Conduire la guerre - Entretiens sur l'art opératif

Une réflexion à deux voix sur la guerre et la stratégie comme la France n'en a pas connue depuis longtemps.

L'objectif ? Rien moins que le renouvellement de la pensée stratégique, un domaine apprécié du grand public mais qu'il fallait dépoussiérer et mettre à la portée de tous en trouvant le bon équilibre entre théorie et Histoire.

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

21,71 €

En savoir plus

MEDIAS PRESSE INFO, février 2023 : Conduire la guerre : Entretiens sur l’art opératif, pensée russe qui a révolutionné l’art de la guerre

   Benoist Bihan a été rédacteur en chef du magazine Défense & Sécurité internationale avant de poursuivre une carrière dans l’industrie et le conseil. Stratégiste, historien militaire, il est l’auteur de nombreux articles et études. Il est aujourd’hui conseiller de la rédaction du magazine Guerres & Histoire et rédacteur en chef du magazine Space International.

   Jean Lopez est le directeur de la rédaction du magazine Guerres & Histoire et l’auteur de nombreux ouvrages d’histoire militaire.

   Dans le tout nouveau livre Conduire la guerre, le premier répond aux questions du second afin de cerner ce qu’est l’art opératif. Cette exploration d’une pensée russe qui a révolutionné l’art de la guerre se révèle particulièrement d’actualité. Il faut d’abord commencer par bien distinguer tactique et stratégie. Clausewitz formalisera cette distinction en écrivant : " Nous divisons l’art de la guerre proprement dit en tactique et en stratégie, et nous répétons que la première enseigne à employer les forces dans les combats, et la seconde à employer les combats favorablement à la guerre."

   Benoist Bihan rappelle que l’idée qu’il est possible de trancher un conflit par la contrainte, mais sans l’utilisation de la force, est une dangereuse illusion de notre époque. Nos deux compères, tout au long de leur dialogue, passent en revue batailles et guerres, de l’Antiquité à nos jours, pour illustrer les concepts de l’art de la guerre. Ainsi la guerre de Sécession américaine et la guerre franco-prussienne, toutes deux annonciatrices du blocage de 1914, posent le même type de problème : celui de l’impuissance manifeste de l’outil militaire à transformer en effets politiques ses effets matériels et moraux sur l’adversaire. Dans le cas de la guerre de Sécession, puisqu’une issue négociée est rendue impossible par les succès confédérés, le Nord ne cherche plus à discuter, change de logiciel et veut détruire le Sud pour le reconstruire à sa guise. Si l’armée nordiste dispose d’une supériorité de moyens, elle demeure, face à Lee, inférieure tactiquement. C’est par l’usure et finalement l’épuisement de l’adversaire qu’elle finit par s’imposer, au prix toutefois de pertes considérables et de nombreux revers.

   La stratégie pose cette question essentielle : comment agir sur la volonté ennemie, alors que c’est in fine le vaincu qui décide de la victoire ? Car c’est là le paradoxe : tant que l’adversaire ne reconnaît pas sa défaite, il ne peut y avoir de victoire. Lors de la guerre franco-prussienne, le général américain Sheridan, observateur militaire auprès de l’armée prussienne, aurait déclaré que les Prussiens ne gagnaient pas parce qu’ils ne brûlaient pas assez de villes et de villages français, sous-entendant que la capitulation française s’obtiendrait par la terreur.

   Plusieurs fois, Benoist Bihan avance que l’incapacité de la stratégie à faire rendre du résultat politique à la tactique se traduisait par des conflits interminables et souvent dévastateurs. Il cite la guerre du Péloponnèse, la deuxième guerre punique, la guerre de Cent Ans, la guerre de Trente Ans, la guerre de Sécession, la Première Guerre mondiale.

   D’où l’intérêt à porter à l’art opératif qui trouve ses racines dans l’aristocratique corps des officiers du Tsar et se formalise dans l’Armée rouge. Le premier à formuler le concept d’art opératif est Alexandre Sviétchine, officier chargé de faire au Grand Etat-Major impérial le retour d’expérience des combats d’Extrême-Orient.

   Fils de général, Sviétchine devient officier d’artillerie puis fréquente l’académie Nicolas qui forme les officiers de l’état-major général. Il fait la guerre contre le Japon auprès du Commandant en chef Kouropatkine. Durant la Première Guerre mondiale, il travaille de nouveau à l’état-major général puis commande une division. En 1917, devenu major-général, il dirige l’état-major du Front du Nord, ce qui fait de lui l’un des dix plus importants chefs de l’armée tsariste à l’agonie. Il se rallie début 1918 au pouvoir bolchévique et devient l’un de ces milliers de voenspetsy – spécialistes militaires surveillés de près par les commissaires politiques – qui vont former l’ossature de l’Armée rouge. Il n’y reste que quelques mois avant d’être nommé enseignant à l’académie militaire et de prendre la direction de la commission historico-militaire chargée d’analyser et transmettre l’expérience de la Première Guerre mondiale. C’est à partir de là qu’il va formaliser le concept d’art opératif.

   L’art opératif n’est pas un équivalent de l’art de la guerre russe ou soviétique mais a une portée universelle. Pour comprendre l’art opératif, il faut comprendre ce qu’est une opération, c’est-à-dire un conglomérat d’actions bien différentes : à savoir, l’élaboration du plan de l’opération ; les préparatifs logistiques ; la concentration des forces amies sur leur position initiale ; l’exécution de travaux défensifs ; faire mouvement ; livrer des batailles qui mènent à l’encerclement ou à la destruction d’une portion des forces hostiles, soit comme résultat d’un enveloppement direct, soit comme résultat d’une percée préliminaire, et capturer ou tenir une certaine ligne ou une position géographique donnée. Le succès dans le développement d’une opération dépend à la fois des solutions pour chacun des problèmes tactiques et de la fourniture de tous les moyens nécessaires à la conduite de l’opération sans interruption jusqu’à ce que son but final soit atteint. Sur la base du but d’une opération; l’art opératif fixe toute une série de missions tactiques et un certain nombre de prérequis logistiques.

   Sviétchine a mis en garde contre une tentation : L’expérience a montré que des préparatifs excessivement détaillés sont d’ordinaire l’équivalent de lenteurs dans le développement de l’opération. Il faut donc éviter de planifier trop rigoureusement les étapes du développement d’une opération, sous peine de se voir submergé de détails, lesquels viennent ensuite ralentir la conduite effective de l’opération. Sviétchine enseigne que la stratégie est l’art des chefs militaires mais que les politiciens responsables doivent être familiers avec elle.

   En 1937, dans le cadre de la Grande Terreur et des purges, le NKVD accuse Alexandre Sviétchine d’être le chef de file de la conspiration monarchiste des officiers moscovites. Il est exécuté en juillet 1938. Mais son concept d’art opératif est toujours bien d’actualité. Et ce livre est d’une grande utilité pour l’appréhender.

FIGARO CULTURE, février 2023, Jean-Marc Bastière : l’art de la guerre selon Alexandre Svetchine. 

   À travers un dialogue serré et exigeant (356 questions et 356 réponses), Jean Lopez et Benoist Bihan nous dévoilent cette doctrine révolutionnaire dans toutes ses dimensions.

   - Pourquoi cet antique divorce entre la conduite des combats sur le terrain (tactique) et celle de la guerre dans sa globalité, selon sa finalité politique (stratégie) ?

- Quand on relit l’histoire militaire dans cette perspective en remontant à l’Antiquité, avec la guerre du Péloponnèse et les errances de Périclès, en passant, entre autres, par la guerre de Cent Ans et la guerre de Trente Ans, destructrices et interminables, une Première Guerre mondiale, qui dégénère en carnages stériles, l’incompréhension persistante des Français face à la défaite de 1940, etc., on constate cette tragique distorsion: la stratégie subit la guerre plus qu’elle ne la dirige.

   Un théoricien majeur de la stratégie, de la trempe sans doute d’un Clausewitz, oublié quand il n’a pas été incompris, a voulu répondre à cet immense défi. Inventeur du concept d’«art opératif», Alexandre Svetchine, auteur de Stratégie paru en 1927, a eu l’ambition opiniâtre de «réunifier» cet art de la guerre devenu schizophrène. ...


L'auteur : Jean Lopez
Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres et Histoire, s'est signalé par une série d'ouvrages revisitant le front germano-soviétique, dont Koursk. Les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht ; Stalingrad, la bataille au bord du gouffre ; Berlin, et, avec Lasha Otkhmezuri, Grandeur et misère de l'Armée Rouge. Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate, est conseiller de la rédaction de la revue Guerres et Histoire.

Co-auteur(s) : Benoist Bihan

4ème de couverture

   Une réflexion à deux voix sur la guerre et la stratégie comme la France n'en a pas connue depuis longtemps. Pourquoi, tout au long des siècles, les généraux ont-ils remporté tant de victoires qui n'amenaient pas la fin du conflit ? Pourquoi le sang versé servait-il si peu les objectifs assignés par le pouvoir à ses armées ? Pourquoi, pour prendre un exemple entre mille, les meilleures armées du monde ont-elles été réduites, entre 1914 et 1918, à un face-à-face aussi désespérant que stérile dans la boue des tranchées ? Conduire la guerre livre les clés de cette impasse et montre qu'un grand penseur soviétique oublié, Alexandre Svetchine, a montré la voie pour en sortir.

   Jean Lopez amène Benoist Bihan à exposer sa pensée sur ce digne héritier de Clausewitz, sa vie, sa pensée et son oeuvre, réflexion mûrie depuis quinze ans et nourrie d'une formidable érudition. Chemin faisant, les deux complices nous offrent une promenade à travers vingt-cinq siècles de conflits. Ils revisitent les batailles dites décisives et l'action de ceux qu'on a présentés comme de grands capitaines.

   L'ouvrage ne se contente pas d'être historique et critique. En décortiquant l'oeuvre de Svetchine, il expose la solution - l'art opératif - pour que les combats deviennent pleinement utiles à la stratégie et s'harmonisent avec la tactique. Original dans son approche, puissant par ses arguments, plaisant à lire de par sa forme dialoguée, cet ouvrage est totalement original et devrait marquer la pensée militaire d'une pierre blanche.

   L'objectif ? Rien moins que le renouvellement de la pensée stratégique, un domaine apprécié du grand public mais qu'il fallait dépoussiérer et mettre à la portée de tous en trouvant le bon équilibre entre théorie et Histoire.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire militaire
ÉditeurPerrin
ReliureBroché
ParutionJanvier 2023
Nombre de pages400
Hauteur21.5
Largeur14.5
Épaisseur3.3
Poids0.492 kg

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Conduire la guerre - Entretiens sur l'art opératif

Jean Lopez
Conduire la guerre - Entretiens sur l'art opératif
Une réflexion à deux voix sur la guerre et la stratégie comme la France n'en a pas connue depuis longtemps.

L'objectif ? Rien moins que le renouvellement de la pensée stratégique, un domaine apprécié du grand public mais qu'il fallait dépoussiérer et mettre à la portée de tous en trouvant le bon équilibre entre théorie et Histoire.