Voyage au bout des ruines libérales libertaires

Pamphlet

" La “Mondialisation”, c’est en effet cela : la victoire, ou plutôt la croyance en la victoire du monde maritime contre le monde terrestre, de la mer contre la terre. De la société “ouverte” et “liquide”, comme une poignée de main macronienne,...

Plus de détails

En stock (1)

16,11 €

En savoir plus

   Un pamphlet qui ne mâche pas ses mots. Où l’on découvre le gouffre abyssal entre les idéaux tout faits, venus d’en haut et la réalité à terre, " notre " réalité de plus en plus pauvre, isolée, moribonde.

   L'HOMME NOUVEAU, P.M., mai 2019 :

   A la jointure de l'essai polémique et de la réflexion philosophique, Baumier s'en prend dans ce nouveau livre aux "déconstructeurs" principalement dans la version macronienne et mondialiste, qui règne sans partage aujourd'hui. Avec le talent qu'on lui connait -et qui s'épanouit dans plusieurs revues et publications, globalement conservatrices-, Baumier tire à jet continu contre cette société moderne dont il montre, derrière Z. Bauman, qu'elle n'est qu'une société liquide s'appuyant une pensée liquide"... 

   Tout en gardant le ton du hussard au grand galop contre les idées faibles, il lance ici ou là quelques formules afin d'indiquer la voie d'une reconstruction... Le "nouveau monde" n'a qu'a bien se tenir. A défaut d'être abattu il est au moins démasqué.

PRESENT, 13 février 2019 : Matthieu Baumier répond aux questions de Samuel Martin.

  • Les ruines poussent à la rêverie, en général. Pourquoi les ruines libérales-libertaires où vous nous emmenez ne produisent-elles pas cet effet ?
  • Une des idées majeures de votre livre, à mon avis, est que le mal est antérieur à la « numérisation » de notre être et de notre monde : celle-ci n’est que la conséquence de notre déréalisation. Toute la " Modernité " est dans ce décrochage d’avec le réel ?
  • Vous rappelez que le monde n’est pas binaire. La modernité est simplificatrice, et donc appauvrissante
  • En quoi Macron est-il le " lib-lib " par excellence ?
  • Vous faites l’éloge de la Limite – comme solution. Comment remettre des limites dans notre vie ?

Conclusion : nous ne sommes pas seulement des êtres du présent mais des êtres reliés au passé et au futur ; que nous héritons d’un monde en venant au monde, et non que le monde nous appartient ; que la communauté culturelle est la base de la société, il existe donc une communauté française et européenne, et en dilapider l’héritage au profit de tous les ailleurs est une façon de trahir nos ancêtres, ceux qui ont construit avec leur sueur ce qui nous a été transmis ; que la préférence civilisationnelle est une norme, pas une exception ; que l’autorité est une nécessité ; que la liberté n’est pas un droit exclusif ; que l’individu ne prime pas ; qu’il y a des précédents dont nous gagnerions à nous inspirer ; que l’échelle locale et la subsidiarité sont un horizon pour la démocratie…

Autrement dit, le temps est venu de penser en vue de rebâtir sur les ruines libérales libertaires.

   LE FIGARO, le 25 janvier 2018, Alexandre Devecchio : 

   Avec Voyage au bout des ruines libérales-libertaires, l'écrivain Matthieu Baumier analyse les raisons idéologiques des maux de l'époque. Il voit dans le libéralisme économique et le primat du désir individuel les deux faces, gauche et droite, d'une même idéologie vouée selon lui à l'échec.


L'auteur : Matthieu Baumier
Auteur de plusieurs essais, dont La Démocratie totalitaire (Presses de la Renaissance / Plon), de romans comme Le Manuscrit Louise B. (Les Belles Lettres) ou Les Apôtres du néant (Flammarion) et d’ouvrages de poésie. Il a contribué à diverses revues intellectuelles et politiques (Immédiatement ; La Soeur de l’ange ; La Nef ; L’Atelier du roman ; La Revue des Deux Mondes ; Recours au poème ; L’Incorrect...).

4ème de couverture

   " La “Mondialisation”, c’est en effet cela : la victoire, ou plutôt la croyance en la victoire du monde maritime contre le monde terrestre, de la mer contre la terre. De la société “ouverte” et “liquide”, comme une poignée de main macronienne, sur le réel enraciné.

   Les hommes liquides s’appellent entre eux “élites mondialisées”, comme pour avouer innocemment le caractère sectaire de leur conception du monde – cette même conception qu’il s’est agi de nous imposer. Mais... chers amis, nous n’en voulons pas de votre conception du monde, que pensiez-vous ? Nous sommes le Peuple, voilà tout. Ceux qui ne sont rien, de votre point de vue. » 

Video

ZOOM - TV LIBERTES

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Voyage au bout des ruines libérales libertaires

Matthieu Baumier
Voyage au bout des ruines libérales libertaires
Pamphlet

" La “Mondialisation”, c’est en effet cela : la victoire, ou plutôt la croyance en la victoire du monde maritime contre le monde terrestre, de la mer contre la terre. De la société “ouverte” et “liquide”, comme une poignée de main macronienne,...