Georges Valois

L'Action française, Le Faisceau, La République syndicale

En stock (1) Occasion

17,06 €

En savoir plus

  • Photos en noir et blanc in-texte.

L'auteur : Yves Guchet
Agrégé de droit public et de science politique, Yves Guchet est professeur à l'Université Paris X ou il enseigne le droit constitutionnel et l'histoire des idées politiques.

4ème de couverture

   Le destin politique de Georges Valois se méle à la première moitié du XX° siècle.

   Après avoir côtoyé les milieux anarchistes, Valois trouve à partir de 1906 son assise politique à l'Action Française, dont les responsables le chargent pendant longtemps de la rubrique économique et financière du quotidien. Mais la guerre devait ébranler bien des certitudes. Fin novembre 1925, Valois jugeant l'Action Française incapable de provoquer un changement de régime, fonde le Faisceau, qui sans être une simple imitation du Fascio italien, entend poursuivre selon ses propres méthodes un objectif identique : conquérir, ou tout au moins participer au pouvoir, afin de mener une politiqué nationale.

   Ce sera un échec. L'efficacité de la politique menée par Poincaré, les difficultés rencontrées dans la recherche d'un financement du mouvement ne l'asservissant pas à l'ambition de certains industriels, l'absence d'homogénéité de son recrutement, le manque de charisme de son chef contribueront à cet échec. Dès lors, Valois s'efforcera de tenir sa place dans le bouillonnement intellectuel des années 30 en dirigeant plusieurs revues : Les cahiers Bleus. Nouvel Age...

   Arrêté par les Allemands pendant la guerre , il mourra à Bergen Belsen en 1945.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Livres d'occasion / livres neufs abimés Biographies / Témoignages
ÉditeurErasme
ReliureBroché
ConditionnementBon état général, intérieur frais, tranche grise
Parution1990
Nombre de pages ou Durée330
Hauteur21.5
Largeur15
ÉtatOccasion

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Georges Valois

Yves Guchet
Georges Valois
L'Action française, Le Faisceau, La République syndicale