Louis XV

Le Mal-Aimé

Disponible

29,50 €

En savoir plus


L'auteur : Aimé Richardt
Spécialiste des XVI° et XVII° siècles, Aimé Richardt a publié de nombreux ouvrages, dont un Fénelon couronné par l'Académie française. Parmi ses derniers ouvrages parus : saint François de Sales, Jean Huss et Bossuet

Co-auteur(s) : Préface de Jean de France & Postface de Michel Fromentoux

4ème de couverture

" Il n'est pas possible de lire l'histoire de Louis XV en compagnie d'Aimé Richardt sans penser à l'au-delà du règne.

Toutefois, il faut s'efforcer de saisir l'époque, les enjeux et les dialectiques qui lui sont propres, selon le mouvement d'une histoire qui ne recèle rien de déterminé, ni d'inéluctable : telle est l'humble démarche descriptive et explicative de l'auteur, hors de laquelle on s'expose à ne rien comprendre. Les échecs patents et les succès méconnus du règne de Louis XV sont à interpréter d'une monarchie qui poursuit son œuvre multiséculaire sans savoir qu'elle est un " Ancien régime ", mais sans se croire pour autant éternelle.

Dans ce qu'il est convenu d'appeler l'absolutisme, il n'y a pas le fanatisme despotique ou tyrannique de la toute-puissance, de la maîtrise absolue des hommes et de l'histoire. La question de la fragilité du pouvoir politique est posée en permanence, mais, sans doute, avec plus d'acuité pendant le règne de Louis XV que précédemment et il faut être attentif à ce qui, fondamentalement, se défait au tournant du siècle et au-delà.

Les failles ne sont pas à rechercher dans l'histoire diplomatique et militaire : les guerres mal engagées, les batailles perdues et les défaites diplomatiques sont souvent funestes pour les dictatures contemporaines, mais pas pour les monarchies. Cependant, sans que personne n'envisage un bouleversement radical de l'Etat et de la société, il y a rupture intellectuelle, manifeste quand on l'observe a posteriori, mais déjà sensible pendant le règne de Louis XV, dans la légitimation du pouvoir monarchique.

Cet enjeu politique est d'autant plus concret que le conflit entre le roi et les Parlements se durcit jusqu'au point de rupture. Mais ce qui est détruit n'est pas vraiment remplacé et le pouvoir royal ne parvient pas à imaginer une représentation qui permettrait de renouer le dialogue entre le peuple et le roi. Face aux philosophes, le pouvoir est désorienté, il s'efforce d'obtenir classiquement l'obéissance, non d'emporter la conviction.

Mauvais signe. Pourtant, ces hésitations et ces défaillances n'annoncent pas nécessairement la Révolution de 1789. Le paradoxe de l'époque, c'est que la monarchie développe une logique révolutionnaire, selon son génie propre. L'Etat affirme son autonomie et sa puissance dans et pour la nation, contre les désordres corporatistes, au sens large du terme, et les prétentions nobiliaires. Au siècle des Lumières, la France dispose déjà d'une administration intelligente, modernisatrice, décidée à rationaliser la société d'ordres qui est en train de devenir une nation.

Mais Louis XV régnant les jeux n'étaient pas faits. C'est ce qui rend le règne passionnant. "

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Lys de France
Éditeur F. X. de Guibert
Parution 2006
Nombre de pages ou Durée 380
Hauteur 24
Largeur 16.5

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Louis XV

Aimé Richardt
Louis XV
Le Mal-Aimé