La Turquie dans l'Europe

Un cheval de Troie islamiste ?

En cours de réapprovisionnement
Délai de livraison non précisé

22,13 €

En savoir plus

   Au terme d'une analyse historique et géopolitique fouillée, Alexandre del Valle démontre qu'en exigeant le démantèlement du pouvoir politique de l'armée, seule garante de l'exception laïque turque pro-occidentale, Bruxelles fait le jeu des islamistes d'Ankara.

   Quant aux États-Unis, qui appuient la candidature d'Ankara, leur calcul est dangereux : face à la menace islamiste, qu'elle soit idéologique ou terroriste, ils ont plus intérêt à consolider la solidarité panoccidentale avec l'Union, voire avec la Russie, qu'à servir d'alliés objectifs à ceux qui semblent bien décidés à devenir le plus grand lobby islamiste à l'échelle occidentale via l'Europe. Afin d'éviter les deux écueils de l'intégration et du rejet, l'auteur propose, comme alternative plus raisonnable, un statut d'association privilégié avec la Turquie que l'Europe et l'Occident ont tout intérêt à conserver comme voisin et ami proche.


L'auteur : Alexandre del Valle
Alexandre del Valle est un géopolitologue renommé. Ancien éditorialiste à France Soir, il enseigne les relations internationales à l'Université de Metz et est chercheur associé à l'Institut Choiseul. Il a publié plusieurs livres sur la faiblesse des démocraties, les Balkans, la Turquie et le terrorisme islamique.
Il est notamment auteur des livres Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima) et Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes);

Co-auteur(s) : Jean-Pierre Péroncel-Hugoz

4ème de couverture

   Loin de commencer par consulter les citoyens de l'Union et de débattre des limites de l'Europe, les dirigeants européens ont envisagé, lors du sommet de Copenhague de décembre 2003, d'entamer les négociations d'intégration de la Turquie dans l'Union européenne dès décembre 2004, à la seule condition qu'elle procède à certaines réformes démocratiques, sans exiger qu'elle libère les prisonniers politiques kurdes, que ses troupes quittent le nord de l'île de Chypre et, surtout, qu'elle reconnaisse le génocide arménien.

   Au lieu de signaler les risques majeurs que présenterait cette intégration - l'extension indéfinie vers l'Asie des frontières de l'Union, le voisinage de pays islamiques en proie au djihad anti-occidental comme l'Irak ou l'Iran, la déstabilisation de l'économie européenne, la montée en puissance des trafics de clandestins et mafias diverses, la transformation profonde des équilibres démographiques, la dilution de la culture européenne fondée sur le partage de valeurs communes -, ces dirigeants cèdent au discours de culpabilisation du gouvernement turc, répétant à l'envi que nul ne saurait nier que la Turquie fût européenne sans " exclure les Turcs musulmans " et prôner le repli du " Club chrétien ".

   Que signifie le concept " d'islamisme modéré " ? Peut-on réellement parler de démocratie en Turquie et dans le monde islamique ?

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Géopolitique
ÉditeurLes Syrtes
Parution2004
Nombre de pages ou Durée460
Hauteur23.5
Largeur15

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La Turquie dans l'Europe

Alexandre del Valle
La Turquie dans l'Europe
Un cheval de Troie islamiste ?