Pensées diverses

Suivi de Discours sur l'universalité de la langue française - Lettre sur le Globe aérostatique

Edition préfacée, établie et annotée par Sylvain Menant.

Sous des apparences nonchalantes, Antoine de Rivarol dissimulait une pénétration peu commune.

Plus de détails

En stock (1)

17,54 €

En savoir plus

   Au sommaire :

  • Présentation :
    • Introduction
    • Note sur le texte
    • Repères chronologiques
    • Repères bibliographiques
  • Pensées diverses
  • De l'universalité de la langue française
  • Lettre sur le globe aérostatique


L'auteur : Antoine de Rivarol

4ème de couverture

   Ces Pensées diverses, publiées ici pour la première fois d'après les Carnets autographes, nous révèlent l'envers secret du personnage, qui juge les hommes d'un regard d'autant plus perçant qu'il est sans illusions. Sous le scintillement des traits d'esprit, se développe par touches successives une réflexion sur la vaine liberté de l'être et l'inconsistance des choses.

   Ces pensées sont complétées par deux textes. Le Discours sur l'universalité de la langue française - commandé et couronné par l'Académie de Berlin -, est une réflexion subtile sur le génie de notre langue. La Lettre sur le globe aérostatique atteste l'intérêt d'un homme des Lumières pour les progrès techniques.

   Rivarol nous intéresse toujours parce qu'il témoigne d'une époque gonflée comme une montgolfière d'illusions et de gaieté. Il peut, bien plus encore, nous fasciner par les coups d'oeil qu'il jette vers le vide.

Fiche technique

Catégories Livres Littérature - Art - Musique Divers
ÉditeurDesjonquères
ReliureBroché
Parution1998
Nombre de pages192
Hauteur20
Largeur14
Épaisseur1.3
Poids0.236 kg

Produits associés

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Pensées diverses

Antoine de Rivarol
Pensées diverses
Suivi de Discours sur l'universalité de la langue française - Lettre sur le Globe aérostatique

Edition préfacée, établie et annotée par Sylvain Menant.

Sous des apparences nonchalantes, Antoine de Rivarol dissimulait une pénétration peu commune.