Commentaire de Job

Traduction par un moine du Barroux avec le texte latin de Job en regard.

Le livre de Job a longtemps été une énigme pour les interprètes, jusqu'à ce que Saint Thomas d'Aquin en tire un sens littéral convaincant : Dieu rétribue nos actes, bons et mauvais.

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

33,18 €

En savoir plus

    Nouvelle traduction de cette oeuvre importante du Docteur angélique, agrémentée d'une riche bibliographie et d'un index, et précédée d'une magistrale introduction de Gilbert Dahan, célèbre médiéviste.


4ème de couverture

    Foisonnant d'images et de métaphores, le livre de Job a longtemps constitué une énigme pour les interprètes. Alors que dominait largement l'interprétation allégorique de saint Grégoire le Grand dans ses fameuses Morales sur Job, saint Thomas donne pour la première fois un sens littéral convaincant : Dieu rétribue nos actes, bons et mauvais.

    La croyance en un Dieu rémunérateur nous est familière, elle est, avec la recherche du vrai bonheur, un des fondements de la morale chrétienne. Mais le livre de Job nous fait plonger dans le vertigineux mystère de la Providence, à travers l'affliction d'un homme jusque-là béni de Dieu.

    Ses amis croient y voir la preuve qu'il n'était qu'un hypocrite. Job proteste, jusqu'à ce que l'intervention divine dirime le débat, non sans jeter de vives lumières sur le sens de l'épreuve, la vraie sagesse, l'existence et les procédés du diable.

Fiche technique

Catégories Livres Religion Ecriture Sainte Philosophie, Théologie, Sciences humaines
ÉditeurSainte-Madeleine
ReliureBroché
Parution 2022
Nombre de pages407
Hauteur24
Largeur20
Épaisseur2,3 cm
Poids0,840 Kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Commentaire de Job

Saint Thomas d'Aquin
Commentaire de Job

Traduction par un moine du Barroux avec le texte latin de Job en regard.

Le livre de Job a longtemps été une énigme pour les interprètes, jusqu'à ce que Saint Thomas d'Aquin en tire un sens littéral convaincant : Dieu rétribue nos actes, bons et mauvais.