Derniers mots

Les condamnés face à la guillotine et au peloton

Préface de Michel De Jaeghere.

La mort ordinaire est, certes, imprévisible mais celui qui va partir est souvent affaibli, malade, inconscient. Pour les exécutions capitales devant les douze canons de fusil ou le couperet de la guillotine, le condamné face à une mort violente,

Plus de détails

En stock

19,00 €

En savoir plus

   C’est le livre d’or de tous ceux, coupables ou victimes, frappés par la justice ou bien la haine et l’injustice, de la Révolution française à Jean Bastien-Thiry.

   Un ouvrage dur peut-être, mais insolite et émouvant.

RECONQUÊTE, janvier 2019 :

[...] Collaborateur depuis de longues années de Reconquête, Fr. Foucart, ancien chroniqueur judiciaire, nous offre avec e dernier livre le fruit savoureux et quelques fois amer de toute sa culture et de ses pensées sur les derniers moments et lse dernières paroles d'êtres fort dissemblables, que la justice -et trop souvent l'injustice-, des hommes a condamnés au châtiment suprême.

Saluons d'emblée son art de la narration, tout de sobriété, de sensibilité maîtrisée, et souvent d'indignation réfrénée, et aussi le don de fréquentes formules bien frappées. [...] Mais Foucart, qui connaît l'importance de a poésie pour nous, sait à l'occasion agrémenter très judicieusement ses chapitres d'un choix pertinent de vers ou de chansons.

LE SALON BEIGE, 29 octobre 2018 

... [...] Contrairement à la mort ordinaire, imprévisible, les exécutions capitales, que ce soit devant les douze canons de fusil ou le couperet de la guillotine, mettent le condamné, en bonne santé et en possession de tous ses moyens, devant sa mort. Le drame est à son comble. Il ne peut plus tricher. Criminels exécutés, soldats ou militants tombés pour un idéal, cet ouvrage observe leurs réactions. Le criminel reçoit son châtiment mais aussi sa rédemption, le héros sa couronne.

   Au moment où l’Eglise vient de réécrire le passage du catéchisme consacré à la peine de mort, cet aperçu des condamnés à mort, de Louis XVI à Jacques Fesch, en passant par Laval, Brasillach ou Bastien-Thiry, mais aussi de grands criminels comme Landru, vient apporter sa pierre à la réflexion sur la légitimité de la peine de mort.

Ainsi, au début du XXe siècle un assassin, qui avait violé et dépecé une fille de 12 ans, est gracié le président Fallières. L’abbé Valadier, ancien aumônier de prison, écrit alors au président :

" A lui, comme à ses devanciers, dans la sombre chambre de la dernière toilette, je ne me serais point caché de dire : “Allons mon ami, mon pauvre enfant, courage jusqu’au bout. L’expiation est atroce, mais elle est nécessaire. Ne la subissez pas, acceptez-là. Par-delà l’échafaud, Dieu votre père vous tend les bras. Allez à lui dans l’humiliation et que la douleur du couperet vous purifie.” Et de cet impudique sans entrailles humaines, j’en jure par le Christ rédempteur, dont vous blasphémez la divinité, l’absolution sacrée aurait fait en une minute suprême le frère du bon larron de la Croix. Voilà pourquoi je m’arroge le droit de vous crier, vous, monsieur, qui n’avez pas assez d’envergure pour comprendre ces sublimes affirmations : vous faites preuve de lâcheté en n’envoyant pas impitoyablement à la guillotine ceux que les jurys de France ont frappé." 


L'auteur : François Foucart
Juriste et psychologue de formation, ancien Spahi, est un familier des situations difficiles. Ancien chroniqueur judiciaire de France-Inter et de diverses publications, il a été visiteur de prisons, visiteur en psychiatrie dans un hôpital, gérant de tutelles, président d’associations humanitaires. Romancier, biographe, historien Romancier, biographe, historien, membre de l'Académie Goncourt et de l'Académie de Marine, Jean de La Varende.
Il est chevalier de la Légion d’honneur et chevalier de l’ordre national du Mérite.

4ème de couverture

   La mort ordinaire est, certes, imprévisible mais celui qui va partir est souvent affaibli, malade, inconscient. Pour les exécutions capitales devant les douze canons de fusil ou le couperet de la guillotine, le condamné face à une mort violente, souvent jeune, en bonne santé et en possession de tous ses moyens, voit venir ses dernières minutes. Le drame est à son comble. Face au ciel, il jette alors souvent un dernier cri ou bien, peu de temps avant, c’était un poème, une lettre, un testament.

   Criminels exécutés ou bien soldats ou militants tombés pour un idéal, il n’est pas question de les comparer mais d’observer qu’alors le sang est le même, parce qu’il lave de tout : le criminel reçoit son châtiment mais aussi sa rédemption, le héros sa couronne.  Il s’agit donc de dresser une sorte de catalogue des derniers mots, souvent surprenants pour les guillotinés, inattendus, souvent magnifiques pour tous ceux qui sont montés au ciel pour la Patrie, pour un idéal.

   

Video

TV LIBERTE - Zoom avec Elise Blaise, 29 octobre 2018

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Biographies / Témoignages
ÉditeurVia Romana
ReliureBroché
ParutionSeptembre 2018
Hauteur20.5
Largeur13.5
Poids0.242

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(30/10/2018)
Les derniers mots des condamnés

Et si la condamnation à mort et son exécution étaient parfois l'ultime occasion offerte de rédemption ?

    Donner votre avis

    Derniers mots

    François Foucart
    Derniers mots
    Les condamnés face à la guillotine et au peloton

    Préface de Michel De Jaeghere.

    La mort ordinaire est, certes, imprévisible mais celui qui va partir est souvent affaibli, malade, inconscient. Pour les exécutions capitales devant les douze canons de fusil ou le couperet de la guillotine, le condamné face à une mort violente,