La Mafia des Démocraties

Série d'articles parus initialement dans la revue Défense de l'Occident entre 1952 et 1982

La démocratie n’est nullement l’exercice du pouvoir par le peuple, comme le croient les naïfs », au contraire, enfermées dans le pouvoir bureaucratique, les démocraties libérales, sourdes aux cris des peuples, s’imposent à eux par la falsification de l’histoire et l’impératif du progrès...

En stock (7)

17,54 €

En savoir plus


L'auteur : Maurice Bardèche
Maurice Bardèche (1907-1998) est un écrivain et biographe français, agrégé de lettres. Spécialiste du XIXe siècle, il enseigna à la Sorbonne et à l’université de Lille. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont le célèbre et visionnaire Nuremberg.

4ème de couverture

    En 1952, Maurice Bardèche fondait la revue Défense de l’Occident, dans laquelle des écrivains tels que Lucien Rebatet, Michel Déon, Jean Mabire, François d’Orcival et François Duprat interviendront. Maurice Bardèche y prendra aussi régulièrement la plume sur des sujets aussi variés que l’Europe, la littérature, le socialisme, le monde arabe, la violence, la question juive, l’examen de conscience et bien d’autres. Ces textes méritaient, par leur profondeur de vue qui transcende les années, d’être rassemblés et réédités, que ce soit pour le regard historique qu’ils apportent ou pour la réflexion qu’ils suscitent sur des questions intemporelles.

   « La démocratie n’est nullement l’exercice du pouvoir par le peuple, comme le croient les naïfs », au contraire, enfermées dans le pouvoir bureaucratique, les démocraties libérales, sourdes aux cris des peuples, s’imposent à eux par la falsification de l’histoire et l’impératif du progrès. Le mensonge devient un instrument permanent de leur maintien, la décomposition morale s’installe, la corruption et les désordres de toute nature surgissent et se poursuivent grâce aux tolérances dont ils bénéficient. En France, démagogie scolaire, chômage et prélèvements massifs sur le travail forment un triptyque imposé au nom de l’égalité et de la solidarité.

   Mais cette solidarité est une escroquerie, elle n’est en réalité que contrainte, car il faudrait d’abord que la lutte des classes n’existe plus et que l’on comprenne que « la solidarité consiste à se sauver ensemble par l’accord de tous » et non à charger les uns pour donner des droits illimités aux autres. Plus encore, les « trois libertés essentielles qui découlent du contrat social, la liberté individuelle, la liberté d’expression et la liberté du travail nous sont aujourd’hui refusées ». C’était vrai hier, ça l’est plus encore aujourd’hui. 

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
Éditeur Kontre Kulture
Reliure Broché
Parution 2023
Nombre de pages 212
Hauteur 19
Largeur 13
Épaisseur 1.7

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(12/08/2023)
excelent

D’excellents écrits de combats de Maurice Bardèche. Courts et faciles à lire, ils nous frappent par leurs actualités : les prédateurs-parasites du haut alliés à ceux du bas pour mieux piller et empoisonner la nation, un droit trop centré sur celui de l’individu plutôt que sur le droit de la société, produisant des tueurs et crapules en liberté (j’aimerais bien avoir l’avis de M. D. Viguier), des gouvernants liés aux banques, les fameuses grandes familles, de l’opposition contrôlée (la Nupes de l’époque)… De plus cela nous offre un bon portrait historique politique de la France et du monde des années 50 à 80. Bardèche se montre grand analyste politique ancré dans le réel. N’hésitez pas lisez ce livre.

    Donner votre avis

    La Mafia des Démocraties

    Maurice Bardèche
    La Mafia des Démocraties
    Série d'articles parus initialement dans la revue Défense de l'Occident entre 1952 et 1982

    La démocratie n’est nullement l’exercice du pouvoir par le peuple, comme le croient les naïfs », au contraire, enfermées dans le pouvoir bureaucratique, les démocraties libérales, sourdes aux cris des peuples, s’imposent à eux par la falsification de l’histoire et l’impératif du progrès...