Le Marxisme - Carnets spirituels N°64

Prédications

Editorial de l'abbé Simoulin.

Dans sa prédication, le Père de Chivré cherchait à s’adresser à toute l’âme, à tout l’esprit, pour l’éclairer, mais surtout l’animer, le réveiller, l’enflammer. Il ne voulait pas faire des auditeurs, des intellectuels ou des moralistes, mais des adorateurs, des amoureux de Dieu, des passionnés du Christ… 

Plus de détails

En stock (2)

6,64 €

En savoir plus

Au sommaire :

   – Le marxisme a-t-il une morale – Le marxisme – Vous ne pouvez servir deux maîtres Dieu et Mammon – « Cette génération passera, mais mes paroles ne passeront pas. »


L'auteur : R.P. Bernard-Marie de Chivré
1902-1984. Le Père Bernard-Marie de Chivré aura été, comme le Père Calmel, l’image exemplaire d’un religieux dominicain ayant subi une continuelle persécution ecclésiastique pour sa fidélité.
Fidèle aux traditions et à la vocation de son Ordre ; fidèle à la théologie du Docteur commun de l’Église, saint Thomas d’Aquin ; fidèle à la dévotion dominicaine à la Vierge Marie, fidèle au chapelet, le P. de Chivré a été persécuté surtout pour son inébranlable fidélité, dans le rite dominicain, à la messe catholique traditionnelle, latine et grégorienne.
Avant d’être persécuté pour sa fidélité à la messe, le P. de Chivré était déjà mortellement suspect pour son amitié militante à l’égard d’Itinéraires
Cette longue amitié militante a commencé avec la naissance de la revue, et le P. de Chivré l’a maintenue jusqu’à sa mort. C’était une grande partie de sa pensée, de sa préoccupation, de sa sollicitude ; de sa vie.

Fiche technique

Catégories Livres Religion Spiritualité
ÉditeurHugues de Chivré
ReliureBroché
ParutionMars 2020
Nombre de pages48
Hauteur20
Largeur14

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Le Marxisme - Carnets spirituels N°64

R.P. Bernard-Marie de Chivré
Le Marxisme - Carnets spirituels N°64
Prédications

Editorial de l'abbé Simoulin.

Dans sa prédication, le Père de Chivré cherchait à s’adresser à toute l’âme, à tout l’esprit, pour l’éclairer, mais surtout l’animer, le réveiller, l’enflammer. Il ne voulait pas faire des auditeurs, des intellectuels ou des moralistes, mais des adorateurs, des amoureux de Dieu, des passionnés du Christ…