Officiers Perdus - Mieux vaut perdre la vie que l’honneur

POSTULANT PRIX LITTERAIRE ALGERIANISTE JEAN POMMIER, 2022

Revivez de l'intérieur les guerres d'Indochine et d'Algérie, assistez à la chute de Dien Bien Phu, retrouvez-vous en embuscade en plein djebel d'Algérie, savourez la victoire avant de découvrir la chute et finissez à la prison de Fresnes !

Plus de détails

En stock (5)

20,38 €

En savoir plus

   Ce roman historique a été écrit par le fils d’un de ces officiers perdus. Né en 1956 il a baigné toute son enfance dans ces histoires héroïques. Il est également lui-même un ancien officier parachutiste des forces spéciales, ce qui lui donne une parfaite connaissance de ce milieu. Il a cherché à rendre des faits graves, au moins agréables à lire, privilégiant l’émotion et l’humour.

   Au travers de quelques personnages attachants, un général et son neveu d'un famille aristocratique, un Colonel basque truculent accompagné d'un autre basque jeune officier, une eurasienne belle à mourir, un curé qui deviendra évêque et même cardinal, vous découvrirez avec une grande empathie cette histoire dramatique dans son exactitude...

   LE FIGARO HISTOIRE : l'article est en photo.

   LA VOIX DU COMBATTANT, organe de presse de l’Union Nationale des Combattants, un article d'une demi page en photo. Avril 2022

   LIVRE LIBRE émission de Bruno Gollnisch, mars 2022 

   BURDIGALA PRESSE, mars, 2022 :  lire l'article en entier

   Il était une fois l’amour du courage et de l’honneur. Dans son livre mémorial où notre auteur basque ravive la mémoire des siens, une émotion intense se marie avec la limpidité du récit.

   LIVRE LIBRE SUR TV LIBERTE, le 15 Février 2022 avec Bruno Gollnisch :  Présentation 

   LES QUATRE VERITES, février 2022


L'auteur : Gilles Hustaix
Ingénieur statisticien, chef d'entreprise et récemment élu de Nouvelle Aquitaine, est le fils d'un de ces Officiers perdus. Né en 1956 il a baigné toute son enfance dans ces histoires héroïques. Il est également lui-même un ancien officier parachutiste des forces spéciales, ce qui lui donne une parfaite connaissance de ce milieu. Il a cherché à rendre des faits graves, au moins agréables à lire, privilégiant l’émotion et l’humour.

4ème de couverture

   Comment ces officiers pour la plupart gaullistes historiques (ils l’avaient rejoint en Angleterre) sont-ils venus à s’opposer à de Gaulle. Était-ce eux, ou alors de Gaulle, qui avait changé ? En quoi avaient-ils changé ou est-ce lui, De Gaulle, qui avait changé ? Comment après avoir connu tous les honneurs se sont-ils retrouvés dans la disgrâce totale ? Le martyre des officiers perdus de Diên Biên Phu à Fresnes. Qu’avez-vous appris dans vos cours d’histoire sur le putsch d’Alger ? Là, vous allez le vivre de l’intérieur, comprendre que les raisons étaient tout autres, vous réaliserez surtout qu’il était inévitable.

   Depuis tout jeune, fils de l’un d’entre eux, j’ai rencontré la plupart de ces officiers perdus et j’ai été frappé par le décalage entre la façon dont on parlait d’eux, à la télé, dans les journaux, et la réalité de ce qu’ils étaient. On disait que c’étaient des félons, des traitres et moi, je rencontrais des êtres formidables, d’une honnêteté sans faille, respirant le courage et la loyauté envers la France, notre patrie. Et ils l’avaient prouvé, certains à plusieurs reprises.

   Pourquoi a-t-on continué à se battre alors qu’on savait Diên Biên Phu perdue ? Savez-vous que lors du dernier largage ne sautaient que des non-brevetés para et même des soldats qui ne s’étaient jamais battus ? Savez-vous qu’un curé y était, alors qu’il avait une phobie de l’avion et du parachute ?

   Arrivés en Algérie, ces officiers ont appliqué les techniques vietminh de guerre révolutionnaire et c’est pour cela qu’ils ont gagné ! Dans les paras, on n’abandonne jamais un blessé sur le champ de bataille, même si cela doit être au péril de votre propre vie. Le 13 mai 1958, De Gaulle revenait au pouvoir grâce aux paras d’Algérie, et le 6 juin, il venait les voir à Alger et c’était le fameux discours : « Je vous ai compris ! » Le lendemain 7 juin 1958 à Mostaganem il criait : « Vive l‘Algérie Française ! » En 1958, l’Armée française considérait la guerre d’Algérie comme gagnée. Le 16 septembre 1959, il annonçait un référendum sur l’auto-détermination de l’Algérie qui en 1961 donnerait l’Algérie au FLN pourtant vaincu militairement. « La valise ou le cercueil ! » c’était le message envoyé à tous les Pieds noirs ainsi qu’aux Arabes ayant soutenu la France. Leur éviter le cercueil telle était la première motivation de ceux qui ont préparé le putsch. Vous allez le vivre de l’intérieur et comprendrez qu’il était simultanément inévitable comme voué à l’échec.

   Après leur échec, ces officiers n’ont pas été jugés par des tribunaux militaires mais par des tribunaux civils et ont été traités comme des criminels de droit commun. Ce roman, au travers de quelques personnages attachants, un général et son neveu d’une famille aristocrate, un Colonel basque truculent, accompagné d’un autre basque jeune officier, une eurasienne, belle à mourir, un curé qui deviendra évêque et même cardinal, a pour but de vous faire découvrir cette histoire dramatique dans son exactitude mais racontée avec humour et une certaine légèreté sans oublier l’amitié et l’amour qui y ont eu toute leur place… 

Videos


Emission de Bruno Gollnisch, Livre libre

Fiche technique

Catégories Livres Histoire Littérature - Art - Musique Romans français et étrangers Prix Littéraires et Sélections Jury Algérie - Histoire - Guerres...
ReliureBroché
Parutionjanvier 2022
Nombre de pages282
Hauteur21
Largeur15
Épaisseur1.7

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(10/02/2022)
Vérité de l'Histoire

un éclairage singulier sur le drame algérien un mois avant le 60éme anniversaire des accords d’Evian, et des polémiques qui l’entourent. Ces trois éléments, surtout le troisième, amplifient sa lumière et son intérêt pour la vérité de l'Histoire !

    Note 
    (06/02/2022)
    Pierre Bouvet : Avec beaucoup d'émotion

    J'ai lu ce livre avec beaucoup d'émotion car il m'a rappelé mon adolescence. En effet, je rêvais de devenir officier parachutiste et je lisais beaucoup de livres écrit pas des militaires ou historiens. En 277 pages, l'auteur résume parfaitement avec ce "roman historique" les guerres d'Indochine et d'Algérie et les sentiments des militaires qui les ont faites.
    On ne s'ennuie pas une seule seconde avec son style d'écriture qui s'apparente à Gérard de Villiers (pour l'ambiance et le rythme) le général Bigeard (pour l'aspect militaire) et Jean Raspail (pour l'épopée et le sens de l'honneur et du sacré)
    Il met les paroles des chants de la légion et des paras que je connais par cœur depuis mes 12 ans. Il cite même un de mes poèmes préférés, la Trebbia de José Marie de Heredia , un poète parnassien un peu pompier que j'adorais clamer dans mon adolescence comme Sully Prud'homme.
    Il est rare qu'un auteur fasse monter mes larmes et là il a réussi plusieurs fois. A chacun son adolescence !
    Je ne regrette rien et je n'étais pas fait pour l’armée. Mon métier m'a passionné ainsi que les étoilés Michelin et les hôtels 5 étoiles.
    Les personnages sont attachants et en particulier les deux héros basques. Comme Raspail, il y a des grandes familles de la noblesse et un cardinal impérial !
    Je recommande ce livre en particulier pour les jeunes générations car c'est à la fois un cours d'histoire et une connaissance des vraies valeurs européennes et chrétiennes.
    Bien entendu il n'y a pas de 13 éme RHP mais un 1ier RHP et un 13 éme RDP !!. Pierre Bouvet

    • Une personne a trouvé ce commentaire utile.

    Donner votre avis

    Officiers Perdus - Mieux vaut perdre la vie que l’honneur

    Gilles Hustaix
    Officiers Perdus - Mieux vaut perdre la vie que l’honneur

    POSTULANT PRIX LITTERAIRE ALGERIANISTE JEAN POMMIER, 2022

    Revivez de l'intérieur les guerres d'Indochine et d'Algérie, assistez à la chute de Dien Bien Phu, retrouvez-vous en embuscade en plein djebel d'Algérie, savourez la victoire avant de découvrir la chute et finissez à la prison de Fresnes !