Enquête sur la Maladie de la Presse

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

11,85 €

En savoir plus

L'Homme Nouveau, n°1435, 20 décembre 2008

Il s'agit d'un petit livre, mais qui décortique, explique, dévoile, même aux yeux du public non averti, le drame de la presse dans notre pays. La presse est libre et donc la liberté d'expression est préservée. Il s'agit d'un leurre. Efficace ! Terriblement efficace ! Les quotidiens français et la grande majorité des hebdomadaires ne vivent que grâce à la publicité. Certains d'entre eux ne sont bâtis qu'en fonction de la publicité. On les appelle des « gratuits ». La duperie est double. Fondateur de la revue Itinéraires et du quotidien Présent (qui vit sans publicité), Jean Madiran était le mieux placé pour décortiquer la terrible maladie qui affecte la presse française. On appréciera notamment son résumé en six points. Limpide.

P.M.


L'auteur : Jean Madiran
Né le 14 juin 1920 à Libourne, décédé à Paris le 31 juillet 2013, Jean Arfel, alias Madiran, Lagor ou Castetis, devient disciple de Charles Maurras qu'il rencontre pour la première fois en 1942.
Jean Madiran : l'itinéraire s'achève
Jean Madiran est mort le 31 juillet. Le fondateur du quotidien Présent était une figure de la presse politique française. Né en 1920, Jean Arfel écrit sous son nom ses tout premiers articles dans la Revue universelle, proche de l'Action française quelques mois avant le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale. Remarqué par Charles Maurras, qui le considère très vite comme l'un de ses jeunes dauphins, ce fervent partisan de la Révolution nationale, voulue par le Maréchal Pétain, fonde après la guerre L'indépendance française, qui, entre 1946 et 1950, accueille d'anciens journalistes de l'Action française comme Pierre Varillon. Très vite, à travers un itinéraire spirituel exigeant, il devient l'un des censeurs de la politisation à gauche de l'Eglise de France, contre laquelle il écrit deux livres retentissants, Ils ne savent pas ce qu'ils font et Ils ne savent pas ce qu'ils disent (1955), qui consacreront son talent d'essayiste. En 1956, il fonde la revue Itinéraires, qui, jusqu'en 1996, sera le symbole de la résistance spirituelle des catholique au processus d'autodestruction de l'Eglise, défendant avant que quiconque y ait seulement songé, la pérennité de la liturgie traditionnelle. Dans des Editoriaux, à la rhétorique ciselée, il perpétue quelque chose de la voix grave et obsédante de Charles Péguy. Une collection Itinéraires groupe autour de la revue des contributeurs de talent, de Henri Massis aux frères Charlier et à Louis Salleron. En 1968, Jean Madiran publie L'hérésie du XXème siècle. La revue tend à devenir l'expression d'une véritable école de pensée traditionaliste catholique. C'est dans cette perspective qu'en 1982, avec Romain Marie, François Brigneau et Pierre Durand, il fonde le quotidien Présent, dont il sera le directeur de la rédaction, le directeur de la publication et jusqu'aujourd'hui le directeur émérite et chroniqueur brillant.
Proche de Mgr Lefebvre, il avait refusé d'opter en 1988 en faveur des sacres illégaux de quatre évêques, préférant la position légitimiste de son vieil ami Dom Gérard Calvet, prieur puis abbé du monastère bénédictin du Barroux. Proche du Front national et de Jean-Marie Le Pen, il n'avait pas voulu vouer aux gémonies Bruno Mégret, lors de la scission de 1998, considérant qu'un journaliste n'avait pas à prendre parti dans une affaire d'hommes. Rappelant plusieurs fois par semaine, dans Présent, les fondamentaux du combat national et catholique, il publie de nombreux livres parmi lesquels, en 2002, Une civilisation blessée au cœur, qui passe pour son testament politique et La révolution copernicienne dans l'Eglise qui est son testament spirituel.
Publié le jeudi 1 août 2013 par Minute.

4ème de couverture

L'internet, les subventions et la publicité allouée à la presse écrite depuis Émile de Girardin ont-ils pour effet de tuer la liberté d'écrire, rendant caduque le support papier traditionnel ?

Fondateur de la revue catholique Itinéraires en 1956 et du quotidien Présent en 1982, Jean Madiran détaille les maux qui affectent la presse, déplorant la disparition de la liberté de pensée inhérente à l'expression de l'information. Les remèdes sont pourtant de la responsabilité du lecteur autant que de celle de nos régimes successifs...

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurVia Romana
ReliureBroché
Parution2008
Nombre de pages ou Durée60
Hauteur14
Largeur14

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Enquête sur la Maladie de la Presse

Jean Madiran
Enquête sur la Maladie de la Presse