Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique

Préface de Christian Perronne

Traduction de Pierre Barois.

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

36,49 €

En savoir plus

   Anthony FAUCI, Bill GATES et Big Pharma, détaille la façon dont Fauci, Gates et leurs acolytes exploitent leur emprise sur les médias, sur les revues scientifiques, sur les entreprises publiques et parapubliques clés, sur les agences internationales de renseignement et sur les scientifiques et médecins influents pour à la fois inonder la population d'une propagande effrayante sur la virulence et la pathogenèse de la COVID-19, museler le débat et censurer férocement les voix dissidentes.


L'auteur : Robert F. Kennedy

4ème de couverture

   Les médias grand public financés par l'industrie pharmaceutique ont convaincu des millions d'Américains que le Dr Anthony Fauci est un héros. Or, il est tout sauf un héros.

   En tant que directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), le Dr Anthony Fauci distribue chaque année 6, 1 milliards de dollars d'argent public à la recherche scientifique, ce qui lui permet de dicter le sujet, le contenu et les résultats des études sur la santé humaine dans le monde entier. Fauci utilise la puissance financière dont il dispose pour exercer une influence extraordinaire sur les hôpitaux, sur les universités, sur la presse médicale et sur des milliers de médecins et scientifiques de premier plan - il a le pouvoir de ruiner ou d'accélérer leurs carrières, de les récompenser, et tient entre ses mains le destin des institutions au sein desquelles ils exercent.

   Pendant plus d'un an de recherches fouillées et méticuleuses, Robert F. Kennedy, Jr. a mis au jour une histoire choquante qui réduit à néant le battage médiatique à propos du Dr Fauci... et qui alertera tous les Américains - démocrates comme républicains - attachés à la démocratie, à la Constitution des États-Unis et soucieux de la santé de nos enfants.

   Anthony FAUCI, Bill GATES et Big Pharma, révèle comment le « docteur de l'Amérique » a lancé sa carrière au début de la crise du SIDA, en s'acoquinant avec des sociétés pharmaceutiques pour saboter des traitements thérapeutiques sûrs et efficaces contre le VIH. Fauci a orchestré des études frauduleuses, puis a fait pression sur les agents de la Food and Drug Administration (FDA) pour qu'ils approuvent un traitement de chimiothérapie mortel qu'il savait pertinemment être sans valeur contre le SIDA. À maintes reprises, Fauci a violé des lois fédérales pour permettre à ses copains de l'industrie pharmaceutique d'utiliser des enfants pauvres et à la peau foncée comme des rats de laboratoire, dans le cadre d'expériences fatales impliquant des chimiothérapies toxiques contre le SIDA et le cancer.

   Au début des années 2000, à Seattle, Fauci et Bill Gates ont topé dans la bibliothèque du manoir de ce dernier (d'une valeur de 147 millions de dollars), scellant un partenariat qui visait à contrôler une entreprise planétaire de vaccins, au capital de 60 milliards de dollars, de plus en plus rentable et au potentiel de croissance illimité. Aujourd'hui, grâce au levier d'action du subventionnement et à des relations personnelles soigneusement entretenues avec des chefs d'État, des patrons de grands médias et de réseaux sociaux, la triade Big Pharma-Fauci-Gates domine la politique mondiale en matière de santé. 

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurMarco Pietteur
ReliureBroché
Parution2022
Nombre de pages640
Hauteur23.5
Largeur15.5
Épaisseur3.4
Poids0.930 kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique

Robert F. Kennedy
Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique

Préface de Christian Perronne

Traduction de Pierre Barois.