La voie de la miséricorde

Thérèse Rondeau, fondatrice de la communauté de sainte Faustine

A la découverte de Thérèse Rondeau, qui consacra sa vie à rendre leur dignité d'enfant de Dieu aux « filles perdues ».

Plus de détails

En stock (1)

24,64 €

En savoir plus

L'HOMME NOUVEAU, Agnès Cotton, mars 2024 : 

   Naître en 1793 dans un pays encore en pleine Révolution présage un destin peu commun. Ce fut le cas de Thérèse Rondeau.

   De parents engagés dans la défense de la royauté et de la foi catholique, elle prendra de son père, mort trop jeune, l’exemple d’un dévouement sans limite à ces causes… mais aussi et surtout à toutes ces âmes souffrantes et laissées pour compte dans sa ville de Laval qui ne fut guère épargnée par les révolutionnaires et les épreuves.

   C’est en fait toute l’Histoire de Laval, de la Mayenne… et de la France de ce début de XIXe siècle que retrace ici Anne Bernet avec une grande précision et de nombreux apports sur les personnes ou les événements qui traversèrent le destin de Thérèse. Cette dernière, poussée par son confesseur jésuite, essaie de tirer de leur triste sort des filles de « mauvaise vie ». Elle espérait qu’il ne s’agissait là que d’une oeuvre parmi d’autres qu’elle pourrait bientôt laisser à une autre afin de se retirer dans un couvent… La Providence en avait décidé autrement et elle fondera l’oeuvre de Notre- Dame de Miséricorde – dans laquel - le entrera en 1925 Faustine Kowalska –, afin de rendre dignité à ces « filles perdues » et de les rapprocher de Dieu. Une belle âme comme il y en eut tant en cette période troublée de l’Histoire de France.


L'auteur : Anne Bernet
Historienne et juriste, Anne Bernet est également journaliste. Elle est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages, traduits dans une douzaine de langues. Elle est aussi postulatrice de la cause de béatification de l'abbé Guérin.

4ème de couverture

   «Elle avait mis du temps à le comprendre, et à l'admettre ; pour dire la vérité, elle n'en avait pas été contente tous les jours, il lui était arrivé de renâcler. Elle avait avancé néanmoins, sans épargner ses forces ni compter ses peines, guidée par l'amour qu'elle portait au Christ, et la certitude, dont aucune épreuve n'avait jamais triomphé, qu'elle pourrait toujours s'appuyer sur lui, qu'il ne la laisserait manquer de rien, quoi qu'il arrivât.
     Elle ne s'était pas trompée, et il ne l'avait pas trompée. Elle savait aussi, avec une clarté aveuglante, que son oeuvre représentait beaucoup plus qu'un refuge accordé à des femmes en détresse qui avaient rarement choisi la voie du vice et du péché sur laquelle elles s'étaient engagées. Thérèse n'avait pas travaillé à rendre de bonnes citoyennes à la société civile, comme l'assurait M. de Hercé autrefois, elle avait oeuvré à peupler le royaume des Cieux. Et c'était autrement important. »
    Thérèse Agathe Rondeau naît le 6 octobre 1793 à Laval en Mayenne. Jeune repasseuse lavalloise, elle aspire à vingt ans à consacrer toute sa vie à Dieu. Sous l'inspiration de son père spirituel, en 1818, elle vient au secours de celles qu'on appelle « les filles perdues », objets de mépris social, et abandonnées à leur misère et leur solitude. Son objectif sera humain et spirituel : leur rendre leur dignité et leur honneur d'enfant de Dieu.
    Son oeuvre, Notre-Dame de la Miséricorde, soutiendra des centaines de jeunes filles. Elle sera aussi le berceau d'une autre vocation : sainte Faustine, religieuse polonaise, à l'origine d'une dévotion à la Divine Miséricorde.
    D'une plume toujours élégante et précise, Anne Bernet nous plonge avec éblouissement dans l'épopée historique d'une belle âme de France au début du XIXe siècle.

Fiche technique

Catégories Livres Religion Biographies, Témoins, Saints
ÉditeurArtège
ReliureBroché
ParutionNovembre 2023
Nombre de pages509
Hauteur23.5
Largeur15.5
Épaisseur2,3 cm
Poids0.605 Kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La voie de la miséricorde

Anne Bernet
La voie de la miséricorde
Thérèse Rondeau, fondatrice de la communauté de sainte Faustine

A la découverte de Thérèse Rondeau, qui consacra sa vie à rendre leur dignité d'enfant de Dieu aux « filles perdues ».