Demeure

Pour échapper à l'ère du mouvement perpétuel

Derrière l'accélération partout constatée de nos vies individuelles et de notre existence sociale, il est un phénomène plus essentiel encore, qui est devenu l'horizon absolu de la conscience occidentale :

Plus de détails

En stock

19,00 €

En savoir plus

   LE FIGARO HISTOIRE - Michel de Jaeghere, octobre 2018 : 

   François-Xavier Bellamy fait le procès de l'idéologie du mouvement, en quoi il voit le cœur de l'utopie moderne et la cause de la crise de sens qui affecte l'Occident.

  "Que peut-on, que faut-il dire aux hommes ?" C'était la question posée par Saint-Exupéry au général inconnu auquel il avait écrit, une nuit de l'été 1943, une lettre angoissée par la perspective que la victoire sur l'Allemagne et la barbarie nazie soit celle d'une civilisation seulement occupée à multiplier le nombre de ses frigidaires.

C'est à elle que tente aujourd'hui de répondre François-Xavier Bellamy avec ce livre au titre en forme de manifeste pour les droits de la vie intérieure contre les diktats de la mode, de l'accumulation et du mouvement perpétuels: Demeure.


L'auteur : François-Xavier Bellamy
Normalien et agrégé de philosophie. François-Xavier Bellamy est enseignant et intervient régulièrement dans la presse. Les déshérités a reçu le prix d'Aumale de l'Académie française et le prix des Ecrivains Combattants.

4ème de couverture

   Derrière l'accélération partout constatée de nos vies individuelles et de notre existence sociale, il est un phénomène plus essentiel encore, qui est devenu l'horizon absolu de la conscience occidentale : le changement était, à l'âge classique, une transition entre deux moments de stabilité. Mais notre civilisation semble entrée, avec la modernité, dans une nouvelle ère, qui fait du mouvement la loi universelle.

   Si la vie est évolution, si l'économie est croissance, si la politique est progrès, tout ce qui ne se transforme pas doit disparaître. S'adapter, se réformer, rester dynamique, voilà nos vertus cardinales ; la mode remplace tous nos critères, le flux prend la place de l'être, et le chiffre de la lettre. Alors que la crise contemporaine qui touche le monde occidental porte le symptôme d'une forme d'épuisement intérieur, et alors que notre rapport à l'accélération actuelle des innovations technologiques sera le grand défi politique des années à venir, il importe d'interroger, de façon à la fois approfondie et concrète, le déséquilibre créé par cette incapacité au repos, par cet oubli des stabilités les plus nécessaires à nos vies.

   Afin de redécouvrir ce que notre fascination pour le mouvement nous avait fait oublier : l'essentiel de nos existences se trouve peut-être bien plus dans ce qui est reçu et transmis, que dans ce qui est transformé. Et ce qui donne sens aux changements que nous pouvons apporter, ce ne peut être que la stabilité d'un but qui seul mérite notre effort. Il n'est pas de création spontanée qui s'épanouisse sans racines, pas de voyage vers l'ailleurs qui ne suppose un domaine familier, pas de société qui s'améliore sans chercher le bien dans ce qu'il a d'éternel.

   Ce qui rend possible le mouvement de toute vie, et ce qui lui donne un sens, c'est toujours ce qui demeure.

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Théologie, Philosophie Etudes
ÉditeurGrasset
ReliureBroché
ParutionOctobre 2018
Nombre de pages272
Hauteur20.5
Largeur14
Épaisseur1.8

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(12/11/2018)
Un manifeste pour les droits de l'âme

Dans des pages qui renouent par leur clarté, leur chaleur, leur beauté limpide avec la ligne claire de la Lettre au général X, François-Xavier Bellamy fait mieux que répondre à Saint-Exupéry: il le prolonge et s'impose comme l'interlocuteur et l'ami que l'écrivain n'avait pas trouvé auprès de lui.

    Donner votre avis

    Demeure

    François-Xavier Bellamy
    Demeure
    Pour échapper à l'ère du mouvement perpétuel

    Derrière l'accélération partout constatée de nos vies individuelles et de notre existence sociale, il est un phénomène plus essentiel encore, qui est devenu l'horizon absolu de la conscience occidentale :