Louis-Joseph de Saint-Véran Marquis de Montcalm

La bataille des plaines d'Abraham par laquelle le 13 septembre 1759 nous perdîmes le Canada, eut des conséquences auxquelles l'Angleetrre ne s'attendait certainement pas. Sa victoire fêtée à Londres par un délire de joie, la rendait maître de près de la moitié de l'hémisphère nord.

En stock (1)

22,75 €

En savoir plus


L'auteur : Marie-Magdeleine Del Perugia
Marie-Madeleine del Perugia est historienne et auteur de nombreux ouvrages reconnus.

4ème de couverture

   En 1534, Jacques Cartier s'empare du Canada au nom du roi de France. En 1690, un premier conflit avec l'Angleterre fait perdre l'Acadie et Terre Neuve. Puis c'est le tour de la Baie d'Hudson.

 En 1756, débute a guerre de Sept ans. Le général en chef Montcalm 1712-1759 est alors envoyé par Louis XV en Nouvelle-France afin de mettre un terme aux prétentions anglaises. Mais tout oppose ce catholique fervent et grand stratège à l'incompétent marquis de Vaudreuil, gouverneur général du Canada. Cette mésentente entraînera la chute de la colonie.

   AU cours de la bataille des plaines d'Abraham, le 13 septembre 1759, Montcalm est tué. Cette bataille décisive, par laquelle la France perd ses possessions américaines, donne à l'Angleterre la moitié de l'hémisphère nord.

   Et pourtant cette victoire lui sera fatale. Comme l'avait prédit Montcalm, moins de dix ans plus tard, avec le soutien de Louis XVI à la guerre d'indépendance et le traité de Versailles de 1783, naissent les Etats-Unis d'Amérique.

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Biographies / Témoignages
ReliureBroché
ParutionOctobre 2004
Nombre de pages208
Hauteur22.5
Largeur14
Épaisseur1.8

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Louis-Joseph de Saint-Véran Marquis de Montcalm

Marie-Magdeleine Del Perugia
Louis-Joseph de Saint-Véran Marquis de Montcalm

La bataille des plaines d'Abraham par laquelle le 13 septembre 1759 nous perdîmes le Canada, eut des conséquences auxquelles l'Angleetrre ne s'attendait certainement pas. Sa victoire fêtée à Londres par un délire de joie, la rendait maître de près de la moitié de l'hémisphère nord.