Les douze mensonges du GIEC - La religion écologiste Tome 2

L'Inde et la Chine - principaux émetteurs de CO2 - ont clairement déclaré, à la COP26 de Glasgow, qu'ils refusaient de renoncer au pétrole et au charbon. Quelles vont être les conséquences pour l'Europe et la France ?

Plus de détails

En réapprovisionnement
Expédition sous 4 à 10 jours

15,17 €

En savoir plus

   Prologue :

   Rédigé pour faire suite au premier tome de « La religion écologiste », avec lequel il constitue un tout indissociable, et avant que d'autres les suivent, le présent ouvrage comprend plusieurs séquences.

  • La première partie du livre décrit la réunion planétaire de Glasgow consacrée au climat, la « COP 26 », qui a été le théâtre le samedi 13 novembre 2021 d'un évènement sans précédent. Celui-ci a marqué une rupture définitive au sein des pays qui composent le globe, s'agissant de la satisfaction future des besoins en énergie de l'humanité, en faisant à bas les illusions qui règnent aujourd'hui en Occident sous l'égide des Nations-Unies. Cette première partie s'achève sur un manifeste remettant en cause les fondements de la politique suivie par la communauté mondiale depuis trois décennies dans les domaines de l'énergie et de l'environnement, faute qu'elle ait pris en compte le sort de la plus grande part de l'humanité.
  • La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée à la réfutation des 12 contrevérités majeures qui constituent le socle de la religion écologiste qui règne aujourd'hui en Occident et compte chaque jour plus d'adeptes, notamment parmi les jeunes à qui elle transmet une vision sans espoir de l'avenir. Elle dénonce point par point les agissements du GIEC, pourtant émanation des Nations-Unies, qui affirme parler « au nom de la science » alors qu'il s'agit d'un organisme politique qui multiplie contrevérités et mensonges, aveuglé par la conviction infondée d'une évolution inéluctable vers le désastre de la planète et de l'humanité.
  • Avant la conclusion, la troisième partie de ce livre s'interroge sur quelques-uns des motifs qui expliquent l'importance aujourd'hui accordée à l'écologie par les peuples développés, face au déclin des croyances traditionnelles et en l'absence d' autres causes majeures de préoccupation.
  • Quatre annexes complètent l'ouvrage.
    • La première en constitue un résumé.
    • La deuxième décrit le monde des multiples acteurs aux moyens illimités qui militent pour la nouvelle religion.
    • La troisième, à caractère scientifique, montre que l'action de l'humanité, contrairement aux assertions sans cesse réitérées, ne peut avoir aucune influence significative sur l'évolution de la présence dans l'atmosphère du gaz principal à effet de serre, le CO 2 , et par conséquent sur le climat si celui-ci en dépend.
    • Consacrée à la voiture électrique, une quatrième annexe s'interroge sur sa justification et son avenir, pour le moins limité du fait de son incompatibilité avec les parcours de longue distance sur autoroute.

L'auteur : Christian Gerondeau
Ancien Président de l’Association des anciens élèves et diplômés de l’X (AX), Christian Gérondeau appartient à une lignée familiale unique de six générations de Polytechniciens qui chevauche désormais trois siècles, depuis la promotion 1876 jusqu’à celle de 2009. Il a également publié aux éditions du Toucan en 2012 "Ecologie, la fin des illusions", et "CO2, un mythe planétaire", en 2010.

4ème de couverture

    La COP 26 ne s'est pas achevée à Glasgow comme prévu. Son Président le Britannique Alok Sharma avait martelé qu'il fallait " ranger le charbon dans les livres d'histoire " , précisant : " il faut cesser d'avoir recours au charbon, et par ailleurs cesser toute subvention aux énergies fossiles... " .

    Tout paraissait réglé pour un vote sans histoire, lorsque le samedi 13 novembre, une heure avant la clôture de la conférence se produisit un évènement sans précédent.

    Le représentant de l'Inde, son ministre de l'environnement Bhupender Yadav, déclara que son pays n'acceptait pas la rédaction prévue et en proposait une autre ainsi énoncée : "Il faut aller vers les technologies propres, y compris en intensifiant les efforts pour réduire progressivement l'énergie au charbon et éliminer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles... " . Le Ministre Indien fit valoir dans la foulée que la Chine appuyait la suggestion de l'Inde.

    Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour comprendre que le nouveau texte, rédigé dans les termes typiques des " résolutions " onusiennes, n'engage plus personne à rien.

    Autrement dit, deux des principaux émetteurs de CO2, l'Inde et la Chine ont clairement déclaré qu'ils refusent, pour l'instant, de renoncer au pétrole et au charbon. Quelles vont être les conséquences pour l'Europe et la France ?

Video

TV Liberté -L'invité de "Politique & Eco", l'ingénieur polytechnicien Christian Gerondeau, les énumère dans son ouvrage "Les douze mensonges du GIEC". Passionnant !

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurL'Artilleur
ReliureBroché
ParutionMars 2022
Nombre de pages161
Hauteur22
Largeur14
Épaisseur1,5 cm
Poids0.222 Kg

Produits associés

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Donner votre avis

Les douze mensonges du GIEC - La religion écologiste Tome 2

Christian Gerondeau
Les douze mensonges du GIEC - La religion écologiste Tome 2

L'Inde et la Chine - principaux émetteurs de CO2 - ont clairement déclaré, à la COP26 de Glasgow, qu'ils refusaient de renoncer au pétrole et au charbon. Quelles vont être les conséquences pour l'Europe et la France ?