Staline

La cour du Tsar rouge

Disponible sous peu

30,00 €

En savoir plus

SELECTION COMMUNISME CENT ANS

Unanimement reconnu, Staline, la cour du tsar rouge a été publié dans vingt pays et a reçu le prix du livre d'histoire de l'année 2004 par le British Book Awar.


Au Sommaire :

- Une merveilleuse époque : Staline et Nadia ; 1878-1932

- Deux joyeux lurons : Staline et Kirov ; 1932-1934

- Au bord de l'abîme ; 1934-1936

- Les massacres : Ejov, le nabot venimeux ; 1937-1938

- Les massacres : l'arrivée de Beria ; 1938-1939

- "Le grand jeu" : Hitler et Staline ; 1939-1941

- La guerre : le génie égaré ; 1941-1942

- La guerre : le génie triomphant ; 1942-1945

- Le jeu dangereux de la succession ; 1942-1949

- Le tigre estropié ; 1949-1953


L'auteur : Simon Sebag Montefiore
Simon Sebag Montefiore est spécialiste de l'histoire de la Russie.
Il est l'auteur, entre autres, du Jeune Staline.

Co-auteur(s) : Traduction de Florence La Bruyère

4ème de couverture

Chronique de la cour de Staline depuis sa consécration comme «chef suprême» en 1929 jusqu'à sa mort, ce livre est aussi une biographie de Staline à travers son entourage le plus proche. Tirant profit de l'ouverture récente de ses archives personnelles, l'auteur reprend le cours des événements de 1929 à 1953 en se concentrant sur l'univers quotidien du pouvoir absolu et de ses protagonistes, mus par une fidélité parfois déconcertante envers le tyran géorgien. Par ce biais, il nous montre l'envers du décor, principalement la progression de la terreur que Staline met en œuvre avec l'aide d'êtres obsédés par les rivalités permanentes et les désirs mesquins de jouir des moindres privilèges du pouvoir mais constamment angoissés par la peur de la disgrâce imprévisible qui signifiait toujours la mort.

S'appuyant également sur des entretiens avec certains témoins de cette période et sur des documents familiaux inconnus jusque-là, Simon Sebag Montefiore a composé une œuvre qui se lit comme une fiction de l'horreur, suivant une présentation habile des faits et un rythme qui tient en haleine. L'auteur fait défiler une galerie de portraits vivants de ces «potentats», jouets du prince, et de leurs proches qui forment entre eux une grande famille «mafieuse»

Molotov et Beria, pour les plus connus, mais aussi Ejov et Jdanov, Mekhlis et Mikoïan.

A travers des anecdotes parfois incroyables de cette vie au sommet de l'Etat, on découvre peu à peu les aspects cachés de ces êtres. Au centre, Staline, les intrigues familiales et sa relation complexe avec Nadia, sa femme, qui se suicidera sans l'avertir - scène par laquelle s'ouvre le livre ; ses obsessions pour la musique, le cinéma, la littérature ; sa nature soupçonneuse et double, autant de traits qui lui confèrent une sorte de réalité plus «humaine», sans en excuser ou cacher la nature profondément maléfique. Autour de lui se démènent à tout moment des pervers, des crapules, des fanatiques, des dégénérés, des aventuriers. Tous se retrouvent dans les belles villas de la mer Noire ou dans les somptueuses résidences proches du Kremlin pour festoyer sans scrupules, même aux pires moments de la collectivisation et de la guerre. Chacun joue un rôle souvent mortel, sachant que le dernier mot n'appartient qu'au bon vouloir du tyran qu'il sert.

En replaçant Staline et ses oligarques en tant que membres d'un «ordre» bolchevique, Montefiore essaie de mieux expliquer l'inexplicable. Staline était unique, mais beaucoup de ses conceptions étaient partagées par ses camarades : l'assassinat comme instrument politique ou la paranoïa.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Biographies / Témoignages
ÉditeurLes Syrtes
Parution2005
Nombre de pages ou Durée800
Hauteur23
Largeur15

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Staline

Simon Sebag Montefiore
Staline
La cour du Tsar rouge