La fabrique du crétin - Vers l'apocalypse scolaire

Aujourd'hui, l'Ecole est au pied du mur : elle sera "soit l'instrument d'une dissolution dans l'individualisme et le communautarisme, soit l'outil d'une résurrection". Est-il trop tard pour réagir ?

Plus de détails

En stock (1)

17,06 €

En savoir plus

TV LIBERTE, ZOOM L'école fabrique des consommateurs semi-illettrés

   L'École de la transmission des savoirs et de la formation des citoyens est à l'agonie. Elle accomplit aujourd'hui ce pour quoi on l'a programmée voici un demi-siècle : adaptée aux nécessités du marché, elle fabrique à la chaîne une masse de consommateurs semi-illettrés et satisfaits d'eux-mêmes. Soucieuse d'élaborer enfin l'égalité promise par la République en nivelant par le bas, elle a réussi à détruire ce que la France avait mis deux cents ans à élaborer.

   Pourquoi l'Éducation nationale a-t-elle autorisé les dérives successives qui ont amené à l'apocalypse scolaire ? Jean-Paul Brighelli, agrégé de Lettres, qui a enseigné pendant 45 ans, répond à cette question dans son dernier ouvrage "La fabrique du crétin - Vers l'apocalypse scolaire", le tome 2 de son succès d'édition, déjà vendu à 150 000 exemplaires. 

LE FIGARO / Jean-Paul Brighelli: «Même le niveau des meilleurs élèves baisse»

   On ne présente plus Jean-Paul Brighelli. Sorti de l’ENS Saint-Cloud, comme le nouveau ministre de l’Éducation Pap Ndiaye, précise-t-il, ce professeur du secondaire termine sa carrière en classes préparatoires au lycée Thiers, à Marseille, après un parcours qui l’a conduit dans de nombreux lycées, dont certains en zone d’éducation prioritaire. En 2005, son ouvrage La Fabrique du crétin (Gawsewitch Éditeur), où il pointait les défaillances de l’Éducation nationale, avait provoqué un tsunami: 150.000 exemplaires vendus. Dix-sept ans après, il publie un tome II, chez l’Archipel, constatant avec un brin de lassitude que rien n’a beaucoup changé, et même que tout a empiré… À lire aussiCrise de recrutement des profs: les pistes venues de l’étranger LE FIGARO.

   - Il y a dix-sept ans, vous avez jeté un pavé dans la mare avec La Fabrique du crétin. Qu’est ce qui a changé depuis ? Jean-Paul BRIGHELLI. - Quand le livre est sorti, je ne m’attendais pas à un tel succès. À l’époque, même la presse de gauche en a fait écho. Ce que je constate, c’est que les positions se sont durcies…

________________________________________________________

au sommaire

INTRODUCTION

L'EDUCATION NATIONALE GRAND CORPS MALADE

  • "Le mal vient de plus loin"
  • Histoire d'un crime parfait
  • Le bon usage, c'est bourgeois
  • L'Europe contre les nations
  • La faute à Rousseau
  • Défense et illustration de La Fontaine
  • Le pédagogisme, histoire d'une illusion
  • Giscard, ou l'an 01 de l'apocalypse scolaire
  • Le million Stoléru
  • Du regroupement familial et de ses conséquences
  • Ecole : la fracture sexuée
  • La fin de l'Histoire

VERS UNE REVOLUTION SCOLAIRE

  • Egalité contre élitisme, élitisme contre je-m'en-foutisme
  • Formation des maîtres et enseignements de l'ignorance
  • Mauvais lecteurs
  • Innumérisme et superstition vont en bateau
  • Laïcité, mon beau souci
  • laïcité aménagée, laîcité dépecée
  • Le "bac" ? Quel bac ?
  • Jean-Michel Blanquer pouvait mieux faire

CONCLUSION


L'auteur : Jean-Paul Brighelli
Normalien et agrégé de lettres, Jean-Paul Brighelli. A parcouru l'essentiel du paysage éducatif du col- lège à l'université. Longtemps acteur dans l'édition de manuels scolaires et parascolaires, il milite pour « une refondation de l'école et pour un retour aux fonctions traditionnelles de l'école : la transmission des savoirs, l'apprentissage de connaissances et l'élitisme républicain.

4ème de couverture

   L'Ecole de la transmission des savoirs et de la formation des citoyens est à l'agonie. Elle accomplit aujourd'hui ce pour quoi on l'a programmée voici un demi-siècle : adaptée aux nécessités du marché, elle fabrique à la chaîne une masse de consommateurs semi-illettrés et satisfaits d'eux-mêmes. Soucieuse d'élaborer enfin l'égalité promise par la République en nivelant par le bas, elle a réussi à détruire ce que la France avait mis deux cents ans à élaborer.

   Plus de quinze ans après avoir prédit sa mort programmée, Jean-Paul Brighelli revient au chevet de l'Ecole et la trouve plus mal en point que jamais. Collège unique, "pédagogisme", méthode globale, regroupement familial, laïcité à géométrie variable... les causes sont nombreuses, et l'action de Jean-Michel Blanquer — dont il dresse aussi le bilan contrasté — n'a pu empêcher la déroute, surtout en temps de Covid.

   Aujourd'hui, l'Ecole est au pied du mur : elle sera "soit l'instrument d'une dissolution dans l'individualisme et le communautarisme, soit l'outil d'une résurrection". Est-il trop tard pour réagir ?

Video

ZOOM TV Liberté

Fiche technique

Catégories Livres Littérature Sciences Politiques L'école - Instruction Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurL'Archipel
ReliureBroché
Parution2022
Nombre de pages272
Hauteur22.5
Largeur14
Épaisseur1.7
Poids0.282 kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La fabrique du crétin - Vers l'apocalypse scolaire

Jean-Paul Brighelli
La fabrique du crétin - Vers l'apocalypse scolaire

Aujourd'hui, l'Ecole est au pied du mur : elle sera "soit l'instrument d'une dissolution dans l'individualisme et le communautarisme, soit l'outil d'une résurrection". Est-il trop tard pour réagir ?