Rue Saint-Jacques

Disponible chez l'éditeur
Délai de livraison sous 4 à 10 jours

18,01 €

En savoir plus


L'auteur : Philippe Almeras
Philippe Alméras est critique littéraire et biographe français, spécialiste de L.F. Céline. Il a notamment publié Montherlant, une vie en double (Via Romana, 2009) et Céline, entre haines et passion (P.G. de Roux, 2011).

4ème de couverture

   Qui ne connaît la plus droite, la plus antique, la plus historique des rues de notre Capitale ?

   Certains la disent tracée par les mammouths il y a dix mille ans quand Paris n’était encore qu’un fragment de la Sibérie... D’autres n’y voient que l’axe nord-sud de Lutèce, le cardo établi par Rome à l’heure de la conquête, d’autres encore le chemin vers Saint-Jacques de Compostelle. Pourtant, l’histoire de la rue Saint-Jacques où reposent la patronne de Paris, sainte Geneviève, et Clovis, le premier roi des Francs, est le reflet étonnant de celle de notre pays, de sa capitale.

   C’est avec passion que Philippe Alméras ressuscite ici le décor, les événements, les figures hors du commun de cette voie millénaire. Remontant de la Seine, il y a d’abord l’université, la Sorbonne, forgeant le "pays latin", les humanités chrétiennes ensuite, avec les dominicains qui prennent le nom de Jacobins et dont saint Thomas d’Aquin sera le phare. Il y a encore la poésie, avec Villon, l’imprimerie, venue d’Allemagne, Rabelais le Renaissant et les collèges, parmi lesquels Louis-le-Grand qui forme encore l’élite de notre jeunesse. Calvin y échappe à l’émeute durant la Réforme, et la Contre-Réforme s’y installe en sa partie “campagnarde” où sont les couvents, tel le Val-de-Grâce, ultime fondation royale.

   En abolissant l’œuvre des siècles, la Révolution offre à la rue Saint-Jacques une "fête de destruction", écrit Philippe Alméras, "la dernière démolition d’église l’étant par Émile Combes en 1906". Mais c’est par la percée du boulevard Saint-Michel par le baron Haussmann que sonne le glas de la rue Saint-Jacques, la vie étudiante elle-même se dispersant "alors que la rue n’est plus que l’élément du musée qui s’empare peu à peu de toute la ville." La grande flambée de Mai 68 est un bouquet final de cette histoire captivante… à lire comme un roman national.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire de France
ÉditeurVia Romana
ReliureBroché
Parution2014
Nombre de pages ou Durée240
Hauteur20.5
Largeur13.5

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Rue Saint-Jacques

Philippe Almeras
Rue Saint-Jacques