Dissidence - Dissonance

Contre la désinformation sur la guerre d'Algérie

Dans l'ambiance générale d'autoflagellation permanente, un livre qui détonne et qu'il est important de connaître pour ne pas se laisser entraîner par un flux à sens unique.

Plus de détails

En stock (2)

18,01 €

En savoir plus

    CONTRE-DESINFORMATION, juillet 2020 :

   A mi-chemin entre le pamphlet et le livre d'histoire, ce livre n'a pu être rédigé que par un fin connaisseur de la guerre d'Algérie qui, fatigué d'entendre toujours répétées les mêmes propos erronés, reprend presque mot à mot quelques publications "d'historiens officiels" de la guerre d'Algérie pour les corriger. Les prises de positions sont tranchées et l'auteur ne mâche pas ses mots dès les premières lignes : "Durant les années 1990, la recherche historique concernant la guerre d'Algérie fut touchée par un mal insidieux et malheureusement profond. On vit monter au créneau une génération d'historiens jeunes et prétendument 'désinhibés' mais n'ayant rien connu du conflit et n'ayant surtout qu'une idée très faible des passions et des déchirements qu'il causa. Encensés par les médias auxquels ils facilitèrent l'étrange travail de repentance qui a transformé notre pays et qui se poursuit de façon plus feutrée aujourd'hui, ils acquirent vite le monopole de la parole publique". Jean Monneret répond ensuite point par point à Benjamin Stora ("Il a le monopole des interventions télévisées sur le sujet. Aucun échange contradictoire n'est possible avec lui"), en particulier pour sa préface au livre Ni valise, ni cercueil de Pierre Daum ; à Raphaëlle Branche à propos de l'embuscade de Palestro (il relève ce qu'il considère être des contradictions "pour être familiarisé avec sa thématique personnelle et sa façon particulière d'aborder les évènements de la guerre d'Algérie") ; à Sylvie Thénault à propos de l'OAS et des disparus ("On pouvait s'attendre à une analyse plus approfondie. Elle nous a paru sommaire, parcellaire"). Il s'intéresse ensuite au film Hors-la-loi de M. Bouchareb ("Apologie de la rébellion dirigée par le FLN ... Sur le plan strictement historique, le film en question est complètement caricatural et forme un tissu d'erreurs affligeantes"). Le dernier chapitre est consacré à "l'affaire Audin", dont il remet en cause les témoignages et dont il souligne l'engagement idéologique des soutiens, mettant finalement en porte-à-faux la parole présidentielle, donc celle de la France.

   Au bilan, "tout ceci n'a d'autre but que d'entretenir une culture de la repentance ... L'université, que l'on pouvait espérer à l'abri des passions partisanes est largement dominée par l'anticolonialisme de principe ... Il ne s'agit même plus de terrorisme intellectuel, il s'agit d'un totalitarisme qui ne prend pas la peine de se cacher". Le ton est militant, le propos incisif et l'auteur ne cache rien de ses positions personnelles, qu'il argumente et base sur des chiffres, des faits et des références. 

AU SOMMAIRE  :

  • Avant-propos : Relever l'histoire
  • Les curieuses méthodes de MM Stora et Daum, Préface de Benjamin Stora au livre de Pierre Daum
  • Algérie 1956 : l'embuscade de Palestro vue par Raphaëlle Branche
  • L'OAS vue par Sylvie Thénault
  • Sylvie Thénault et les disparus de la guerre d'Algérie
  • Le cas significatif du film Hors la loi
  • Affaire Naudin : de multiples interrogations demeurent
  • postface : Quarante années de lutte pour faire reconnaître le drame des Français disparus en 1962


L'auteur : Jean Monneret
Né à Alger, Jean Monneret est Docteur en Histoire et diplômé de l’Institut national des langues orientales. Après de nombreux ouvrages et articles consacrés à la Guerre d’Algérie et aux problèmes politiques du Maghreb, il s’est penché sur les épreuves des chrétiens d’Orient et fait l’analyse de son destin particulier et tragique.

4ème de couverture

   Durant les années 1990, la recherche historique concernant la guerre d'Algérie fut touchée par un mal insidieux et malheureusement profond. On vit monter au créneau une génération d'historiens jeunes et prétendument désinhibés, mais n'ayant rien connu du conflit et n'ayant surtout qu'une très faible idée des passions et des déchirements qu'il causa. Encensés par les media auxquels ils facilitèrent l'étrange travail de repentance qui a transformé notre pays [...], ils acquirent vite le monopole de la parole publique. Le conflit algérien, c'était eux. [...] Ces jeunes gens étaient acquis à un anticolonialisme assez primitif, lequel ne les empêchait nullement de coloniser les institutions universitaires et une bonne portion des appareils idéologiques qui distillent la bien-pensance. [...]

   Le résultat est aujourd'hui confondant. En pleine guerre contre l'hydre islamiste, le conflit en Algérie comme la période coloniale tout entière sont devenus les sources inépuisables d'un procès de l'armée française et de la France tout court. Ils nourrissent un acte d'accusation partial. Dans cette historiographie jeune et désinhibée, il n'y a guère de préoccupation nationale, ni la crainte d'embellir, fût-ce indirectement, la violence révolutionnaire."

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire de France Indochine - Algérie & Guerres Etudes XX° - XXI° siècle
ÉditeurFauves
ReliureBroché
ParutionMai 2020
Nombre de pages198
Hauteur21.5
Largeur13.5
Épaisseur1.4
Poids0.450 Kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Dissidence - Dissonance

Jean Monneret
Dissidence - Dissonance
Contre la désinformation sur la guerre d'Algérie

Dans l'ambiance générale d'autoflagellation permanente, un livre qui détonne et qu'il est important de connaître pour ne pas se laisser entraîner par un flux à sens unique.