Deuils périnataux, douleurs secrètes

Les écouter, les accompagner

Que faire devant la détresse de parents qui ont perdu "leur bébé" à la suite de fausses couches, d'interruptions de grossesse, médicales ou volontaires ?

Plus de détails

En stock (1)

16,11 €

En savoir plus

   Brutalité de la mort, décisions prises dans l'urgence, absence de cérémonies d'adieu... le deuil périnatal a des spécificités qui imposent des conditions particulières pour être traversé.

   Florence d'Assier de Boisredon en explique chaque étape et ouvre ainsi les chemins qui, une fois la vie perdue inscrite dans la réalité de la famille, permettront à chacun de surmonter l'épreuve et de se reconstruire.


L'auteur : Florence d'Assier de Boisredon
Psychologue, psychanalyste, Florence d'Assier de Boisredon est engagée dans l'accompagnement et la formation à l'écoute. Elle a travaillé pendant dix-huit ans aux côtés de Simone Pacot. Elle exerce actuellement comme formatrice, conférencière et superviseur. Elle est l'auteur chez Desclée de Brouwer de Ecouter, un art de la présence.

4ème de couverture

   Que faire devant la détresse de parents qui ont perdu "leur bébé" à la suite de fausses couches, d'interruptions de grossesse, médicales ou volontaires ?

   L'affrontement à la mort d'un si petit être se vit souvent dans le silence, entre honte, culpabilité et incompréhension : le père, la mère se débattent dans un deuil particulier, mal reconnu et peu accompagné.

   Ce livre s'adresse ici non seulement à la famille, mais aussi à l'entourage, médical, psychologique, social et spirituel, qui se sent souvent démuni devant ces douleurs secrètes.

Fiche technique

Catégories Livres Famille Mariage Témoignages
ÉditeurDesclée de Brouwer
ReliureBroché
ParutionSeptembre 2017
Nombre de pages194
Hauteur18
Largeur12.5
Épaisseur1.5
Poids0.188

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Deuils périnataux, douleurs secrètes

Florence d'Assier de Boisredon
Deuils périnataux, douleurs secrètes
Les écouter, les accompagner

Que faire devant la détresse de parents qui ont perdu "leur bébé" à la suite de fausses couches, d'interruptions de grossesse, médicales ou volontaires ?