La Onzième Heure

Disponible chez l'éditeur
Délai de livraison sous 4 à 10 jours

13,27 €

En savoir plus

Le Figaro : Voici un ouvrage rare.

Le Monde : Yves Amiot écrit superbement

Le Point : Il aime mettre ses personnages en situation critique sur le fil du rasoir.

Les cahiers du livre : Sobre, profondément émouvant, c’est la rencontre d’un moment de l’histoire avec le destin d’un homme.

Minute : Dans une très belle langue, Yves Amiot nous donne la confession d’un préfet fort peu imaginaire.

Les études : Quel droit avons-nous de juger autrui ? Qui donc peut réellement comprendre l’âme d’un homme sinon cet homme ?

La revue de l’ENA : Le chemin qui mène un fonctionnaire de qualité à rester à son poste en présence de l’occupant est moins illogique et moins coupable que ne l’a dit l’histoire.

Le temps retrouvé : Ce livre n’est en rien un réquisitoire, une défense ou un jugement. L’Histoire vient servir la littérature. Un point c’est tout.

Alain Peyrefitte : L’histoire de ce préfet de vichy trouve inévitablement de vibrantes résonances aujourd’hui.

Jean Plachais : J’ai lu La onzième heure et je l’ai aimé.

L’Homme Nouveau, n° 1330, 19 septembre 2004

   Arrêté à la Libération, un préfet de Vichy revient par écrit sur les événements qui l’ont conduit à se retrouver en prison, du mauvais côté de l’Histoire. À travers les souvenirs et les réflexions d’un homme face à ses choix, se dessine un contexte historique dans toute sa complexité parfois inextricable. Comment juger, des années plus tard, des hommes confrontés à des situations où, selon un mot célèbre, le plus dur n’était pas de faire son devoir mais de savoir où il était ?

   Yves Amiot, dont un frère est mort en camp de concentration, a voulu faire ici œuvre de réconciliation, en campant avec beaucoup de nuances et d’humanité un personnage et une époque, dans une langue pleine de noblesse qui se teinte souvent de poésie. Vingt ans après la première parution, cette réédition arrive comme une invitation renouvelée - et toujours aussi nécessaire... - à dépasser les jugements manichéens qui sont encore trop souvent portés sur cette période.


L'auteur : Yves Amiot
Yves Amiot, parallèlement à une carrière consacrée aux questions industrielles et financières, a mené à bien une oeuvre littéraire importante qui a retenu l'attention par son originalité, sa rigueur et la qualité de son écriture. Yves Amiot possède en effet l'art de cette simplicité de ton, profonde et badine à la fois.
Ses romans se lisent tous avec la même passion, tant il restitue l'éternel combat qui oppose chaque homme à sa propre image. La lecture de ses livres historiques est d'autant plus fructueuse qu'elle est aisée, la pensée vigoureuse et limpide avec un mélange de férocité et d'humour tant il aime la vérité.
Edité par de "grands" éditeurs, José Corti - son roman Le Solitaire est couronné par l'Académie Française en 1986 - et Flammarion. Notre ami s'est vu refusé son dernier roman l'Acte Unique par les éditeurs parisiens qui le jugeaient politiquement incorrect. Et c'est une "petite" maison d'éditions à Bordeaux, les Editions Ulysse, grande par son courage qui publia ses derniers ouvrages. La maîtrise de l'écrivain, l'érudition de l'historien constituent une de ces "armes" de lumière qu'on ne peut laisser sous le boisseau.
C'est ici l'occasion pour ceux qui ont aimé et admiré Yves Amiot de perpétuer son souvenir et pour ceux qui n'ont pas encore abordé son oeuvre de s'y introduire d'excellente manière. Pour tous, l'occasion de rendre un hommage ému à cet homme si simple, souriant et silencieux dont la haute silhouette dominait il y a peu la foule dominicale des fidèles de St-Eloi. (Mascaret octobre 2008)

4ème de couverture

   Les tribulations d’un préfet partagé entre pressions allemandes et résistance au service de l’État Français (1940-1944)

Fiche technique

Catégories Livres Littérature - Art - Musique Divers
ÉditeurEditions de Paris
ReliureBroché
Parution2004
Nombre de pages ou Durée130
Hauteur22.5
Largeur14

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

La Onzième Heure

Yves Amiot
La Onzième Heure