Ma République des maires

Pour en finir avec ces présidentielles

Mis à part passer les « nuits debout », concrètement, en 2017, que fait-on ? On élit un nouveau président ? Mais on l’a déjà fait en 2012, en 2007 et ainsi de suite depuis cinquante ans, avec le résultat que l’on voit maintenant : l’hémorragie de nos paysans, ....

Disponible sous peu

18,00 €

En savoir plus


L'auteur : Jean-Claude Martinez
Professeur agrégé de droit et de sciences politiques à l’université de Paris 2, ancien député européen et national, est le fondateur du REV, le Rassemblement Européen pour la Vie.

4ème de couverture

   Mis à part passer les « nuits debout », concrètement, en 2017, que fait-on ? On élit un nouveau président ?

   Mais on l’a déjà fait en 2012, en 2007 et ainsi de suite depuis cinquante ans, avec le résultat que l’on voit maintenant : l’hémorragie de nos paysans, 1000 milliards d’euros de prélèvements, 2000 milliards d’endettement, 5 millions de chômeurs,15000 suicides par an et 130 morts au Bataclan. Parce que, pour tout couronner,la France présidentialisée a eu aussi en 2015 la bataille d’Alger dans les rues de Paris, plus l’état d’urgence.

   Voilà le bilan : dix élections au suffrage universel direct ont donné un président qui a tous les pouvoirs, mais aucun résultat. Omnipotent et en même temps impuissant.

   Le diagnostic s’impose alors : La France a un adénome institutionnel présidentiel qu’on a laissé traîner depuis 1974 et qui maintenant a métastasé dans toute la société. Il faut l’enlever, et vite.

   La date de l’opération est fixée : 7 mai 2017 avec l’élection présidentielle qui doit être la dernière à tout jamais, pour élire le candidat chirurgien qui fera le référendum pour nous débarrasser de ce mode d’élection.

   Nous reviendrons ainsi tranquillement au bon système qui a permis au général De Gaulle, en 7 ans, de 1958 à 1965, de redonner à la France le plein emploi, la croissance, la prospérité, et sa place au sommet. Ce système qui a marché, c’est l’élection du président de la République par les femmes et les hommes de raison qui ont la confiance de la nation : les maires, évidemment.

   Ainsi guérie de sa pathologie présidentielle, la France, rétablie dans ses fondations de la République des maires, va reprendre sa marche en avant et le monde en sera rassuré. Parce que le monde a besoin de la France.

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Etudes
ÉditeurJean-Cyrille Godefroy
ReliureBroché
Parution2016
Nombre de pages252
Hauteur22
Largeur14
Épaisseur2

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Ma République des maires

Jean-Claude Martinez
Ma République des maires
Pour en finir avec ces présidentielles

Mis à part passer les « nuits debout », concrètement, en 2017, que fait-on ? On élit un nouveau président ? Mais on l’a déjà fait en 2012, en 2007 et ainsi de suite depuis cinquante ans, avec le résultat que l’on voit maintenant : l’hémorragie de nos paysans, ....