Un Mois avec Notre Dame de Pontmain

Un 17 janvier, Notre Dame apparaît à Pontmain aux petits enfants, et leur délivre un message.

Plus de détails

En stock (1)

17,06 €

En savoir plus

   Pendant le mois de Marie, méditons cette récente apparition de Pontmain qui renferme tant d'enseignements.

   Réédition conforme au texte d'origine de 1903.

   L’apparition de la Vierge à Pontmain se situe dans le contexte de la guerre de 1870 contre la Prusse. Les armées françaises sont écrasées et Napoléon III s’est rendu aux Prussiens à Sedan. Le 12 janvier 1871, les Prussiens sont au Mans et progressent vers l’ouest en direction de Pontmain. Outre les désordres liés à la guerre, une épidémie de typhoïde et de variole se déclenche. Dans la nuit du 17 janvier 1871, Pontmain est sous la neige et la Vierge apparaît revêtue de la robe que portaient les avocats du temps de saint Yves. Deux jeunes garçons, Eugène (12 ans) et Joseph Barbedette (10 ans), aident leur père à piler les ajoncs dans leur grange. Eugène sort de la grange pour « voir le temps ».

   Récit tiré du site de la basilique de Pontmain : C’était le 17 janvier 1871, alors que la France était vaincue par la Prusse. Pendant 3 heures, Eugène et Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé vont contempler la "Belle Dame" vêtue d’une robe bleue parsemée d’étoiles, avec un voile noir sur la tête et une couronne d’or avec un liseré rouge, aux pieds des chaussons bleus avec une boucle d’or. Elle tend les mains en avant et sourit aux enfants. Elle apparaît dans un triangle formé par trois grosses étoiles d’or en plein ciel.

   Accourus devant la grange, les habitants du hameau vont commencer à prier avec les Sœurs. A l’arrivée de M. le curé, l’abbé Michel Guérin, un ovale bleu avec quatre bougies éteintes vient entourer la Belle Dame, une petite croix rouge apparaît sur sa poitrine à l’endroit du cœur. Pendant le chapelet, la Belle Dame grandit lentement au fur et à mesure des Ave Maria. L’ovale grandit aussi et les étoiles se multiplient sur sa robe et autour d’elle. Au début du Magnificat une banderole blanche se déroule en dessous de l’ovale et des lettres d’or viennent s’écrire tour à tour. Le message va se continuer pendant les litanies, l’Inviolata et le Salve Regina. A ce moment-là il est complet. Au début du cantique  Mère de l’espérance , Marie va lever les mains à hauteur de ses épaules et remuer les doigts au rythme du cantique. Après un autre cantique dont le refrain est  Parce Domine  son visage est empreint d’une tristesse indicible. Une croix rouge vif apparaît devant elle, portant le crucifié d’un rouge foncé. Au sommet de la croix, une traverse blanche avec un nom écrit en lettres rouges couleur sang : JESUS-CHRIST ; Marie prend la croix à deux mains et la présente aux enfants. Une petite étoile vient allumer les bougies de l’ovale.

   On prie en silence en pleurant. On chante  Ave Maris Stella . Le crucifix rouge disparaît ; Marie reprend l’attitude du début et sourit à nouveau. Deux petites croix blanches apparaissent sur ses épaules. Au cours de la prière du soir qui va suivre, un voile blanc parti d’en bas monte lentement devant la Sainte Vierge. Puis tout disparaît. « C’est tout fini » disent les enfants. Chacun retourne chez soi le cœur en paix. » Pendant ce temps les Prussiens avancent sur Laval, ils voient une grande Dame au milieu de leur route qui leur fait signe de partir, et ils sentent une force qui les empêche d’avancer, alors ils rebroussent chemin. Sans aucun soldat en face d’eux, par la prière, ils sont repartis. Alors, voyant cela, les habitants demandent, après ce signe, que tous les soldats du village reviennent sains et saufs de la guerre. C’est ce qui se produit. L’Armée de l’Est, du général Bourbaki, qui marche sur Belfort, est, elle, arrêtée par les Prussiens à Héricourt, le même jour.


L'auteur : Chanoine Aubert

4ème de couverture

   A Pontmain, la Sainte Vierge apparaît dans tout l'éclat de sa miséricordieuse tendresse.

   Un sourire d'une ineffable douceur illumine ses traits augustes ; elle regarde avec amour et complaisance les enfants qui la contemplent dans le ravissement et aussi la foule qui, sans jouir du même privilège, se jette à genoux et chante ses louanges.

   Ce ne sont plus des menaces qu'Elle apporte à la terre ; messagère de paix, Elle vient annoncer des jours meilleurs, mais à la condition toutefois de ferventes prières...

   Notre-Dame de Pontmain est aussi connue sous le vocable Notre Dame de l'Espérance.

Fiche technique

Mot clé Mois de Marie
Catégories Livres Religion Spiritualité Apparitions / Manifestations
ÉditeurÉditions Saint-Jean
SélectionMois de Marie
CollectionPrière et dévotion
ReliureBroché
Parution2010
Nombre de pages ou Durée280
Hauteur20
Largeur14.5

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Un Mois avec Notre Dame de Pontmain

Chanoine Aubert
Un Mois avec Notre Dame de Pontmain

Un 17 janvier, Notre Dame apparaît à Pontmain aux petits enfants, et leur délivre un message.