Le général de Sonis

Préface de Jean de Viguerie

Plus de détails

Éditeurs fermés – livraisons suspendues

22,75 €

En savoir plus

   Sera-t-il bientôt proclamé bienheureux par l’Église ? Voilà un exemple de père et de militaire particulièrement adapté à notre temps.

Le Figaro Magazine, 15 juin 2012 - Jean Sevillia

   Sonis, héros oublié Le 2 décembre 1870, le général Louis Gaston de Sonis, commandant du 17e corps d’armée de l’armée de la Loire, mène un combat désespéré contre les Prussiens près du bourg de Loigny, non loin d’Orléans. Pour dégager son unité, il lance une charge au cours de laquelle plus de la moitié des hommes et les trois quarts des officiers seront tués, lui-même ayant la cuisse fracassée par une balle. Ayant ordonné la retraite et transmis le commandement, il passera la nuit, couché dans la neige par -20°C, à rassurer les blessés. Il survivra miraculeusement – ayant vu la Vierge de Lourdes lui apparaître, affirmera-t-il –, sera amputé, poursuivra néanmoins sa carrière militaire et disparaîtra en 1887, à 61 ans.

   Ancien officier en Algérie, où il s’était posé des questions sur la colonisation, ancien zouave pontifical, père de famille nombreuse (12 enfants), mort en odeur de sainteté, Sonis a eu un parcours exemplaire de soldat chrétien. Ce type de héros n’est pas à la mode : raison supplémentaire de s’y intéresser.

L’Homme Nouveau, n°1522 du 14 juillet 2012

   On connaît peu aujourd’hui la belle figure du général Louis Gaston de Sonis (1825-1887), brillant officier français qui se conduisit courageusement à la bataille de Loigny, y laissant sa jambe gauche. Loigny ? Un village d’Eure-et-Loir où se déroula en décembre 1870 une terrible bataille entre l’armée des volontaires de l’Ouest et l’armée prussienne. Grièvement blessé, Sonis passa la nuit sur le champ de bataille, par –20°, à rassurer et consoler ses soldats étendus eux aussi.

   Avec un véritable talent d’écriture, Gérard Bedel livre ici le fruit d’une enquête historique menée avec rigueur. S’il s’intéresse bien sûr au soldat catholique, il retrace toute la vie de Sonis, montre ses talents d’officier et son intérêt marqué pour la place de l’Algérie. C’est dans ce pays que le jeune officier fit une partie de sa carrière, avant de participer à la célèbre bataille de Solférino, puis de partir au Maroc. Une belle figure d’officier dévot au Sacré-Cœur. Stéphan Vallet


L'auteur : Gérard Bedel
Gérard Bedel, professeur de lettres est l'auteur d'ouvrages sur la langue et la pédagogie du latin. Il a également plublié des travaux sur Mgr Freppel, Mgr trochu et le général de Sonis.

4ème de couverture

   Le XIXe siècle, à la fois si proche et si loin de nous, n’a pas livré tous ses secrets. L’auteur en faisant vivre le général de Sonis tel qu’il fut en son siècle, homme de devoir, soldat héroïque, époux heureux, père de famille attentif, catholique de conviction, campe un personnage vivant et moderne.

   De Sonis l’Africain, qui perçoit les questions que la colonisation en Algérie pose à la France, au héros de Loigny offrant ses souffrances, quel itinéraire !

   Que s’est-il réellement passé à Loigny-la-Bataille ? Quel fut le combat des zouaves pontificaux ? Qui était réellement le général de Sonis d’Espujos (1825-1887) ?

Fiche technique

Catégories Livres Religion Histoire Saints, Témoins, biographies Biographies / Témoignages
ÉditeurVia Romana
ReliureBroché
Parution2012
Nombre de pages ou Durée260
Hauteur20.5
Largeur13.5

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Le général de Sonis

Gérard Bedel
Le général de Sonis

Préface de Jean de Viguerie