On m'appelait Boulhaya

En hommage au lieutenant Tumoine, chef de la S.A.S.de Bordj M'Raou, mort au champ d'honneur le 5 avril 1959 et à tous les musulmans assassinés parce qu'ils voulaient vivre Français !

Plus de détails

En stock (1)

16,11 €

En savoir plus

   Un très beau récit de cette période si terrible pour ce petit coin de France surchauffé de soleil ...


L'auteur : Louis Guiffray

4ème de couverture

   En juillet 1957 deux cents étudiants métropolitains, volontaires pour aider les Officiers Chefs de S.A.S pendant la période des grandes vacances, étaient répartis dans différents coins d'Algérie.

   Louis Guiffray, fut envoyé dans une petite ville proche de la frontière franco-tunisienne. Là, il fut si bien conquis par l'oeuvre de pacification accomplie par l'Armée que, au terme de ses trois mois de stage, il demanda à rester un an à titre civil et se porta volontaire pour une S.A.S., encore pratiquement inexistante, renonçant ainsi à la vie facile qu'il avait menée jusqu'ici avec ses camarades du seizième arrondissement...

   Le jour de ses dix-neuf ans, il arrive dans une ferme vétuste, perdue au coeur des montagnes. Très vite il devient l'ami des musulmans, qui lui donnèrent alors le surnom de "Boulhaya", en raison de la barbe qu'il laisse pousser.

   "On m'appelait Boulhaya" retrace les péripéties, dangereuses mais passionnées, de cet adolescent que rien ne prédestinait à la guerre. Louis Guiffray n'hésite pas à mettre son coeur à nu pour nous faire partager les sentiments qu'il éprouve face à la solitude, face à la mort

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Guerres contemporaines Biographies / Témoignages
ReliureBroché
Nombre de pages304
Hauteur19.5
Largeur14
Épaisseur2.3
Poids0.371 Kg

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

On m'appelait Boulhaya

Louis Guiffray
On m'appelait Boulhaya

En hommage au lieutenant Tumoine, chef de la S.A.S.de Bordj M'Raou, mort au champ d'honneur le 5 avril 1959 et à tous les musulmans assassinés parce qu'ils voulaient vivre Français !