Automne cheyenne

L'exode du dernier espoir

Traduction de Thierry Chevrier.

La densité du roman de Mari Sandoz, la subtilité et la précision des descriptions, l'atmosphère et l'esthétique "très indienne" qui s'en dégagent, font que l'ouvrage dépasse de loin une simple histoire de western : c'est tout simplement un chef-d'oeuvre de la littérature américaine.

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

23,60 €

En savoir plus

MEDIA PRESSE INFOS, janvier 2023 :

   Il y a bien des enseignements à tirer de l’histoire des peuples natifs américains, ces Amérindiens dépossédés de leurs terres et quasiment éradiqués sur ordre des autorités des Etats-Unis d’Amérique. A ce titre, la collection Nuage rouge des éditions du Rocher réalise un travail précieux en rééditant les traductions françaises d’ouvrages anciens et de référence sur le sujet. Parmi les dernières publications, Automne cheyenne de Mari Sandoz (1896-1966) mérite attention. Cette femme a passé de longues années à ses recherches méthodiques et rigoureuses pour ensuite écrire différents volumes sur l’histoire des Indiens.

   Ces Indiens ont rencontré pour la première fois l’armée des Etats-Unis en 1854. A cette époque, les hommes blancs n’étaient dans la région que des îlots sur une mer immense d’Indiens et de bisons. Vingt-trois ans plus tard, en 1877, les bisons avaient à peu près disparu, et les derniers Indiens étaient conduits vers les réserves.

   Il n’y a aucun équivalent dans l’histoire à cet « exploit » de l’homme moderne : la destruction d’un mode de vie dans son intégralité, l’expropriation d’une race hors d’une région de 140 millions d’hectares de superficie en un laps de temps aussi bref. Il fut pour cela nécessaire de conditionner l’opinion publique. Dans les années 1830-1840, les Indiens chasseurs de bisons étaient considérés comme un peuple romanesque. On venait de partout pour le voir. Le prince Paul de Wurtemberg, le prince Maximilien d’Autriche et des centaines d’autres grands noms européens firent le déplacement pour aller chevaucher sur son territoire, manger des côtes de bison rôties, observer le Grand Chasseur Rouge et partager quelques instants de sa vie.

   Cela, c’était avant que les spéculateurs ne convoitent sa terre. Le Chasseur Rouge devint un sauvage sale, traître et assoiffé de sang, un obstacle sur le progrès. En 1864, tandis que la Fédération des Etats-Unis combattait, selon la version officielle, les Confédérés pour libérer l’homme noir de l’esclavage, l’opinion publique était prête à accepter une politique d’extermination de l’homme rouge. Aucune objection ne s’éleva. Pas même d’Abraham Lincoln. Deux ans après qu’il ait « émancipé » les Indiens, l’armée massacra les Cheyennes, hommes, femmes et enfants, à Sand Creek. L’été suivant, sous la présidence d’Andrew Johnson, le général Patrick Edward Connor donna au corps expéditionnaire contre les Sioux et les Cheyennes les ordres suivants : « Vous n’accepterez aucune offre de paix ou de soumission de la part des Indiens; vous attaquerez et tuerez chaque Indien mâle au-dessus de douze ans« . Ensuite, les Indiens furent parqués dans des réserves et affamés, sans qu’aucune des promesses à leur égard ne fut respectée. Plusieurs tribus se rebellèrent, espérant revenir sur leurs terres d’autrefois et pouvoir chasser à nouveau librement pour nourrir leurs enfants.

   Ce livre raconte l’ultime tentative des Cheyennes de sauver leur peuple de la famine. Ils parcoururent près de deux mille cinq cents kilomètres à travers des régions désormais occupées par des pionniers et parsemées de lignes télégraphiques, franchirent trois voies ferrées, furent acculés à une dernière bataille contre l’armée des Etats-Unis. La fin d’un monde.

VALEURS ACTUELLES, 12 & 17 août 2022


L'auteur : Mari Sandoz
Mari Sandoz, 1896-1966, a écrit de très nombreux ouvrages, notamment sur l'Ouest des pionniers et les Indiens. Elle a en l'occurrence écrit la mythique biographie du chef sioux Crazy Horse publiée dans la présente collection.

4ème de couverture

    En septembre 1878, déportés au sud loin de leurs terres des Grandes Plaines, les Cheyennes croupissent et se meurent, incarcérés à ciel ouvert, dans cette partie hostile du Territoire Indien, futur Etat de l'Oklahoma. Les promesses non tenues du gouvernement les laissent souffrir des affres de la faim, les rations promises ne viennent pas ou alors au compte-gouttes. Pour survivre ils n'ont plus le choix : à leurs risques et périls, sous le commandement de leurs chefs Dull Knife et Little Wolf, ils décident de regagner à pied leur pays au Montana.

   Commence alors un des plus terribles exode de l'Histoire : affamés, dépenaillés ils marcheront, durant les quatre mois du terrible hiver 1878-1879, pour retrouver leur Terre. Pourchassés par l'armée, et laissant de nombreux morts, les Cheyennes, une fois arrivés connaîtront l'emprisonnement dans des baraquements où ils endureront - femmes, enfants et vieillards compris... - sévices physiques comme psychologiques, humiliations et tortures.

   En 1964, John Ford a fait de cette tragédie humaine un western testamentaire qui a rendu justice au peuple cheyenne en en faisant un classique qui reste dans toutes les mémoires. 

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire du monde
ÉditeurLe Rocher
ReliureBroché
ParutionMai 2022
Nombre de pages458
Hauteur22.5
Largeur14
Épaisseur3
Poids0.495 kg

Produits associés

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Automne cheyenne

Mari Sandoz
Automne cheyenne
L'exode du dernier espoir

Traduction de Thierry Chevrier.

La densité du roman de Mari Sandoz, la subtilité et la précision des descriptions, l'atmosphère et l'esthétique "très indienne" qui s'en dégagent, font que l'ouvrage dépasse de loin une simple histoire de western : c'est tout simplement un chef-d'oeuvre de la littérature américaine.