1453 Mahomet II impose le Schisme Orthodoxe

2e édition

Hors stock

24,40 €

En savoir plus

L'Histoire se répète, dit-on. C'est flagrant en ce qui concerne la tragique histoire de la chute de Constantinople...


L'auteur : Lina Murr Nehmé
Franco-libanaise, Lina Murr Nehmé est professeur, historienne, politologue et islamologue. Depuis trente-sept ans, ses recherches lui permettent de se livrer à un véritable travail d'enquête en remontant aux origines. Son but : réhabiliter les victimes en dévoilant les criminels. Le résultat : des documents qui démolissent les idées reçues. Auteur de plusieurs dizaines d'ouvrages, elle a notamment publié 1453 : Mahomet II impose le schisme orthodoxe (Francois-Xavier de Guibert, 2003), Fatwas et Caricatures (Salvator, 2015) et Quand les Anglais livraient le Levant à l'Etat islamique (Salvator, 2016).

Co-auteur(s) : Préface de Patrick de Laubier

4ème de couverture

" Le différend entre Orthodoxes et Catholiques n'est pas dogmatique.

Nous sommes capables de nous unir avec Rome parce que nous sommes fidèles avec entêtement à nos racines. " Ainsi parlait, en juin 1983, le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche, Ignace IV Hazim, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Ainsi parlaient aussi les Orthodoxes qui, en 1439, avaient mis fin au schisme après d'interminables palabres avec les Catholiques au concile de Florence. À ce concile, le savant Scholarios les avait appelés à embrasser l'Union des Églises.

Mais quelque temps après son retour à Constantinople, il se retourna et prétendit que les raisons du schisme étaient si graves que le Christ ne voulait pas de l'unité des chrétiens, c'est-à-dire de la seule chose qui pouvait sauver Constantinople de l'invasion turque.

Après la chute de Constantinople, Scholarios révéla ses vraies motivations en acceptant la place de patriarche que lui offrait le sultan, ses cadeaux de prix et l'exemption des taxes imposées aux chrétiens.

Et il aida les Ottomans à imposer aux Orthodoxes le mythe d'un schisme légal. Du point de vue orthodoxe, un musulman ne peut pas convoquer un concile, ni élire un patriarche, surtout quand il en existe déjà un. Et la décision de cet " antipatriarche " ne vaut certainement pas face à celle d'un concile groupant les chefs des deux Églises.

Le concile de Florence est donc toujours valide du point de vue orthodoxe.

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Islam
ÉditeurF. X. de Guibert
ReliureBroché
Parution2009
Nombre de pages ou Durée270
Hauteur24
Largeur17

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

1453 Mahomet II impose le Schisme Orthodoxe

Lina Murr Nehmé
1453 Mahomet II impose le Schisme Orthodoxe
2e édition