L'hérésie du XXe siècle

Préface de Michel de Jaeghere.

Dossier historique de Philippe Maxence.

En 1966 paraît L'Hérésie du XXe siècle, réquisitoire et inventaire implacable des collusions d'un épiscopat français avec progressisme, marxisme, modernisme et évolutionnisme. 

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

22,75 €

En savoir plus

   TV LIBERTE, émission Terres de Mission de Jean-Pierre Maugendre, le 10 mars 2019 : 

   - Cinq bonnes raisons de lire l'Hérésie du XX° siècle de Jean Madiran :

  • Comprendre notre histoire, comment en sommes-nous arrivés là ?, une histoire de l'Eglise de France.
  • Jean Madiran nous apprend à lire un texte....( exercice formateur).
  • La clarté du style, un plaisir de lire cet auteur.
  • Même dans les débats de l'Eglise, Jean Madiran a tenu sa place et nous montre ainsi que nous avons nous aussi notre place dans ce combat, à notre créneau. En citant Dom Guéranger :" Les fidèles sont les hommes qui puisent dans leur seul baptême, en de telles conjonctures, l'inspiration de leur ligne de conduite, non les pusillanimes qui sous prétexte spécieux de la soumission au pouvoir établi, attendent pour courir à l'ennemi ou s'opposer à ses entreprises, un programme qui n'est point nécessaire et qu'on ne doit point leur donner".
  • L'hérésie est toujours actuelle et il ne faut pas se lasser de la dénoncer...

   BOULEVARD VOLTAIRE, Béatrice Lacoste 12 mars 2019 :

   " J’ai exprimé, dans L’Hérésie, toutes les raisons de mes refus, et aussi toutes les idées pour lesquelles je me bats. Tous les combats auxquels j’ai en quelque sorte consacré ma vie. "

   [<...] Il y pointe du doigt l’existence d’une "nouvelle religion " au sein de l’Église appuyée sur un catéchisme qui n’enseigne plus les vérités nécessaires à la foi. C’est à la suite des déclarations de l’évêque de Metz, Monseigneur Paul-Joseph Schmitt, " docteur commun de la révolution permanente et de la mutation universelle " à Saint-Avold, aux " responsables de communautés sacerdotales " que l’auteur est amené à définir plus précisément cette " hérésie ". Profondément choqué par les propos de l’évêque dans lesquels il constate l’émergence d’une nouvelle doctrine, qu’il estime être " du monde ", et qui prend alors sous sa plume le nom de " religion de Saint-Avold ", il expose ainsi en six propositions les bases de cette pensée nouvelle, en rupture avec la Tradition de l’Église, et qui met en péril l’intégrité de la foi :

  • – un bouleversement apporté par le monde dans la conception du salut ;
  • – une évangélisation insuffisante dans l’Église qui doit être stimulée par de nouvelles méthodes apostoliques ;
  • – une foi qui se doit d’être plus à l’écoute du monde ;
  • – la socialisation qui apparaît comme une grâce ;
  • – l’ouverture d’une époque qui vit enfin pleinement l’idéal évangélique de la vie fraternelle ;
  • – un monde tourné vers l’évolution future des sociétés, au sein duquel l’espérance des chrétiens prend tout son sens. Il en impute la responsabilité première aux évêques, coupables à ses yeux d’avoir permis et encouragé l’avènement d’une nouvelle conception du salut, et d’avoir renoncé à leur devoir d’enseignement, ne remplissant plus, pour la plupart, leur mission de pasteurs du peuple chrétien. Il montre à quel point la mainmise de cette nouvelle religion sur la hiérarchie catholique apparaît d’une extrême gravité dans la mesure où celle-ci l’impose à tous.

   Jean Madiran entend alors réfuter les erreurs qu’il relève en s’appuyant sur la doctrine traditionnelle de l’Église et en puisant dans les écrits des papes antérieurs. L’Hérésie du XXe siècle apparaît véritablement comme une oeuvre incontournable pour qui veut comprendre la position de cet auteur en pointe de toute une génération de catholiques face aux évolutions religieuses, et mesurer l’enjeu et les raisons de leurs batailles.


L'auteur : Jean Madiran
Né le 14 juin 1920 à Libourne, décédé à Paris le 31 juillet 2013, Jean Arfel, alias Madiran, Lagor ou Castetis, devient disciple de Charles Maurras qu'il rencontre pour la première fois en 1942.
Jean Madiran : l'itinéraire s'achève
Jean Madiran est mort le 31 juillet. Le fondateur du quotidien Présent était une figure de la presse politique française. Né en 1920, Jean Arfel écrit sous son nom ses tout premiers articles dans la Revue universelle, proche de l'Action française quelques mois avant le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale. Remarqué par Charles Maurras, qui le considère très vite comme l'un de ses jeunes dauphins, ce fervent partisan de la Révolution nationale, voulue par le Maréchal Pétain, fonde après la guerre L'indépendance française, qui, entre 1946 et 1950, accueille d'anciens journalistes de l'Action française comme Pierre Varillon. Très vite, à travers un itinéraire spirituel exigeant, il devient l'un des censeurs de la politisation à gauche de l'Eglise de France, contre laquelle il écrit deux livres retentissants, Ils ne savent pas ce qu'ils font et Ils ne savent pas ce qu'ils disent (1955), qui consacreront son talent d'essayiste. En 1956, il fonde la revue Itinéraires, qui, jusqu'en 1996, sera le symbole de la résistance spirituelle des catholique au processus d'autodestruction de l'Eglise, défendant avant que quiconque y ait seulement songé, la pérennité de la liturgie traditionnelle. Dans des Editoriaux, à la rhétorique ciselée, il perpétue quelque chose de la voix grave et obsédante de Charles Péguy. Une collection Itinéraires groupe autour de la revue des contributeurs de talent, de Henri Massis aux frères Charlier et à Louis Salleron. En 1968, Jean Madiran publie L'hérésie du XXème siècle. La revue tend à devenir l'expression d'une véritable école de pensée traditionaliste catholique. C'est dans cette perspective qu'en 1982, avec Romain Marie, François Brigneau et Pierre Durand, il fonde le quotidien Présent, dont il sera le directeur de la rédaction, le directeur de la publication et jusqu'aujourd'hui le directeur émérite et chroniqueur brillant.
Proche de Mgr Lefebvre, il avait refusé d'opter en 1988 en faveur des sacres illégaux de quatre évêques, préférant la position légitimiste de son vieil ami Dom Gérard Calvet, prieur puis abbé du monastère bénédictin du Barroux. Proche du Front national et de Jean-Marie Le Pen, il n'avait pas voulu vouer aux gémonies Bruno Mégret, lors de la scission de 1998, considérant qu'un journaliste n'avait pas à prendre parti dans une affaire d'hommes. Rappelant plusieurs fois par semaine, dans Présent, les fondamentaux du combat national et catholique, il publie de nombreux livres parmi lesquels, en 2002, Une civilisation blessée au cœur, qui passe pour son testament politique et La révolution copernicienne dans l'Eglise qui est son testament spirituel.
Publié le jeudi 1 août 2013 par Minute.

4ème de couverture

   En 1966 paraît L'Hérésie du XXe siècle, réquisitoire et inventaire implacable des collusions d'un épiscopat français avec progressisme, marxisme, modernisme et évolutionnisme. L'âme de ce manifeste : la foi de Péguy, foi ardente et anticléricale servie par une plume incisive et insolente de laïc blessé. Devenu la bête noire d'un certain épiscopat, Jean Madiran alors directeur de la revue Itinéraires est soutenu par hommes d'Eglise, philosophes, écrivains parmi les plus éminents (Le Père Guérard des Lauriers, Marcel de Corte, Henri Massis, Marcel Clément...).

   L'ouvrage devient alors signe de ralliement et outil de résistance catholique face à l'effondrement doctrinal, liturgique, catéchétique, exégétique de l'après-concile en France.

   Pour Jean Madiran, il y a une hérésie propre au XXe siècle et une crise spirituelle et sociale propre à notre pays, et son diagnostic demeure étonnamment d'actualité pour caractériser les faces de méduses et les promoteurs infidèles à leur baptême autant qu'à leurs charges.

Fiche technique

Catégories Livres Religion Crise dans l'Eglise
ÉditeurVia Romana
ReliureBroché
ParutionJanvier 2019
Nombre de pages334
Hauteur20.5
Largeur13.5
Épaisseur2.5
Poids0.400

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(11/03/2019)
Merci

Merci pour cette réédition revue et enrichie du livre qui est l'oeuvre majeure de Jean Madiran

    Note 
    (26/02/2019)
    Un classique de Madiran

    Il est judicieux de la part des éditions Via Romana d'avoir réédité cet ouvrage... parce que c'est un "classique" de Madiran , particulièrement typique de son style, de sa méthode, de sa doctrine.
    Madiran a écrit " Si j'ai eu en ce monde quelque chose à dire, c'est dans ce livre-ci surtout que je l'ai dit... et s'il me fallait laisser après moi un seul livre, ce serait celui-ci"

      Donner votre avis

      L'hérésie du XXe siècle

      Jean Madiran
      L'hérésie du XXe siècle

      Préface de Michel de Jaeghere.

      Dossier historique de Philippe Maxence.

      En 1966 paraît L'Hérésie du XXe siècle, réquisitoire et inventaire implacable des collusions d'un épiscopat français avec progressisme, marxisme, modernisme et évolutionnisme.