Une éducation manquée

Souvenirs 1931 - 1948

Disponible sous peu

24,50 €

En savoir plus

Lecture et tradition, n°381-382, novembre-décembre 2008

Dans ce premier volume de ses souvenirs, Ghislain de Diesbach va d'abord évoquer une France qui « se croyait éternelle et n'avait plus que quelques années à vivoter avant de mourir. » Doué d'un solide talent de conteur et d'un esprit caustique, l'auteur va jeter sur l'époque de son enfance et de sa jeunesse un regard lucide où la nostalgie n'embellit rien. Il ne prend personne au sérieux, à commencer par lui-même et ce n'est pas le moindre charme de ces souvenirs. Nous voyons les bouleversements que la guerre amène dans les rapports sociaux, nous voyons l'auteur en élève de collège rebelle, faisant passer la vie et la liberté personnelle avant le conformisme scolaire.

L'auteur appartient à une famille liée à tant de familles importantes en France et en Europe, un Diesbach commandait des Suisses pendant les guerres d'Italie et proposa à Bayard mourant de le faire transporter par ses hommes : on imagine qu'un tel livre de souvenirs fourmille d'anecdotes.

Nous en citerons une qui se situe à la fin de la dernière guerre. [...]

Lisez ce livre. Tout y est savoureux. (Gilles de Grépiac)


L'auteur : Ghislain de Diesbach
Historien renommé, biographe et essayiste, Grand Prix de la biographie de l'Académie française pour son Proust en 1992, Ghislain de Diesbach est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages parmi lesquels un Petit dictionnaire des idées mal reçues, et deux livres de souvenirs, Une éducation manquée et Gare Saint-Charles parus chez Via Romana.

4ème de couverture

Ghislain de Diesbach égrène ici vingt ans de souvenirs d'enfance et d'adolescence.

Il évoque Le Havre où il est né avec ses horizons maritimes, ses premières lectures, ses flâneries, ses rêves de jeunesse.

Au Havre succède Reims, puis Le Mans et Saint-Quentin.

En émule de Proust, il passe au scalpel avec l'humour et la causticité qu'on lui connaît les sociétés qu'il fréquente avec ses parents, multipliant les portraits, les jugements acérés, les considérations lapidaires et les anecdotes savoureuses.

Lorsque la guerre éclate, c'est le temps de la scolarité : professeurs jésuites et condisciples...

L'ironie s'exerce à leurs dépens autant qu'à ceux de l'auteur lui-même, élève rebelle et indiscipliné.

Chronique élégante, spirituelle et nostalgique, ces mémoires sans langue de bois brossent un tableau saisissant de la France des années trente, en proie aux bouleversements de guerre et d'après-guerre.

Fiche technique

Catégories Livres Littérature Divers
ÉditeurVia Romana
Parution2009
Nombre de pages ou Durée330
Hauteur24
Largeur16

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Une éducation manquée

Ghislain de Diesbach
Une éducation manquée
Souvenirs 1931 - 1948