L'Armée du Nord 1870-1871

Contrairement aux espérances de l'envahisseur, la chute du Second Empire ne met pas un terme à la guerre...

Plus de détails

Épuisé chez l’éditeur

17,25 €

En savoir plus

   Au sommaire :

  • INTRODUCTION
  • DE NOUVELLES TROUPES
  • LA BATAILLE D'AMIENS
  • OPERATIONS DE GUERILLA
  • LA BATAILLE DE PONTS-NOYELLES
  • LA BATAILLE DE BAPAUME
  • L'ARMEE MARCHE SUR PARIS
  • LA BATAILLE DE SAINT-QUENTIN
  • LA FIN DE LA CAMPAGNE

L'auteur : Henri Ortholan
Le lieutenant-colonel Henri Ortholan, saint-cyrien, officier du génie, est conservateur au musée de l'Armée, chargé du département contemporain. Il a soutenu en 1997 une thèse d'histoire militaire sur le général Séré de Rivières.

4ème de couverture

  En octobre 1870, Paris est assiégé par les Prussiens et leurs alliés. Depuis Tours, où il dirige la délégation du gouvernement de la Défense nationale, Léon Gambetta continue la guerre. Il parvient à mettre sur pied deux nouvelles armées pour dégager la capitale, celle de la Loire et celle du Nord. Ces deux armées, puis une troisième, celle de l'Est, vont tenir tête aux envahisseurs pendant encore trois mois et parvenir même à les battre à plusieurs reprises.

   Ce livre retrace la campagne de l'armée du Nord depuis la bataille d'Amiens, le 27 novembre 1870, jusqu'à celle de Saint-Quentin, le 19 janvier 1871, et la retraite française qui s'ensuit. Avec à sa tête un chef remarquable, le général Faidherbe, la petite armée du Nord a héroïquement disputé le cours de la Somme aux Prussiens avant de se retirer à l'abri des places fortes du Nord. 

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire de France
ÉditeurBernard Giovanangeli
ReliureBroché
Parution2013160
Hauteur22.5
Largeur14
Épaisseur1.3
Poids0.220 kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

L'Armée du Nord 1870-1871

Henri Ortholan
L'Armée du Nord 1870-1871

Contrairement aux espérances de l'envahisseur, la chute du Second Empire ne met pas un terme à la guerre...