Pierres Noires

Les classes moyennes du Salut - Roman

Préface de José Fontaine.

Ce deuxième roman réalise une "fresque historique" de l'installation de la III° République : laïcité, déclin des notables liés à la Monarchie, L'Eglise, l'Empire, montée d'une classe nouvelle qui les supplante...

Plus de détails

Disponible sous peu

24,64 €

En savoir plus

   XAVIER SOLEIL son blog :

   Pierres noires, roman posthume de Joseph Malègue dont les deux premières parties (seules terminées) ont été publiées en 1958 par les soins de son épouse et de Jacques Chevalier, se présente d’emblée sous plusieurs faces, à la fois souvenirs d’enfance, évocation d’un certain passé et, comme l’indique son sous-titre, réflexion sur ce qu’il nomme les classes moyennes du Salut. On peut dire de ce troisième thème qu’il est l’axe même de son livre et qu’il informe les deux autres.   suite


L'auteur : Joseph Malègue
Joseph malègue (1876-1940) est l'auteur d'une dizaine de nouvelles et de deux romans, dont, outre Augustin qui rencontra un vif succès, Pierres noires, les classes moyennes du salut, publié chez Plon à titre posthume en 1958.

4ème de couverture

   Dans le deuxième roman de Joseph Malègue, Pierre noires ; les Classes moyennes du Salut, réalise une " fresque historique " de l'installation de la III° République : laïcité, déclin des notables liés à la Monarchie, l'Eglise, l'Empire, montée d'une classe nouvelle qui les supplante dans une ville d'Auvergne imaginaire, emblématique d'une mutation de la France toute entière.

   Malègue observe le déclin de cette classe sociale à laquelle sa famille petite-bourgeoise était liée avec le sens proustien du temps qui passe et la distance du sociologue, sans regret ni révolte. Il se préoccupe surtout du drame spirituel des "classes moyennes du Salut". Soit les chrétiens attachés à l'Evangile, mais peu désireux de lui sacrifier, le cas échéant leur bonheur terrestre.

   Comme dans "Augustin ou le Maître est là", Malègue s'y rapproche encore plus de Proust par l'abondance de ce qu'il enregistre, décrit puis dissèque longuement et finement : beauté de la féminité, mais aussi divisions sociales implacables, fortunes détruites, mariages ratés, suicides illustrant la fin des notables catholiques.  

   Les "pierres noires" sont les pierres volcaniques d'Auvergne et du Cantal avec lesquelles sont construites de nombreuses maisons de ces régions. Les "Classes moyennes du Salut" sont les chrétiens médiocres (où Malègue se situait lui-même), non "classes moyennes de la sainteté".

Fiche technique

Catégories Livres Littérature - Art - Musique Romans / Essais / Pamphlets...
ÉditeurAd Solem
ReliureBroché, couverture souple avec rabats
ParutionAvril 2018
Nombre de pages816
Hauteur23.5
Largeur15.5
Épaisseur3.7
Poids1.055 Kg

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(26/02/2019)
Deux romans "géants"

L’oeuvre de Joseph Malègue est dominée par les deux monuments, de taille colossale, que sont ses deux romans. Comme le constatait déjà Henri Bergson : "C’est un livre tout à fait remarquable dont le seul défaut pour les lecteurs pressés - pour des lecteurs français - est d’être trop long : ce qui explique qu’on n’en ait point parlé comme on aurait dû le faire et comme il le mérite " ...

    Donner votre avis

    Pierres Noires

    Joseph Malègue
    Pierres Noires
    Les classes moyennes du Salut - Roman

    Préface de José Fontaine.

    Ce deuxième roman réalise une "fresque historique" de l'installation de la III° République : laïcité, déclin des notables liés à la Monarchie, L'Eglise, l'Empire, montée d'une classe nouvelle qui les supplante...