Luca Penni, un disciple de Raphaël à Fontainebleau

Préface d'Henri Loyrette, directeur du Louvre.

Plus de détails

En stock

19,95 €

-19,05 €

39,00 €

En savoir plus

   Né à Florence au début du XVIe siècle, le peintre italien Luca Penni, frère de l'un des élèves favoris de Raphaël, fut en France le promoteur du style de Raphaël et du classicisme romain. Cette exposition est organisée en parallèle à celle consacrée à Raphaël au musée du Louvre.

   A un prix exceptionnel, un magnifique ouvrage de référence de cette exposition.


L'auteur : Dominique Cordelier
Dominique Cordellier est commissaire de l'exposition.

4ème de couverture

   Frère de Giovanni Francesco (Il Fattore) et de Bartolomeo Penni (qui travailla en Angleterre entre 1531 et 1533 à la cour d’Henri VIII), Luca se forma, dit-on, près de Raphaël, puis de Perino del Vaga.

   Venu en France vers 1530, il est cité, avec de très hauts gages, dans les comptes de Fontainebleau, puis, à partir de 1537 et jusqu’en 1540, dans l’équipe de Primatice à la salle haute du « pavillon des Poësles » et dans celle de Rosso à « la galerie François-Ier ». Il est aussi mentionné comme auteur de cartons de tapisseries. Vers 1547, Penni se fixe définitivement à Paris.

   En 1549, il est au service de Mme de Guise, dont il fera le portrait en miniature. Il travaille alors beaucoup pour les graveurs (Mignon, Davent, Boyvin et surtout Delaune). Le 21 septembre 1556, Penni rédige son testament ; son inventaire après décès du 12 avril 1557 mentionne des dessins pour des armes, des portraits, des médailles, des gravures. C’est par les gravures et les dessins (Louvre, Albertina, Windsor) que l’on peut imaginer son style, qui a transmis à Fontainebleau la tradition de l’école de Raphaël. Les nombreuses gravures exécutées d’après ses œuvres, de son vivant et après sa mort (Ghisi, Nelli, Rota, Lafrery, Cock), attestent son influence fort importante sur l’art français du XVIe siècle, et que son fils Laurent Penni, graveur, contribua sans doute aussi à diffuser. Mais Luca Penni a été sensible à l’influence de Rosso et de Primatice. Sa personnalité de peintre reste encore à retrouver : on peut proposer de lui attribuer la Justice d’Othon, récemment acquise par le Louvre, et, avec moins de certitude, La Pietà du musée d’Auxerre.

   Son œuvre est probablement en partie confondue avec celle des Cousin (problème des tapisseries de l’Histoire de Diane).

Fiche technique

Catégories Livres Littérature Beaux livres Arts / Guides / Voyages...
ÉditeurSomogy
ReliureBroché, couverture souple avec rabats
Nombre de pages208
Hauteur28
Largeur24.5
Épaisseur1.65
Poids1.139

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Luca Penni, un disciple de Raphaël à Fontainebleau

Dominique Cordelier
Luca Penni, un disciple de Raphaël à Fontainebleau

Préface d'Henri Loyrette, directeur du Louvre.