Georges Guynemer

Préface du général André Lanata chef d'Etat-major de l'armée de l'air.

La biographie d'un des plus célèbres héros français, devenu en deux ans et demi de carrière à peine le véritable mythe fondateur de l'armée de l'air. Les années passent, mais Guynemer demeure une figure emblématique des ailes françaises. 

Plus de détails

En stock (1)

22,75 €

En savoir plus

    Un mythe national :  Quelques semaines après sa disparition, une prise d’armes se déroule dans toutes les écoles d’aviation au cours de laquelle on lit sa dernière citation. La manifestation se répète les années suivantes, jusqu’à ce qu’André Maginot, ministre de la Guerre, décide, en 1922, d’officialiser ce cérémonial. Le rite est définitivement entériné en 1924.

   A l’image de la Légion étrangère qui, chaque 30 avril, célèbre le sacrifice de Camerone, l’aéronautique militaire, qui devient une arme à part entière en 1933, commémore la perte douloureuse de son as, tous les 11 septembre. Destinée à forger l’esprit de corps, cette tradition est enracinée dans le présent et l’avenir de l’armée de l’Air. 

  • De nombreuses photos et documents en noir et blanc in-texte.

L'auteur : Jean-Marc Binot
Spécialiste de l'histoire militaire. On lui doit, entre autres, chez Fayard, Héroïnes de la Grande Guerre, et Le repos des guerriers.

4ème de couverture

   Il ne lui a fallu que deux ans et demi pour devenir une légende. Engagé volontaire alors qu'il avait été dispensé de service pour raisons de santé, d'abord simple élève mécanicien, Georges Guynemer est le premier pilote à être cité au communiqué officiel du Grand Quartier Général, après avoir abattu son cinquième ennemi en février 1916.

   Dans les mois qui suivent, les victoires s'enchaînent et il est proclamé as des as, promu capitaine puis officier de la Légion d'honneur. A vingt-deux ans à peine. Pourtant la véritable histoire de celui qui a laissé son nom à d'innombrables rues, écoles et autres bâtiments publics reste mal connue, écrasée par une profusion d'hagiographies et d'ouvrages romancés.

   Rédigé à partir d'archives pour une part inédites, notamment celles de la famille de Guynemer, cet ouvrage cherche à dépasser le stade de l'épopée pour approcher celui de l'histoire, en soulignant les conditions qui ont permis la construction du "mythe Guynemer", notamment une aéronautique militaire embryonnaire à la recherche d'une figure de proue et une propagande qui tente d'humaniser un conflit, où l'on meurt surtout victime d'obus, sans voir le visage de son ennemi. Objet de culte, l'aviateur est élevé au rang d'icône nationale afin de maintenir le moral d'un pays entièrement mobilisé par l'effort de guerre, et d'offrir aussi bien aux "poilus" qu'à la population un héros d'exception, capable d'incarner le courage et la volonté, qualités présumées des Français.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Biographies / Témoignages Deuxième Guerre Mondiale
ÉditeurFayard
ReliureBroché, couverture souple avec rabats
ParutionJanvier 2020
Nombre de pages400
Hauteur23.5
Largeur15.5
Épaisseur2.8
Poids0.652 kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(13/09/2020)
Une véritable légende...

Dernière citation de Guynemenr " Mort au champ d'honneur le 11 septembre 1917. Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire, après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue aux soldats français un souvenir impérissable qui exaltera l'esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations.

    Donner votre avis

    Georges Guynemer

    Jean-Marc Binot
    Georges Guynemer

    Préface du général André Lanata chef d'Etat-major de l'armée de l'air.

    La biographie d'un des plus célèbres héros français, devenu en deux ans et demi de carrière à peine le véritable mythe fondateur de l'armée de l'air. Les années passent, mais Guynemer demeure une figure emblématique des ailes françaises.