une sorte de pénétration du pourquoi du mal que va s'efforcer Tanoüarn, solidement, « les deux pieds dans la Genèse », selon le titre de la première partie du livre. Sa réponse à la question du mal est radicale, au sens étymologique, en tant qu'elle vise la racine même du phénomène, qui est surnaturelle, et aussi parce qu'elle en surprendra peut-être certains qu'une théologie apeurée veut éloigner de toute réflexion sur la finalité du mal dans la volonté de Dieu. [...]

   C'est que l'élaboration intellectuelle non orgueilleuse exige, autant que faire se peut, le bel exercice des pensées comparées. Tanoüarn en est un remarquable rassembleur. Il nous faut aller à sa conclusion : « Le but de celui qui essaie d'éviter la spirale autodestructrice du péché, c'est d'entrer dans ce champ de l'autre qui s'appelle l'amour, l'amour comme absolu, l'amour capable de nous décentrer de nous-mêmes, l'amour divin. Un amour dont la matière oblative est le Moi dans tous ses états. Un amour qui intègre le sacrifice : “Parce que tu étais agréable au Seigneur, il était nécessaire que la tentation t'éprouve” ». (Tobie 12,13) Oui, vraiment l'histoire du mal est d'abord surnaturelle.

ELEMENTS, n°153, Alain de Benoist, octobre-décembre 2014 […] l’abbé de Tanoüarn parle lui aussi du bien, mais à partir d’une méditation sur le mal, dont il cherche à écrire l’« histoire ». On connaît le vieux problème de la théodicée : comment expliquer la présence du mal dans un monde censé avoir été créé par un Dieu infiniment bon et tout-puissant ? La réponse chrétienne classique est que l’homme a fait un mauvais usage de sa liberté (péché originel). Mais comme ce mauvais usage a nécessairement été prévu, et donc accepté par Dieu, le problème reste entier. Guillaume de Tanoüarn s’en empare à nouveau frais, en retournant la question : « Qu’est-ce que Dieu veut faire du mal ? », la réponse étant : « Du bien ». L’idée générale est que c’est grâce au péché que l’homme peut faire son salut, ce qui montre que le mal est « surnaturel ». L’exercice vaut au lecteur des pages habiles et stimulantes, surtout dans les chapitres consacrés à la femme. « L’enfer, c’est quand le mal n’a plus d’histoire », assure l’auteur, qui va jusqu’à écrire, suivant son cher Cajétan, que « le mal est en tout ce qui n’est pas Dieu », mais aussi qu’il n’a ni auteur ni origine car « tout être créé provient du néant ». Saint Augustin disait pour sa part que le mal n’est pas autre chose que la privation du bien.


L'auteur : Abbé Guillaume de Tanouarn
Docteur en philosophie, Guillaume de Tanouarn est rédacteur en chef du magazine Monde et Vie. Il dirige le centre culturel Saint-Paul à Paris. 11 a publié entre autres : Cajetan (2009) et Parier avec Pascal (2012).

4ème de couverture

   Tenter de faire une histoire du mal, c'est chercher à savoir d'où provient son étrange puissance. Qu'est-ce que l'homme a fait pour mériter la lente auto-destruction de toutes ses valeurs ?

   Le livre de la Genèse, qui est le premier livre de la Bible, aborde, au cours des onze premiers chapitres, cette histoire du mal, sous ses différents aspects. Pourquoi le mal est-il plus facile que le bien ? Pourquoi la mésentente séculaire entre les deux sexes ? Pourquoi la violence ? Pourquoi le déluge et les apocalypses à répétition au cours de l'histoire ? Pourquoi ces différences entre les cultures, génératrices de conflits ? L'humanité peut-elle s'autodétruire ? Les hommes ont leur petites réponses toutes prêtes à ces questions. Chaque culture humaine offre ses solutions au drame de la Puissance du mal. Mais, nous dit le livre de Job, la réponse de Dieu est différente.

   A chaque époque, le Dragon semble avoir de beaux jours devant lui. A chaque époque, le mal paraît l'emporter. Et pourtant, comme le dit le poète allemand Höderlin, "lorsque croît le péril croît aussi e qui sauve". C'est sous le signe de la Femme que le livre de la Genèse et le livre de l'Apocalypse envisagent l'avenir d'un monde délivré.

Fiche technique

Catégories Livres Religion Théologie, Philosophie
ÉditeurVia Romana
Parution2014
Nombre de pages ou Durée280
Hauteur21
Largeur13.5

Produits associés

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Une histoire du Mal

Abbé Guillaume de Tanouarn
Une histoire du Mal