Nouveau John Keddie - Eric Liddell achever la course - Des jeux olympiques au chmap missionnaire

Eric Liddell achever la course - Des jeux olympiques au champ missionnaire

Paris 1924-2024

Titre original : Running The Race

Plus de détails

En stock (2)

18,01 €

En savoir plus

  • De très nombreuses photos et documents en noir et blanc in texte.

R.C.F. : Qui était Eric Liddell, pasteur et chamion olympique en 1924 ? 

   Il y a 100 ans, au cours des Jeux olympiques de Paris 1924, l’athlète Eric Liddell entrait dans l’Histoire du sport, en remportant l’or aux 400 mètres. Mais cet évènement n’est qu’une partie de son destin hors du commun, dans lequel sa foi protestante tient une part très importante. A quelques mois des JO de Paris 2024, découvrez son histoire.

   Outre-manche, le champion olympique écossais Eric Liddell est toujours cité comme un modèle par de nombreux athlètes, cent ans après son exploit. En France, son nom semble tombé aux oubliettes, pourtant c’est ici, à Paris, que son mythe s’est construit lors des JO 1924. Cette année-là, il remporte le 400 mètres et bat même le record du monde, en déjouant les pronostics. Car rien ne prédestinait cet Ecossais, né en Chine en 1902, à remporter cette épreuve.

   Un surdoué du sport . Il faut dire qu’avant de devenir un grand coureur, c’est en rugby à XV qu’Eric Liddell excelle. Sport qu’il commence dès son retour en Grande-Bretagne, à l’âge de 5 ans. Rapidement, il devient capitaine de son école dans la périphérie de Londres, puis passe au niveau international, en jouant sept fois sous les couleurs écossaises, et lors du tournoi des Cinq Nations en 1922 et 1923. Egalement friand d’athlétisme, sa vitesse est rapidement remarquée par l'équipe de Grande-Bretagne. En vue des Jeux olympiques de 1924, il s’entraîne donc pour son épreuve de prédilection : le 100 mètres. Mais les premières séries sont fixées le dimanche, et Eric Liddell refuse d’y participer, par conviction religieuse.  Qu’importe, il courra le 200 mètres pour lequel il s’est aussi entraîné et pour le 400 mètres. Il récolte le bronze à la première épreuve, et termine premier de la seconde, contre toute attente. Avec un temps de 47’’6 secondes, il pulvérise son temps personnel et bat le record du monde par la même occasion !

   Foi et sport, intimement mêlés. Fervent protestant, l’histoire raconte qu’à la fin de la course, ce fils de missionnaire aurait alors fait le tour de la piste en brandissant un bout de papier sur lequel était inscrit ce verset de la Bible : « car j’honorerai celui qui m’honore ». Dieu m’a fait pour aller vite. Quand je cours, je ressens son plaisir ! Sa foi guide toute sa vie. A ce propos, on lui prête souvent cette phrase : « Dieu m’a fait pour aller vite. Quand je cours, je ressens son plaisir ! ». Une phrase dite par son personnage dans le film « Les chariots de feu », qui relate son histoire et celle d’Harold Abrahams (champion olympique la même année que lui). LIRE AUSSI : Paris 2024 : quels liens entre foi et sport ?

   Pasteur et missionnaire en Chine. En 1925, il fait une croix sur sa carrière de sportif et retourne dans sa ville natale, à Tianjin, dans le nord de la Chine. Marchant dans les traces de son père missionnaire, il part y prêcher la bonne parole. Là-bas, il s’investit pour faire avancer l’éducation et la pratique du sport. Il aurait notamment participé à la construction du stade Minyuan. En 1932, il devient pasteur et se marie en 1934. Mais sa vie bascule pendant la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945). Comme de nombreux étrangers, il est emprisonné dans un camp en 1943. Mais même dans cette situation difficile, la légende raconte qu’il garde espoir. Il aurait communiqué son optimisme aux enfants du camp en leur faisant découvrir le football. En 1945, son destin prend tragiquement fin. Il meurt d’une tumeur au cerveau, provoquant une vive émotion en Ecosse, où il est toujours considéré comme un héros cent ans plus tard. Dans la communauté protestante, il reste un modèle. Preuve en est avec la campagne vidéo de la Fédération protestante de France pour les Jeux de Paris 2024, dans laquelle il apparaît dès le début.


L'auteur : John Keddie
Né à Édimbourg en 1946, John Keddie est un pasteur et un écrivain chrétien. Il a notamment publié une histoire du centenaire de l'athlétisme écossais très remarquée. Son lien avec Eric Liddell provient d'un poste de conseiller qu'il a occupé pour le film les Chariots de feu. Il fut influencé par Liddell dans sa conversion au christianisme la même année.

4ème de couverture

   Le nom d'Eric Liddell est familier à beaucoup, car il a été rendu célèbre par le film les Chariots de feu. Athlète et missionnaire chrétien, sa passion pour Dieu s'est manifestée tout au long de sa vie.

   De l'université à l'internement au camp de prisonniers de guerre en Chine, cette biographie s'appuie sur une connaissance approfondie de la foi et des exploits sportifs de Liddell pour offrir un récit captivant de la vie extraordinaire de cet homme, somme toute, normal.

Fiche technique

Catégories Livres Religion Histoire Biographies, Témoins, Saints Biographies / Témoignages
ÉditeurC.L.C.
ReliureBroché
Parution2024
Nombre de pages200
Hauteur21
Largeur14
Épaisseur1
Poids0.344 kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Eric Liddell achever la course - Des jeux olympiques au champ missionnaire

John Keddie
Eric Liddell achever la course - Des jeux olympiques au champ missionnaire
Paris 1924-2024

Titre original : Running The Race