Pétain

Trahison ou Sacrifice ?

Préface par François-Georges Dreyfus

“On n’obéit pas à un chef entre les mains de l’ennemi”. Cette apostrophe de Napoléon à l’encontre d’un de ses officiers après la capitulation de Baylen suffit à justifier le gaullisme. Faut-il en déduire que la politique de Vichy était illégitime dès le départ ?

Plus de détails

Disponible

37,00 €

En savoir plus

   A partir de témoignages-clé, Michel Boisbouvier montre que le choix du Maréchal Pétain a épargné de nombreuses vies humaines, y compris dans la communauté juive de France.

   L'auteur n'ignore pas les recherches d'un Robert Paxton ou d'un Serge Klarsfeld sur le sujet. Mais il mène une véritable contre-enquête qui met à jour les incroyables anachronismes et les nombreuses approximations dont souffrent la plupart de ces travaux.

Et au terme d'une approche résolument anti-conformiste, il en arrive à cette double conclusion qui dérange :

1 - De toutes les grandes communautés juives de l'Europe occupée la française ?a été la plus épargnée?.

2 - Contrairement à des allégations mensongères c'est à Vichy qu'elle le doit.


L'auteur : Michel Boisbouvier

Co-auteur(s) : Préface de François-Georges Dreyfus

4ème de couverture

" On n'obéit pas à un chef entre les mains de l'ennemi ".

   Cette apostrophe de Napoléon à l'encontre d'un de ses officiers après la capitulation de Baylen suffit à justifier le gaullisme. Faut-il en déduire que la politique de Vichy était illégitime dès le départ ?

   Evidemment non, puisque l'armistice ménageait des aires d'indépendance : la zone libre, l'Empire, la flotte, un embryon d'armée... Les principales puissances ne s'y sont pas trompées : elles ont envoyé des ambassadeurs à Vichy.

   Mais ensuite, en 1942, quand l'Allemand a occupé la zone libre, que l'Empire est entré en dissidence et que la flotte s'est sabordée, ne fallait-il pas que l'Etat se transporte en terre française, à Alger, ou en Angleterre comme le gouvernement polonais en exil ?

   Le Maréchal a décidé de rester pour atténuer nos malheurs et rester fidèle à une promesse qu'il considérait comme sacrée. C'est là surtout qu'intervient la notion de sacrifice. Or, ce faisant, ne commettait-il pas une grave faute politique, de celles qui font dire que l'enfer est pavé de bonnes intentions ?

Depuis soixante-trois ans, c'est l'opinion commune. Or cet ouvrage prétend le contraire.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Guerres contemporaines
Éditeur Godefroy de Bouillon
Parution 2008
Nombre de pages ou Durée 410
Hauteur 24
Largeur 16

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Pétain

Michel Boisbouvier
Pétain
Trahison ou Sacrifice ?

Préface par François-Georges Dreyfus

“On n’obéit pas à un chef entre les mains de l’ennemi”. Cette apostrophe de Napoléon à l’encontre d’un de ses officiers après la capitulation de Baylen suffit à justifier le gaullisme. Faut-il en déduire que la politique de Vichy était illégitime dès le départ ?