La conjuration de Javel

Récit

En stock (1)

22,27 €

En savoir plus

   Ce livre est un récit plein d'humour, truffé d'alexandrins du début à la fin...


L'auteur : Bernard Citroën
Né à Paris en 1917 ingénieur -Polytechnique, Ecole du pétrole-, et membre actif non résidant de l'Académie du Var. Il est commandeur de la Légion d'Honneur à titre militaire.

4ème de couverture

   "Juillet 1935 : André Citroën, homme généreux et loyal n'était plus. Des larmes coulaient sur la terre, mais au-dessus des tombes, dans les arbres, les oiseaux continuaient à chanter."

   Ainsi s'achève la première partie du récit de Bernard, fils aîné du grand industriel. Celui-ci exauce le souhait de son père : en 1937 il est reçu à Polytechnique. Mais il a déjà compris que poursuivre l'oeuvre d'André Citroën sera pour lui impossible. Aussi va-t-il changer de vie et rompre avec des traditions de famille. Quand il entre à l'X, la poésie classique l'attire ; quand il sort c'est l'aviation et surtout le pilotage.

    Entre temps il a entendu dire qu'en 1935, les nouveaux dirigeants de Javel ont dépouillé son père d'une façon suspecte, ne laissant pratiquement rien à sa famille. Il s'efforcera d'élucider ce drame. Mais seul, il ne pourra faire aboutir l'enquête. Il faut trouver un homme capable de se procurer les documents qui expliqueront les événements de 1934-25-36.

   En mai 1940 il rencontre cet homme, Roland Sauveterre, son instructeur à l'école de pilotage. La guerre, l'aviation et le pétrole ont déjà entraîné Roland au Brésil, au Quai de Javel, en Finlande. 

   Le narrateur aborde alors la période la plus animée ou la plus dangereuse de sa vie : Toulouse, la prison en Espagne, les missions de guerre à partir de l'Angleterre puis de la France : il est pilote de bombardements dans les FAFL, rattachées à la RAF.

   La guerre terminée, Bernard et Roland se rencontrent à Paris mais se perdent de vue au début des années cinquante. Vingt après en 1971 ils se retrouveront au nord Mexique, à cause de leurs activités professionnelles (mines). Au cours de toute une longue nuit, Roland dévoile à Bernard, avec documents à l'appui ce qui s'est passé Quai de Javel en 1935-36.

   L'auteur veut-il apparaître comme un justicier ? certainement pas  : on peut lire das la dernière épigraphe, le vers suivant : "L'heure du grand pardon aujourd'hui sonnera".

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Histoire de France
Éditeur Nouvelles Editions Latines
Reliure Broché
Parution 1996
Nombre de pages 336
Hauteur 22
Largeur 14
Épaisseur 2.1
Poids 0.439 Kg

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La conjuration de Javel

Bernard Citroën
La conjuration de Javel
Récit