Le grand-duc Nicolas tsar ou régent ?

Le généralissime russe de 1914 face à son neveu et à la révolution

Le centenaire de la Grande Guerre imposait une biographie française du grand-duc Nicolas Nicolaiévitch 1856-1929. Fils d'un père héros de la guerre russo-ottomane de 1877...

Plus de détails

Disponible sous peu

22,75 €

En savoir plus

RADIO COURTOISIE-  Entretien avec Anne Le Pape, février 2019.

PRESENT le 1er mars 2019 :

   Jean-Paul Besse, auteur de nombreuses biographies, vient de faire paraître celle du grand-duc Nicolas (1856-1929), oncle de Nicolas II. Passionnant, extrêmement fouillé, cet ouvrage d’un agrégé et docteur en histoire, spécialiste de l’Europe centrale et orientale, se lit d’une traite.


L'auteur : Jean-Paul Besse
Auteur des premières biographies de la grande-duchesse Elisabeth Feodorovna (2008) et de la princesse Ileana de Roumanie (2010), Jean-Paul Besse renoue ici avec la Sainte Russie.
Docteur en Histoire, spécialiste de la Réforme catholique et de l'Orient chrétien, il est professeur agrégé, lauréat de l'Académie française et chevalier de la Légion d'honneur.
Jean de Viguerie, son ancien directeur de recherches a préfacé l'ouvrage.

4ème de couverture

   Le centenaire de la Grande Guerre imposait une biographie française du grand-duc Nicolas Nicolaiévitch- 1856-1929.

   Fils d’un père héros de la guerre russo-ottomane de 1877, oncle de Nicolas II qui avait été son élève dans la cavalerie, où lui-même excellait, il fut en 1914-1915 le commandant suprême de l’armée russe. Francophile, très lié au président Poincaré et au général Joffre qui l’admirait, il fit envahir dès l’été 1914 la Prusse orientale allemande et la Galicie autrichienne, sauvant ainsi la France d’un désastre irrémédiable.

   D’une autorité impressionnante qui lui avait fait extorquer au tsar en 1905 la première Constitution russe, ce partisan de l’autocratie le mit aussi en garde contre Raspoutine, qu’il lui avait pourtant présenté. Ces initiatives et les revers de 1915 lui coûtèrent son poste. Très populaire, jalousé par le tsar rêvant d’un destin sacrificiel, il fut envoyé dans le Caucase où il écrasa les Turcs. Comme en Pologne, il y traita les différents peuples avec équité. Pressenti par l’opinion comme « Nicolas III » mais refusant de s’y prêter, il se réfugia en Crimée pour échapper aux bolcheviks.

   Recueilli par le roi d’Italie, son beau-frère, puis installé en France, il y dirigea la majeure partie de l’émigration russe. Soutenu par Wrangel, Koutiépov et Krasnov, son bras droit, il fut emporté par la maladie et le malheur de son peuple. Inhumé dans l’église russe de Cannes, sa dépouille fut transférée en 2015 à Moscou. Héros national, le grand-duc Nicolas méritait, comme sa mère sainte Anastasie de Kiev, l’hommage qui lui décerna Ivan Bounine, prix Nobel de littérature en 1933.

Fiche technique

Mots clés Guerre de 14 Communisme
Catégories Livres Histoire Guerres contemporaines Histoire du monde Biographies / Témoignages
ÉditeurVia Romana
SélectionCommunisme Cent Ans
ReliureCouverture souple avec rabats
ParutionDécembre 2018
Nombre de pages340
Hauteur21.5
Largeur13.5
Épaisseur3

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Le grand-duc Nicolas tsar ou régent ?

Jean-Paul Besse
Le grand-duc Nicolas tsar ou régent ?
Le généralissime russe de 1914 face à son neveu et à la révolution

Le centenaire de la Grande Guerre imposait une biographie française du grand-duc Nicolas Nicolaiévitch 1856-1929. Fils d'un père héros de la guerre russo-ottomane de 1877...