Le don paisible

Disponible chez l'éditeur
Délai de livraison sous 4 à 10 jours

27,49 €

En savoir plus

   PRIX NOBEL DE LITTERATURE EN 1965.

   PRESENT, grand article d'Anne le Pape, 15 mai 2020 :  La guerre sur fond de steppe, de chevaux et de chants.

   Il s’agit d’un roman, et d’un roman manifestement vécu. Aucune démonstration idéologique mais des faits qui prennent chair autour du personnage attachant de Grigori, qui oscille d’un camp à l’autre. Pour qui lutt -t-il, au fond, de façon si courageuse ? Il finit par constater qu’il n’est d’aucun parti, sinon celui de sa terre...

    Le Don paisible est un livre plein de bruit et de fureur, du fracas d’une guerre nationale puis, bien pire, d’une guerre civile, avec son cortège de cruautés et l’absence de pardon pour les vaincus. Plein de passion aussi, passion de Grigori pour Aksinia, passion de Natalia pour Grigori.

   Roman de chair et de sang, brassant la haine des frères ennemis et la tendresse blessée des mères. Un mystère entoure la naissance du livre. Cholokhov, qui a reçu grâce à lui le prix Staline en 1941, le prix Lénine en 1960 puis le Nobel en 1965, n’en est sans doute pas le véritable auteur. Ni son âge, ni son passé ne semblent plaider pour cette version. Quel qu’il soit – sans doute un officier cosaque blanc, Krioukov, mort en 1920 du typhus pendant la guerre civile –, l’auteur a su mettre dans ces pages son profond amour pour la terre cosaque et donner naissance à une véritable épopée.

   LES LIVRES D'ANTOINE : lire l'article en entier.

      [...] Cette immense fresque (1400 pages chez Omnibus, 4 volumes en Livre de poche) eut un retentissement considérable en Union soviétique. Elle fut lue et aimée avec passion tant par Staline que par Soljenitsyne ! Le Nobel la couronnera dans le tumulte de la polémique autour du véritable auteur qui n’est peut-être pas le communiste Cholokhov mais un écrivain cosaque, Krioukov, qu’il aurait plagié. Quoi qu’il en soit, le Don paisible est une des grandes œuvres de la littérature russe.


L'auteur : Mikhail Cholokhov
1905-1984) s'inscrit dans la tradition de Tolstoï avec des récits sur le prolétariat russe. Le Don Paisible, qu'il met quinze ans à écrire, est son oeuvre majeure. Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1965 en dépit d'une polémique sur sa paternité du roman.

4ème de couverture

   1912 sur les rives du Don, pays de steppe balayée par le vent, de marais, de roseaux, où vit un peuple rude de paysans-soldats. Le récit commence par une brûlante histoire d'amour qui n'obéit pas aux lois ancestrales. Et bientôt, autour du Cosaque Gregori Melekhov, de son amante Aksinia, de sa femme Natalia, de son village et de sa terre, le vent de l'Histoire se met à souffler. De 1914 à 1922 il balaie tout sur son passage : les destinées individuelles et le monde ancien sont entraînés dans la guerre étrangère, la Révolution, la guerre civile, les premières années du pouvoir soviétique.

   Gregori hésite d'un camp à l'autre, se bat finalement au côté des Blancs puis, au terme d'une décennie de tourmente, rentre au village de Tatarski dévasté. Ce livre connut un destin étrange : antibolchevique, il eut dans l'ex-URSS statut de livre officiel ; l'identité même de son auteur demeure incertaine. Pourtant il brille d'un éclat inaltérable. Comparé dès sa parution à Guerre et Paix de Tolstoï, il apparaît aujourd'hui comme un superbe roman de la grande lignée russe. Son universalité fait de cette geste cosaque un des chefs-d'oeuvre du XXe siècle.

Fiche technique

Catégories Livres Littérature - Art - Musique Romans / Essais / Pamphlets... Prix Littéraires / Sélections Jury
ÉditeurOmnibus
ReliureBroché
Parution1999
Nombre de pages1402
Hauteur20
Largeur13
Épaisseur3.5
Poids0.750 Kg

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Le don paisible

Mikhail Cholokhov
Le don paisible